Schoolmaster and Soldier, A comparison

Schoolmaster and soldier
Guy Marchant, Schoolmaster and soldier

The following is the text from Guy Marchant's printed book from 1486, Miroer Salutaire, which is compared line by line against all other available sources.

In this comparison we ignore punctuation, accents, capitalization, double letters and differences caused by interchange of i/j/y, u/v, c/s/z, ct/t, ult/ut, uld/ud, cq/q and lx/x.

Deletions are marked in red and insertions in green:

Death to the schoolmaster

 

Le mort

Petit LaurensLe La mort
Belot, 1500Le La mort
Oudot, ca. 1600Le La mort
 

Hommes pluseurs sont chers tenus

Petit LaurensHommes pluseurs plusieurs sont chers tenus
Belot, 1500Plusieurs Hommes pluseurs sont chers cher tenus
Oudot, ca. 1600Hommes pluseurs plusieurs sont chers tenus
Yvon, 1977Il est des Hommes pluseurs sont chers tenus estimés,
 

Au siecle. et en religion.

Yvon, 1977Au Du siecle. et en religion.
 

Lesquelx touteffois sont venus

Belot, 1500Lesquelx touteffois Lesquelz toutesoys sont venus
Oudot, ca. 1600Lesquelx touteffois Lesquels toutes fois sont venus
SilvestreLesquelx touteffois toutesfois sont venus
TisserandLesquelx touteffois toutesfois sont venus
Yvon, 1977Lesquelx Qui touteffois certes, sont venus nés
 

De gens de basse condition.

Petit LaurensDe gens de bien basse condition.
Belot, 1500De gens de bien basse condition.
Oudot, ca. 1600De gens de bien basse condition.
Yvon, 1977De gens de basse condition. extraction.
 

La doctrine et correction

TisserandLa Ia doctrine et correction
Yvon, 1977La doctrine Savoir et correction éducation
 

De vous maistre: telx les a fait.

Petit LaurensDe vous maistre: telx telz les a fait.
Belot, 1500De vous maistre: telx telz les a fait.
Oudot, ca. 1600De vous maistre: telx telz les a fait.
Yvon, 1977De vous maistre: telx reçus tels les a fait. ont faits.
 

Or mourrez vous: conclusion.

 

Homme par mort est tost deffait.

Belot, 1500Homme par mort est tost deffait. desfait.
Baillieu, 1862Homme par mort est tost tout deffait.
Yvon, 1977Homme par mort est tost tôt deffait.

The schoolmaster

 

Le maistre descole

Yvon, 1977Le maistre MAÎTRE descole
 

Grammaire est science sans fable

Oudot, ca. 1600Grammaire Grammere est science sans fable
 

De toutes autres ouuerture:

Petit LaurensDe toutes autres ouuerture: couuerture
Oudot, ca. 1600De toutes autres ouuerture: l’ouuerture
Yvon, 1977Et De toutes autres ouuerture: toute autre elle est la clé
 

A ieunes enfens conuenable.

Petit LaurensA ieunes enfens enfans conuenable.
Belot, 1500A ieunes enfens enfans conuenable.
Oudot, ca. 1600A ieunes enfens ieune enfans conuenable.
Yvon, 1977A Aux ieunes enfens enfants conuenable.
 

Car sans elle: ie vous assure

Petit LaurensCar sans elle: ie vous assure asseure
Belot, 1500Car sans elle: ie vous assure asseure
Oudot, ca. 1600Car sans elle: ie vous assure asseure
Yvon, 1977Car sans elle: ie vous soyez assure
 

Que autres sciences nont cure

Oudot, ca. 1600Que autres sciences Qu'en autre sçience nont cure
Yvon, 1977Que sciences autres sciences nont cure
 

De entrer en entendement.

Oudot, ca. 1600De entrer en D'entrer, par bon entendement.
Yvon, 1977De entrer en entendement. pénétrer l’entendement.
 

