Loups ravissans, Malady

Malady attacks two bedridden women

One more "personnage" / scourge / chamber maid, namely Malady / Disease.

We find many names for those we love, and Malady reveals that: "one calls me fever, another poison […]" (»lung mappelle fieure et lautre poison«).

The author doesn't forget the most recent of the many names: "the Neapolitan ringworm". "others call me the Naples ringworm / or scabies, which is a different illness" (»Aultres mappellent de naples rongne / Ou galle qui est vng mal diuers«). Syphilis had just arrived in Europe and had spread especially during Charles VIII of France's siege of Naples in 1495:

Malady

    ¶ Maladie.

    MAladie suis qui accident
tous humains liure quasi auant qua mort
1380 Desquelz ie fais quant me va commandant
Sa voulente soit de boyteux ou tort
Et ne me chault qui ait ou droit ou tort
Car de dieu ie suis a ce permise
Pour flageller les bons a sa deuise
1385 Aucuneffois en ceste vie mortelle
Et pour pugnir mauluais qui a sa guise
Ne se gouuernent dinfirmite cruelle

    ¶ Car dieu aux bons aucuneffois menuoye
Pour les pugnir de leurs petis pechez
1390 Lesquelz souuent plus asprement guerroye
Que grans pecheurs denormes entachez
Car tant les ayme quil les veult non tachez
A soy tirer de ce val miserable
Pour leur donner la gloire pardurable
1395 Exemple auez de ce dedans la vie
Sainct gregoire cela est veritable
Lequel saint viuant ie nespargnay mie

    ¶ Mais touteffois soient bons ou mauuais
Tous ceulx tourmente que accident me baille
1400 Soient de paris ou de beauuais
Il ne me chault de ce pas dune maille
Car maladie ie suis qui a tous taille
a lung du froit & a laultre du chault
Par forte fieure: ou par raige de hault
1405 Mal que sentir fais a lung plus qua lautre
Maladie suis qui a tous liure assault
Nespargnant nul soit femme/ homme ou aultre

    Maladie suis qui dedans corps humains
Pour les exces quilz font souuent me boute
1410 Tant en leurs piedz comme dedans leurs mains
En guise de mal & aspre gouste
Maladie suis qui estains la veue toute
par grande raige dune douleur de teste
Maladie suis qui toutes gens tempeste
1415 Lung dune hanche et laultre dung coste
Lung dung talon qui est loing de la teste
Et lautre des rains par moy est tormente

    ¶ Maladie suis qui par peur entre es gens
Tant es grans personnes que es petites
1420 Maladie suis qui mains hommes indigens
Ay fait par mes oultraigeuses poursuites
Maladie suis qui ay maintz iambes cuytes
Par feu quon dit estre de sainct anthoyne
Maladie suis qui foys par medecine
1425 Aucuneffois mettre les gens si bas
Ou les faisant seigner de quelque vaine
Que daccident passent le mortel pas

    ¶ Maladie suis nommee par noms diuers
Car lung mappelle fieure et lautre poison
1430 Lautre chault mal: furieux et diuers
Lung me dit grauelle et lautre trembloison
Lung estre quaterre & laultre trenchoison
Lung pleurerie et lautre rompure
lung feu sacre et lautre enfleure
1435 lung goute et lautre passion colique
lung ladrerie et lautre greueure
Lautre mappelle maladie lunatique

    ¶ Lautre me nomme charbon ou malle bosse
Lung rougeole et lautre iaunisse
1440 Lung apostume ou cloud qui grande fosse
Font en la chair quant par la superfice
Des humeurs del il fault quaucun deux ysse
Et en ce point plusieurs me nomment
Et pour les miens fais me surnomment
1445 Mais touteffois maladie ie suis dicte
Deulx tousiours quelque non quilz me donnent
Raison si veult que ainsi soy dicte

    ¶ Aultres mappellent de naples rongne
Ou galle qui est vng mal diuers
1450 Par lequel ie grief et fais hongne
A maintes gens tant sont peruers
Et les fais dedans mes lictz enuers
Gesir rongneux et tout plain de gratelle
Ou ilz seuffrent vne peine mortelle
1455 Selon ce que accident me les liure
Qui peu de temps apres de ma tutelle
les oste et a la mort les liure

    ¶ Et par ces maulx que iay si nommez
souuenteffois le plus des viuans ie tormente
1460 Tant soyent bruians ou bien renommez
Plus lung que lautre de matiere excellante
Point ie ne tiens: mais quen mortelle sente
Fault quilz cheminent tant poure que le riche
soit vertueux ou auaricieux chiche
1465 Tout mest vng: car point ie ne menquiers
Qui est celluy ou accident me fiche
Mais ses desirs iacomplis voulentiers

