Yvon: La danse des hommes, En Sammenligning

Dette er en sammenligning af Guy Marchant's udgivelse fra 1486 med den moderne oversættelse / gendigtning forfattet af Anne-Marie og Jacques-Paul-Sosthène Yvon.

Yvons' bog indeholder en lang række tekster, men her kigger vi kun på Mændenes dans fra La Danse Macabre.

I denne sammenligning af mændenes dans ignoreres forskelle, der skyldes accenter og ombytning af i/j/y, u/v, c/s/z, ct/t, ult/ut, uld/ud, cq/q og lx/x. Tekster i rødt er fra 1486-udgaven og tekster i grønt er af Yvon.

Tak til Johnatan Marin for transskribering af teksten.

Autoriteten

Lacteur LE RÉCITANT
O creature roysonnable raisonnable
Qui desires vie eternelle.
Tu as cy doctrine notable:
Pour bien finer achever vie mortelle.
La dance macabre sappelle:
Que chascun a danser apprant. apprend.
A homme et femme est naturelle.
Mort nespargne n’épargne petit ne grant. ni grand.


En ce miroer miroir chascun peut lire
Qui le Qu’il lui conuient ainsi danser.
Saige Sage est celuy qui bien si mire.
Le mort fait le vif fait auancer.
Tu vois les plus grans commancer grands commencer
Car il nest nul que mort ne fiere: n’enferre.
Cest piteuse chose y panser. penser.
Tout est forgie dune fait de même matiere.

Fire musikere

Le premier mort
Vous qui, par diuine sentence
Qui viues en estatz des états diuers
Vous danserez Tous: danseres ceste cette danse
Vnefoys. et Une fois, bons: et comme peruers.
Et si Ainsi seront menges de mangés des vers
Voz corps. helas: regardez nous
Mors. Morts, pourris. puans. descouuers puants, découverts.
Comme Tels nous sommes: telx tels seres vous.

Le second DEUXIÈME mort
Dictez nous par pour quelles raisons
Vous ne penses point a morir mourir,
Quant Quand la mort va en voz maisons
Huy lung: demain lautre Chaque jour l’un de vous querir.
Sans quon vous puisse secourir
Cest mal viure: sans y n’y point penser
Et troup grant trop grand danger de perir.
Force est quil faille ainsi danser.

Le tier TROISIÈME mort
Entendez ce: que ie vous dis.
Ieunes et vieulx: petis petits et grans grands
De iour en iour selon les dis dits
Des sages: vous alez mourans mourant
Car vos iours vont diminuans diminuant.
Pour quoy: C’est pourquoi tous serez trespasses trépasserez,
Ceulx Vous qui viuez: deuant avant cent ans:
Las: cent ans seront tost tôt passes.

Le quart QUATRIÈME mort
Deuant quil soient Avant que cent ans soient passes
Tous les viuans vivants, comme tu dis
De ce pauvre monde seront passes auront laissé
En enfer: Pour l’enfer ou en le paradis
Mais, Mon compagnon: mais ie te dis.
Il est Peu de gent sont gens qui aient cure
Des trespasses: ne trépassés ou de noz dis. dits
Le fait deulx: git en aduenture. Laissent leur vie à l’aventure

Døden til paven

Le mort
Vous qui viuez: certainnement
Quoy quil tarde Tôt ou tard ainsi danceres:
Mais quant: quand? dieu le scet sait seulement
Aduisez comme Avisez comment vous feres.
Dam Seigneur pape: vous commenceres
Comme le plus digne seigneur:
En ce point honore seres
Aux grans maistre grands maîtres est deu lonneur dû l’honneur.

Paven

Le pape
Hee: Las! fault il que la dance mainne je mène
Le premier: qui suis moi, dieu en sur la terre
Iay eu dignite souuerainne
En leglise comme saint pierre:
Et comme autre Faut il qu’ainsi mort me vient querre requière
Encore Si tôt mourir point morir ne cuidasse: pensais,
Mais la mort atous mainne à tous mène guerre
Peu vault honneur que si tost tôt passe

Døden til kejseren

Le mort
Et vous le non pareil nonpareil du monde
Prince et seigneur grant emperiere grand empereur,
Vous faut Laisser fault la pomme dor ronde:
Armes: ceptre: timbre: baniere. et tous vos honneurs.
Ie ne vous lairay laisserai pas derriere
Vous ne pouez plus signorir. Votre seigneurie doit finir.
Ien mainne J’emporte tout cest ma maniere.
Les filz adam fault tout d’Adam doivent mourir.

