La grant dance des Femmes

Here is the text from La Grant Dance Macabre des Femmes from 1868. Two cases of upside-down U/N have been silently fixed.

The authority

lActeur.
Mirez vous icy mirez femmes/
pour prendre consolation/
et pansez a voz poures ames
qui desirent saluation.
cy bas nest pas la mansion
ou vous debues estre tousiours.
mort mect tout a destruction.
grant et petit meurt tous les iours.

Death to the queen

La Mort.
Noble Royne de beau corps saige
gente et ioyeuse a la venant/
iay/ de par le Grant Maistre/ charge
de vous amener maintenant.
et comme bien chose aduenant/
ceste dance en commanceres.
faictes debuoir au remanant.
vous qui viuez/ ainsy seres.

The queen

La Royne.
Ceste dance mest bien nouuelle/
et en ay le cueur fort surprins.
he Dieu! quelle dure nouuelle
a gens qui ne lont pas aprins.
las! en la mort tout est comprins:
Royne/ dame grande et petite/
les plus grans sont les premiers prins.
contre la mort na point de fuite.

Death to the duchess

La Mort.
Apres/ ma dame la Duchesse/
vous viens querir et prochasser.
ne panses plus a la richesse/
a biens na ioyaulx amasser/
il vous faut emmyt trespasser.
certes de vostre vie est fait.
cest follie de tant embrasser.
len nen porte que le bien fait.

The duchess

La Duchesse.
Ie nay pas encore trante ans.
helas! a leure que commance
a sauoir que cest de bon temps/
la mort vient tollir ma plaisance.
iay des amys/ argent cheuance/
soulas/ esbaz/ gens a deuiz/
par quoy mest dure la sentance.
gens aisez si meurent enuis?

Death to the regent

La Mort.
Or sa/ ma dame la Regente/
qui auez nom de si bien dire/
de danser/ fringuer/ estre gente
sur toultes quon sauroit eslire.
vous souliez les aultres conduire/
faistaier les gens et ralier.
mais il est temps de vous reduire.
La Mort fait trestout oblier.

The regent

La Regente.
Quant me souuiant des tabourins/
nopces/ festes/ harpes/ trompectes/
menestriers/ doulcaines/ clarins/
et des grans cheres que iay faictes/
mon cueur meurt entre ces entrefaictes.
mondanites nont plus cy lieu/
mais tournent en poures emplectes.
Tout ce passe/ fors aymer Dieu.

Death to the knight's wife

La Mort.
Gente femme de Cheuallier/
qui tant aymes deduit de chasse/
les engins vous fault abillier
pour suiure les trains de ma trasse.
cest bien chasser/ quant len porchasse
chose a son ame meritoire;
car au dernier la mort tout chasse.
Ceste vie est transitoire.

The knight's wife

La Femme du Cheuallier.
Pas si tost mourir ne pansoye.
et comment! ie souppay hyer/
sur lerbe vert/ en la saulsoye/
ou feiz mon esparuier gaier.
en rien plus ne se fault fier.
et quesse des faiz de ce monde?
Huy rire/ demain lermoyer.
La fin de ioye en deul redonde.

Death to the noblewoman

La Mort.
Dame/ plourez vos gorgerettes/
il nest plus temps de vous farder/
vos tourectez/ froncteaux/ bauectes
ne vous peuuent de presant ayder.
plusieurs sont de ceulx par cuyder
que la mort pour leur habis fleche/
chascune y deust bien regarder.
Par habiz mainte femme peche.

The noblewoman

La Femme de lEscuyer.
He! que ay ie meffait ou mesdit
dont ie doye souffrir telle perte?
iauoye achepte au lendit
du drap pour taindre en escarlate/
et eusse eu vgne robbe verte/
au premier iour de may qui vient;
maiz mon emprise est descouuerte.
Tout ce quon pense pas nauient.

Death to the young woman

La Mort.
Venez apres/ ma damoyselle/
et sarrez tous vos afficquetz.
ia ne me chault sestes laide ou belle/
laisser fault dances et quaquectz.
vous viendrez en daultres banquectz/
ou les attours sentent leau rose;
et verres iouctes et rocquetz.
Femme fait faire mainte chose.

The young woman

La Damoyselle.
Que me vallent mes grans attours
mes habis/ bonbans et beaulte/
quant tout fault delaissier en plours
oultre mon gre et voulente?
mon corps sera tantost porte
aulx vers et a la pourriture.
plus nen sera balle/ chante.
Ioye mondaine guieres ne dure.