Ainsi le veult dieu. et nature.

Yvon, 1977Ainsi le veult veulent dieu. et nature.
 

Par tout il fault commencement.

Yvon, 1977Par A tout il fault commencement.

Death to the soldier

 

Le mort

Petit LaurensLe La mort
Belot, 1500Le La mort
Oudot, ca. 1600Le La mort
 

Sur coursier ne cheual de pris

Oudot, ca. 1600Sur Sus coursier ne cheual de pris
Yvon, 1977Sur coursier ne ni cheual de pris prix
 

Homme darmes ne monteres

 

Plus. puis que la mort vous a pris:

Yvon, 1977Plus. puis que puisque la mort vous a pris:
 

Aduisez comme vous feres.

Belot, 1500Aduisez comme comment vous feres.
SilvestreAduisez comme comment vous feres.
TisserandAduisez comme comment vous feres.
Yvon, 1977Aduisez comme Songez à ce que vous feres.
 

Le monde ia tost laisseres.

Belot, 1500Le monde ia tost tantost laisseres.
Oudot, ca. 1600Le monde ia tost tantost laisseres.
Yvon, 1977Le monde ia tost bientôt laisseres.
 

Ne actendez plus courir la lance

Petit LaurensNe actendez Nattendes plus courir la lance
Belot, 1500Ne actendez Nattendes plus courir la lance
Oudot, ca. 1600Ne actendez N'attendez plus courir la lance
SilvestreNe actendez Nactendez plus courir la lance
TisserandNe actendez Nactendez plus courir la lance
Yvon, 1977Ne actendez N’espérez plus courir la lance
 

Regardez moy: tel vous seres.

 

Tous ieux de mort sont a oultrance

Petit LaurensTous Les ieux de mort sont a oultrance
Belot, 1500Tous Les ieux de mort sont a oultrance
Oudot, ca. 1600Tous Les ieux de mort sont a oultrance
Yvon, 1977Tous ieux Jeu de mort sont mène a oultrance violence.

The soldier

 

Lomme darmes

Belot, 1500Lomme Lhomme darmes
Oudot, ca. 1600Lomme L'homme darmes
SilvestreLomme Lhomme darmes
TisserandLomme Lhomme darmes
Baillieu, 1862Lomme L’HOMME darmes
Yvon, 1977Lomme L’HOMME darmes
 

A dieu le seruice du roy

Belot, 1500A dieu Adieu le seruice du roy
Yvon, 1977A dieu Adieu, le seruice du roy
 

Que soloye faire soir. et main.

Petit LaurensQue soloye souloye faire soir. et main.
Belot, 1500Que soloye souloys faire soir. et main.
Oudot, ca. 1600Que soloye souloye faire soir. et main. matin
SilvestreQue soloye soloys faire soir. et main.
TisserandQue soloye soloys faire soir. et main.
Yvon, 1977Que soloye faire je faisais soir. et main. matin
 

De mort suis prins en desarroy:

Belot, 1500De mort suis prins pris en desarroy:
Yvon, 1977De Par mort suis prins pris en desarroy:
 

Sans respit iusques a demain.

Yvon, 1977Sans respit répit iusques a demain.
 

A ceste danse par la main

Yvon, 1977A ceste cette danse par la main
 

Ie suis menez piteusement.

Petit LaurensIe suis menez mene piteusement.
Belot, 1500Ie suis menez mene piteusement.
Oudot, ca. 1600Ie suis menez mené piteusement.
Yvon, 1977Ie suis menez mené piteusement.
 

Mort y contraint tout homme humain

Belot, 1500Mort y contraint tout homme humain
Yvon, 1977Mort y contraint tout homme être humain
 

Mourir fault: on ne scet comment.

Belot, 1500Mourir fault: on ne scet scait comment.
Oudot, ca. 1600Mourir fault: on ne scet sçait comment.
Yvon, 1977Mourir fault: on ne scet sait comment.

Up to Schoolmaster and soldier