Kejseren

Lempereur
Ie ne scay sais deuant qui iapelle j’en appelle
Contre mort, De la mort: quansi me demainne. moi souveraine.
Arme me fault munir de pic. de pelle:
Et dun linseul ce mest grant painne grande peine.
Sur tous ay j’ai eu grandeur mondainne:
Et morir mourir me fault pour tout gage.
Quest ce Qu’en est il de mortel demainne. puissance humaine
Les grans grands ne lont pas dauantage

Døden til kardinalen

Le mort
Vous faitez lesbay l’ébahi, se semble
Cardinal: sus legierement Et vivement
Suiuons les autres tous emsemble ensemble
Rien ny vault ebaissement. Point ne sert ébahissement.
Vous auez vescu haultement:
Et en honneur a grant deuis: vous plaisiez dans les honneurs,
Prenez en gre lesbatement. Agréez cet ébattement.
Raison se perd En grant honneur se pert laduis. la grandeur.

Kardinalen

Le cardinal
Iay bien cause sujet de mesbair m’ébahir
Quant ie me voy Quand de cy pres je me vois pris.
La mort mest est venue assaillir: m’assaillir.
Plus ne vestiray vert. ne n’aurai vair ni petit gris.
Chapeau rouge. chappe de pris prix
Me fault laisser a grant destresse: en grand détresse,
Mais Ie ne lauoye l’avais pas apris.
Toute ioye fine finit en tristesse.

Døden til kongen

Le mort
Venes noble roy couronne
Renomme Au renom de force et de proesse prouesse.
Iadis fustez enuironne vous fûtes entouré
De grant pompez grand pompe et de grant grand noblesse:
Mais maintenant toute hautesse
Lesseres: Laisserez. vous neste n’êtes pas seul.
Peu ares garderez de vostre richesse. vos richesses
Le plus riche na qun linceul.

Kongen

Le roy
Ie nay point apris a danser
A Cette danse et note si sauaige: aux accents sauvages.
Las Hélas! on peut veoir voir et penser
Que vault orgueil. force. linaige. ou lignage
Mort destruit détruit tout: cest son vsage:
Aussi tost le grant vite petit que le maindre grand.
Qui moing moins se prise plus est sage.
En la fin fault deuenir cendre. serons fatalement.

Døden til legaten

Le mort
Legat vous estez arreste: êtes arrêté.
Dehors ne ires ie vous affie. le dis: hors n’irez mie.
Tenez vous seur. et apreste apprêtez
Pour A bien mourir. ie vous certiffie
Que mort auiourduy aujourd’hui vous deffie.
Entendez y: le: cest vostre fait. votre affaire.
En Qu’en longue vie longue: nul ne si se fie.
Le vouloir Volonté de dieu doit estre fait. nous faut faire.

Legaten

Le legat
Du pape ie auoye j’avais la puissance
Se ne fut cest Et hormis cet empeschement:
Daller J’allais comme legat en france.
Mais faire il me fault faire autrement.
Car morir voi: quant. Je vais mourir; quand, ou comment.
Ne Ni en quel lieu: ie ne say sais pas.
Mon dieu est: qui lui, le scet sait seulement.
La Mort suit lomme l’homme pas apres à pas.