Death to the citizeness

La Mort.
Et vous aussy/ gente bourgoise/
pour neant vous vous excuses/
Il est force que chascun voyse/
comme voyes et aduises.
Vos beaulx gorgeatz empesez
ny font reans/ ne large sainture.
maintes gens en sont abusez.
En toulx estas il fault mesure.

The citizeness

La Bourgoise.
Mes gectz et colectz de letisses
ne me exemptent point de la mort/
et mes grandes ioies et delisses
me tiennent adez a remort.
raison picque/ conscience mort.
et voyes les folies de Ieunesse
qui son rebours desire fort.
Ioyeusete tourne en tristesse.

Death to the widow

La Mort.
Femme vefue tirez auant/
et vous auances de venir;
vous voyez les aultres deuant/
il conuient vgne fois finir.
cest belle chose de tenir
lestat ou lon est apellee
et soy tousiours bien maintenir.
Vertu est toult par toult louee.

The widow

La Vefue.
De puys que mon mari mourust/
des affaires ay eu grantment/
sans ce que amy me secoureust/
si nom de Dieu gard seullement.
iay des enfens moult largement/
qui sont ieunes et non pourueuz/
dont iay pitie/ mais raillement.
Dieu ne laisse aulcuns despourueuz.

Death to the merchant's wife

La Mort.
Allons oultre/ gente marchande/
et ne vous chaille de peser
la marchandise quon demande.
cest simplesse dy plus muser.
a lame deussies aduiser.
le temps sen va heure apres heure/
et nest tel que den bien user.
Le merite et bien faict demeure.

The merchant's wife

La Marchande.
Qui gardera mon ouurouer/
tandis que ie suys en malaise?
mes gens ne feront que iouer/
les biens leur viennent a leur aise.
adieu ma ballance et ma chaise/
ou iay eu les yeulx diligens/
et trop cher vendu/ dont me poise.
Auarice si decoyt les gens.

Death to the bailiff's wife

La Mort.
Ha! ca/ ma dame la bailliue
des quaquetz tenus en lesglise/
qui auez iuge/ par raison viue/
mains vaillans gens a vostre guise/
ie vous signiffie ma main mise/
pour pouruoir daultrez en vostre lieu
car/ au iour dhuy/ seres desmise.
Point ne se fault iouer a Dieu.

The bailiff's wife

La Bailliue.
Femme si parle de legier/
la coustume nest pas nouuelle;
et si sentremet de iuger
des faiz daultruy/ et non point delle.
chascune se repputte telle/
que ce quelle dit/ est bien faict;
mais len se brulle a la chandelle.
Au monde ny a rien parfaict.

Death to the bride

La Mort.
Pour monstrer vanite/ folie
et quon doibt sur la mort veiller/
ca la main/ espousee iolie/
alons nous en deshabillier;
pour vous ne fault plus trauailler/
car/ vous viendres coucher aillieurs;
len ne se doibt trop resuailler.
Les faix de Dieux sont marueilleux.

The bride

lEspousee.
En la iournee que auoys desir
dauoir quelque ioie en ma vie/
ie nay que deul et desplaisir/
et si fault que tantost desuie.
He! mort/ pour quoy as tu enuye
de moy/ qui me prens si acoup?
si grant faulte nay desseruye.
Mais il fault louer Dieu de tout.

Death to the darling wife

La Mort.
Femme nourrie en mignotise
qui dormez iusques au disner/
len vous chauffe vostre chemise/
il est temps de vous desieuner
vous ne deussies iamais ieusner/
car vous estes trop megre et vuyde.
a demain vous viens adiourner.
Len meurt plus tost que on ne cuyde.

The darling wife

La Femme mignote.
Pour Dieu quon me voise querir
medecin et appothicaire/
et commant me fault il mourir
qui ay mary de si bonne affaire/
aneaulx/ rubis/ neuf ou dix paires?
ce morceau cy mest bien aigret/
et se passe tost vaine gloire.
Femme en ces saulx meurt a regret.

Death to the virgin

La Mort.
Doulce fille et belle pucelle/
ne vous chaille ia de laisser
la misere de vie mortelle
quil conuient a chascun passer/
car qui vouldra bien tout trasser/
il ny a seurte narrest en lieu/
fors son sauluement prochasser.
Virginite plaist bien a Dieu.