    ¶ Accident aussi dedans mes lictz de telz
En met que guerroye vng petit
1470 Pour acongnoistre leur donner que mortelz
Ilz sont/ puis leur donne vng respit
Aucuneffois dont il a despit
Quant il voit que pis font que deuant
parquoy de rechief tant greuant
1475 les va qui les baille a la mort
Et ainsi de plusieurs souuent
Fait qui meurent soubdain sans confort

    ¶ Et quant il veult ie les tiens en langueur
Plus les vngs que les aultres et regente
1480 par mal cruel qui leur fait tel rigueur
Que mors estre vouldroient ie men vante
Car leur douleur de iour en iour iaugmente
et fais croistre sans querbe ne racine
Leur puisse ayder naucune medecine
1485 et en ce point les gouuerne & tiens
Jusques a ce que mort se determine
De leur finer la douleur ou les tiens

    ¶ Et mesmement ceulx qui cuident fuyr
les accidens de mort pour changer lieu
1490 Souuenteffois affin que reconsuyr
soient daccident les arreste au meillieu
De leur chemin en quelque hostel dieu
Gesir les fais iusques a tant quil viengne
Lequel les prent ou il veult et empoigne
1495 Et les baille a la mort belle ou laide
Pource a chascun de vous viuans souuiengne
Que pour loing fuyr contre mort naures ayde

    ¶ Mais des bourgoys et cytoiens de ville
Telz arrestz fais le plus communement
1500 Qui pour vng peu de peste dont leur ville
Et assaillie cuident aucunement
Pour la laisser faire resistement
Encontre moy et contre accident
pour par les champs fuyr vers occident
1505 Ou orient la ou ie les assaulx
A telle heure quilz ne sen vont gardant
Puis mort les prent come les siens vassaulx

    ¶ Pour quoy vous donc a qui accident maine
Guerre en ce monde qui est plain de misere
1510 Ne soyez plus serfz a peche qui maine
Voz corps et ames en enfer ont lumiere
Deffault du tout: et ou angoisse austere
Sans fin on a/ mais sa dieu aggreable
Vous voulez estre et la vie pardurable
1515 Auoir apres le deces de voz iours
Misericors soyez et pytoyable
Car aux piteux dieu pardonne tousiours

    ¶ Et si celluy qui est misericors
Jamais tant comme au monde il sera
1520 Sil de son pain pour substanter les corps
Des poures donne point disette naura
Et au contraire celluy qui mussera
son forment durant le temps de famine
Comme les prouerbes le determine
1525 Mauldit sera entre les populaires
si que ses biens en viendront en ruine
Dons fais pour dieu sont tousiours salutaires

    Et notes bien que cest aux gens debilles
Et aux indigens a qui tu dois donner
1530 et non aux riches comme es euangilles
De sainct luc lire le peux se adonner
Ty veulx qui dit. que quant vouldras ardonner
Aulcun conui que les poures tu appelle
Et non les riches/ mais que tu les repelle
1535 Car pour aux poures donner et secourir
Souuenteffois dieu les pecheurs rappelle
Et deternelle mort les garde de mourir

    ¶ Et si vous dy quau iour du iugement
Sur les mesericors leurs dons apparoistront
1540 Lesquelz pour dieu trescharitablement
Durant leurs vie donnez aux poures auront
Et toutes choses manifestes leur seront
Comme parolles en vng liure escript
Et si seront par le tresbon iesuchrist
1545 Logez es cieulx dedans son paradis
Auaricieulx retenez cest escript
Rien nemporterez Et a tant plus nen dis

Author / Authority

    ¶ Lacteur.

Quant maladie eut acheue
Ces parolles dessus escriptes
1550 lesquelles point nay controuue
Aulcuns estans soubz ses conduites
Qui par infirmitez mauldictes
Fait mourir el auoit languissans
Si commencerent en fremissans
1555 A eulx complaindre/ mais ie ne peuz
Estre yceulx en riens congnoissans
Pour accident que ie rapperceuz

    ¶ Non tant seulement ne peuz ie pas entendre
leurs complaintes/ car celluy accident
1560 Incontinent la parolle alla prendre
Ou ientendis pourtant que resident
Plus pres de moy estoit et euident
Que les aultres dont vous fais mencion
lequel disoit ce dont rescription
1565 Faicte ie ay apres ceste hystoire
Ou on peult lire la malediction
Quil dit quaux riches fait de sa chassoire