The virgin

La Fille.
En ce ciecle ieunes ou vieulx
ne sont pas a trop grand seurte.
de pleurs et larmes sont les cieulx/
les murs dennuy et pourete/
se on a vgne ioyeusete
il vient apres quinze douleurs.
pour vng bien double aduersite.
Plaisirs mondains finent en pleurs.

Death to the theologianess

La Mort.
Nous dires vous rien de nouueau
ma dame la theologienne
du Testament vieulx ou nouueau/
des faiz du ciel et de la channe?
soubz vgne robe se gouuerne
vng sans acquis pare de maistre/
mais le drap si gaste la panne.
Cest beaucoup que de se congnoistre.

The theologianess

La Theologienne.
Femme qui de clergie respond
pour auoir bruit ou quon lescoute
est des momes de petit pont
qui ont grans yeulx et ne voient goute/
saige est qui rondement si boute/
et qui veult trop sauoir est aueugle.
trop hault monter souuent chier couste.
Chascun en son faict est aueugle.

Death to the newly-wed

La Mort.
Apres/ nouuelle mariee/
qui auez mis vostre desir
a dancer et estre paree
pour festes et nopces choisir/
en dancant ie vous viens saisir/
au iour dhuy seres mise en terre.
mort ne vient iamais a plaisir.
Ioye sen va comme feu de ferre.

The newly-wed woman

La Nouuelle Mariee.
Las! demy an entier na pas
que commencay tenir mesnaige/
par quoy si tost passer le pas
ne mest pas douleur ains grant raige/
car iauois bon petit couraige
de marchier et faire marueilles.
mais la mort de trop pres me charge.
Petit de vent abat grant feuilles.

Death to the pregnant woman

La Mort.
Femme grosse/ prenes loisir
dentendre a vous legierement
ennuyt mourres/ cest le plaisir
de Dieu/ et par son mandement
alons pas a pas bellement/
en gectant vostre cueur es cieulx/
et nayes paour aulcunement.
Dieu ne fait rien que pour le mieulx.

The pregnant woman

La Femme grosse.
Ie auray bien petit usuffruit
de mon premier enfantement.
si recommande a Dieu le fruit/
et mon ame pareillement.
helas! bien cuydois aultrement
auoir grant ioye en ma gesine/
mais tout va bien piteusement.
Fortune tost se change et fine.

Death to the chambermaid

La Mort.
Dictes/ ieune femme a la cruche/
renommee bonne chambriere/
respondes au moins quant len huche/
sans tenir si rude maniere.
Vous nires plus a la riuiere
bauer au four ne a la fenestre.
veez cy vostre iournee derniere.
Aussy tost meurt seruant que maistre.

The chambermaid

La Chamberiere.
Quoy! ma maistresse ma promis
me marier et des biens faire/
et puys si ay daultres amys
qui luy ayd ont a parfaire.
He! men yraige sans riens faire?
ien appelle/ car on me fait tort
et/ quant a moy/ ne men puys taire.
Peu de gens se louent de la mort.

Death to the housekeeper

La Mort.
Saues vous/ recommanderesse/
point de bon lieu pour moy loger?
iay bon mestier/ que on madresse/
car nul ne me veult heberger.
mais ien ferai tant desloger/
que len congnoistra mon enseigne.
mourir fault/ pour vous abreger.
Nul ny pert que laultre ny gaigne.

The housekeeper

La Recommanderesse.
Ca! la mort na point damytie
et si ne fait riens pour requeste.
or/ argent/ priere/ pitie;
len sen ront pour neant la teste.
qui y veult resister est beste.
la mort a nulluy ne complaist/
et fault tous dancer a la feste.
Mourir conuient/ quant a Dieu plaist.

Death to the spinster

La Mort.
Ma damoyselle du bon temps
a tous voz anciens attours
il est de vous en venir temps.
nature en vous a faict son cours/
il nest ioye/ viande/ ne amours
qui vous puyst exempter du trac.
len ne peut pas viure tousiours.
Au bout de laune faut le drap.

The spinster

La vielle damoyselle.
Iay voyrement mon temps passe/
et ayme mieulx aussy mourir
que reuoir le vieulx temps passe/
et tant de misaire courir/
pities/ poures gens langourir/
et daultres choses dont me taiz/
Enfans/ pour bien viure et mourir/
Il nest plus grant bien que de paix.

Death to the Franciscan nun

La Mort.
Femme de grant deuotion
cloez vos heures et Matines
en cessant contemplation/
car iamays nyres a matines.
de vos prieres sils sont dignes
ils seruiront/ car Dieu les ot.
riens ny vallent/ souspirs ne signes.
Il fault mourir/ maschez ce mot.

The Franciscan nun

La Cordeliere.
Ie remercie le Createur
a qui plaist de menuoyer querre/
en louant le bon Redempteur
des biens qui ma donnes sur terre.
aux temptations iay eu guerre
qui est moult forte a demener/
mais il ayde qui le veut requerre.
Seruir Dieu/ cest viure et regner.

Death to the peasant woman

La Mort.
Ca! poure femme de villaige
suyuez mon train sans plus tarder/
plus ne vendres eufs ne formaige.
alez vostre pennier vuyder.
se vous auez sceu bien garder
pourete/ pacience et perte/
vous en pourrez bien amender.
Chascun trouuera sa desserte.

The peasant woman

La Femme de Villaige.
Ie prens la mort vaille que vaille/
bien en gre et en pacience.
francs archiers ont prins ma poullaille
et oste toute ma substance.
de poures gens ame ne pense.
entre voisins na charite.
chascun veult auoir grant cheuance.
Nul na cure de pourete.

Death to the old woman

La Mort.
Et vous/ ma dame langouree
qui auez venduz mains surpeliz/
dont de largent estes fourree/
et auez voz choux rempliz/
apres toulx vos soubhaiz acompliz/
conuient tout laisser et bailler.
selon la robe/ sont les pliz.
A tel potaige/ tel cuiller.

The old woman

La Vielle.
A tout mon cas bien recongnoistre
ie nay vescu sans reproche.
de moy sest assote mon maistre/
comme est vng coquin de sa poche/
par quoy iay mis ses vins embroche/
le sien faict manger a ma guise;
mais maintenant la mort saproche.
Tant va le pot a leau qui brise.

Death to the resales woman

La Mort.
Approuches vous/ reuanderesse.
sans plus cy faire demouree
vostre cueur iour et nuyt ne cesse
de gaigner pour estre honoree.
honneur est de poure duree
et se pert en mouuement dheure.
au monde na chose asseuree.
Tel rit matin qui au soyr pleure.

The resales woman

La Reuanderesse.
Hyer auoys gaigne deux salus
pour surfaire soubtillement/
mays ne scay qui les a tollus.
argent acquiz mauluaisement
ne fait ia bien communement.
helas! ie meurs/ cest daultre mez.
que iaye le prebstre hastiuement.
Il vault mieulx plus tart que iamaiz.

Death to the suitoress

La Mort.
Femme de petite value
mal viuant en charnalite/
qui auez mene vie dissolue
en toulx temps yuer et este/
ayez le cueur espouante
car vous seres de pres tenue.
pour mal faire on est tourmente.
peche nuyt quant len continue.

The suitoress

La Femme commune.
Au peche me suys soubzmise
par plaisance deshordonnee.
mauldiz soient ceulx qui my ont mise/
et au mestier habandonnee.
las! se eusse este bien menee
et conduite premierement/
iamais ny eusse este tournee.
La fin suyt le commancement.

Death to the hospitable woman

La Mort.
Femme dacueil et amyable
a festier gens a plante/
qui auez acquis amys de taille
pour parler de ioyeusete/
le temps nest plus tel qua este.
rien ne vault parler vacabond.
cest folie que de vanite.
Ceulx qui ont eu le bruyt ont le bond.

The hospitable woman

La Femme.
Iay eu des parents et amys
qui mont promys mons et merueilles/
mais quant ils voient quon est bas mys/
ilz baissent trestous les oreilles/
et sont aussi sours comme fueilles
que le vent faict voller par coulples.
fiez vous en promesses telles.
Mes amys sont au iour dhuy doubles.

Death to the wetnurse

La Mort.
Vous/ nourrisse/ et vostre beaufilz/
non obstant son couuertouer/
et son grant bonnet a troys filz/
deslogeres sans deslayer.
Vous ne le meneres plus iouer;
car toulx deulx si mourres ensemble.
femmes/ vecy beau mirouer.
La mort prent qui bon luy semble.

The wetnurse

La Nourrisse.
A ceste dance fault aller
comme vont les presbtres au ceyne
et voulsisse bien reculler.
mais ie sens la bosse en layne/
entre mes bras de mon alayne/
cest enfant meurt depidimye.
cest grant peche de mort soudaine.
Nulluy na heure ne demye.

Death to the shepherdess

La Mort.
Pas ne vous oubliray darriere.
venez apres moi. ca la main/
entendez vous/ plaisant bergiere/
len marchande cy main a main.
aulx champs nyres plus soir/ ne matin/
veiller brebiz ne garder bestes/
il ny a nul qui ayt demain.
Apres les veilles sont les festes.

The shepherdess

La Bergiere.
Ie prends congie du franc gontier
a qui iay regret a marueilles/
plus nauray chapeau desglantier/
car veez cy piteuse nouuelles.
adieu pastours et pastourelles
et les beaux champs que Dieu faict croistre.
a Dieu fleurs et roses vermeilles.
Il faut touz obeir au Maistre.

Death to the woman with crutches

La Mort.
Apres/ poure vielle aux potences
qui ne vous poues soubstenir/
cy bas nauez eu vos plaisances/
et si vous en conuient venir.
il y a aultre ciecle aduenir
ou pour vostre mal et misere
pourres a grant ioye paruenir.
Dieu recompense tout en gloire.

The woman with crutches

La Vielle.
De viellesse ne voy mez goutte/
par quoy ne crains guiere la mort.
il y a dix ans que iay la goutte/
et maladies me greuent fort.
mes amys ont le mien a tort
et nay vaillant dix blancs contens;
mays en Dieu est mon resconfort.
Apres la pluye vient le beau temps.

Death to the midwife

La Mort.
Venez/ sa garde dacouchees/
qui auez dresses mains bains perduz/
et les courtines destachees
ou sont les beaulx boucquetz panduz.
y la/ mains biens sont espandus/
et tant de metz/ que cest vng songe;
mayz ilz sont apres chiers venduz.
En la fin trestout vient a ronge.

The midwife

La Garde.
Iay voyrement dresse les bains
pour les comperes et commeres/
veu mangier beaulx pastes de coings
tartres/ darioles/ goryeres
et faire cent milles grans chieres.
mais si tost quon oste la table/
il nen souuient a nulluy guieres.
Ioye de mangier nest point durable.

Death to the young girl

La Mort.
Venez pres/ petite garsette/
bailles moy vostre bras menu.
il faut que sur vous la main mette.
vostre dernier iour est venu.
ie nespargne gros ne menu/
grant ou petit/ ce mest tout vng.
et prens tant paye/ tant tenu.
La mort est commune a chascun.

The young girl

La fillette.
Ha! ma mere ie suys happee/
veez cy la mort qui me transporte.
pour Dieu quon garde ma poupee/
mes cinq pierres/ ma belle coete.
ou elle vient trestout emporte/
par le pouoir que Dieu luy donne/
Vieulx et ieunes de toultes sortes.
Toult vient de Dieu/ toult y retourne.

Death to the nun

La Mort.
Suiuez le train/ religieuse/
de vos fais conuient rendre compte.
se point nauez este piteuse
aulx poures/ se vous sera honte.
en paradis point len ne monte/
fors par degres de charite.
entendes bien a vostre compte/
Toult se quen faict/ si est compte.

The nun

La Religieuse.
Iay faict tout du mieulx que iay peu/
aulx poures selon leur venue;
les malades panse/ repeu/
non si bien quy estoye tenue;
mais ce faulte y est aduenue/
Dieu me pardonne la deffaille/
sa grace tousiours retenue.
Il nest si niste qui ne faille.

Death to the witch

La Mort.
Oyes/ oyes/ len vous fait assauoir
que ceste vielle cy/ sorciere/
qui a fait mourir et decepuoir
plusieurs gens en maintes manieres/
est condempnee comme meurtriere
a mourir en feu et misaire.
cy la maine en son symetiere.
Cest belle chose de bien faire.

The witch

La Sorciere
Mes bonnes gens/ ayez pitie
de moy/ las toulte pecharesse
me donne par amytie
don de patenostre ou de messe.
iay fait des maulx en ma ieunesse
dont ades achapte la prime.
si pries Dieu que lame dresse.
Nul ne peult contre sa fortune.

The authority

lActeur.
O vous/ mes seigneurs et mes dames/
qui contemples ceste painture/
plaise vous prier pour les ames
de ceulx qui sont en sepulture.
de mort neschappe creature.
allez/ venez/ apres mourez.
ceste vie cy bien petit dure.
Faictes bien et le trouueres.

Iadiz feusmes comme vous estes
viuans/ parlans en facon telle
ne plus ne moine comme vous estes/
mais des gens mors nest plus nouuelle.
nul nenchault pas dune cyuelle
aulx hoirs ne amys des trespasses/
mays quilz aient argent et vesselle.
   Ayes en pitie. Cest asses.

Further information


Up to La grant dance