Døden til hertugen

Le mort
Tresnoble Très noble duc: renom auez
Dauoir fait par vostre proesse votre prouesse,
Par tout: Partout ou vous estez trouuez: êtes trouvé,
Beaulx fais faits darmes: et de noblesse.
Monstrez cy vostre ardiesse: Montrez ici votre hardiesse
Et dansez pour gaigner gagner le pris. prix.
Apres tout homme Oui, tous les hommes la mort chasse. presse.
Les grans Grands souuent sont premier les premiers pris

Hertugen

Le duc
De Par mort suis assailliz tresfort: assailli très fort
Et tour ne say tour sais pour me deffendre.
Ie voiz que Le fort et le faible la mort: le plus fort.
Comme Je le fleible: tend a vois, s’efforce de prendre.
Que doy ie me faut il faire: lactendre
Pacienmemt. Patiemment et du de bon cueur gré
Pour ses bienfaits grâce A dieu de ses biens grace rendre.
Hault estat état nest pas le plus seur. assuré.

Døden til patriarken

Le mort
Patriarche pour basse chiere figure amère
Ne Vous ne pouez estre quitte. pourra faire acquitter
Vostre La double crois quaues chiere croix qui vous est chère
Vng Un aultre aura: cest equite.
Ne pensez plus a dignite:
Ia Jamais ne seres pape de à rome.
Pour rendre compte este êtes cite.
Folle esperance decoit lomme. l’homme.

Patriarken

Le patriarche
Bien apercoy perçois que mondain honneur
Ma deceu: pour dire déçu; je le donne à voir.
Mes ioyes a torne se changent en doleur: douleur.
Et que vault A quoi bon tant donneur d’honneur auoir.
Trop hault monter nest pas sauoir
Haulx estas gaitent Hauts états tentent gens sans nombre
Mais peu le veulent parceuoir. s’apercevoir
A Qu’à hault monter le faiz faix encombre.

Døden til connétablen

Le mort
Cest de mon droit que ie vous mainne. gagne.
A la dance gent connestable: beau connétable
Les plus fors forts, come charlemaigne Charlemagne,
Mort prent: prend; cest chose veritable.
Rien ny vault chiere espouentable fait, ni air effroyable
Ne Ni fortes armes en cest cet assault
Dun cop iabas seul coup j’abats le plus estable. stable.
Rien nest darmes quant mort assault attaque, arme ne vaut.

Connétablen

Le connestable CONNÉTABLE
Iauoye encor intencion J’avais encore intention
Dassaillir chateau. forteresse:
Et mener gens mettre a subiection sujétion,
En aquerant honneur. richesse.
Mais ie voy vois que toute proesse prouesse
Mort met a bas: cest grant despit. grand dépit.
Tout luy est vng: doulceur un: douceur, rudesse.
Contre la mort na n’est nul respit. répit.

Døden til ærkebiskoppen

Le mort
Que vous tires Ne jetez la teste tête en arriere
Archeuesque: tire vous Archevêque! Venez plus pres.
Aues Craignez vous peur quon que je ne vous fiere ferre
Ne doubtez: N’en doutez pas, vous venres apres. me suivrez.
Nest pas tousiours la mort empres n’est elle pas auprès
Tout homme: et le suit coste De tous les hommes, côte a coste. côte
Rendre Payer conuient debtes. dettes et prestz. prêts.
Vne fois Il fault compter rendre comptes a loste. l’hôte.

Ærkebiskoppen

Larcheuesque L’ARCHEVÊQUE
Las: ie ne scay sais ou regarder
Tant suis par cette mort a grant destroit grand peur me fait
Ou fuiray ie pour moy aider: me garder
Certes qui bien la congnoistroit connaîtrait
Hors de raison iamais nistroit: ne sortirait.
Plus ne gerray en n’habiterai chambre painte. peinte
Morir Mourir me conuient cest le droit. un fait.
Quant faire Mais quand le fault cest grant grand contrainte.

Døden til ridderen

Le mort
Vous qui entre les grans grands barons
Aues eu renom cheualier:
Obliez Oubliez trompettes. clarons. clairons,
Et me suiues sans sommellier. sommeiller.
Les dames solies reueillier: aimiez réveiller,
En faisant danser longue piece. long bâton
A autre danse il fault veillier veiller.
Ce que lun fait lautre depiece. qu’uns font, autres le défont.

Ridderen

Le cheualier
Or ay ie este autorise J’ai été bien considéré
En pleuseurs fais: plusieurs faits, et bien fame
Des grans. grands et des petis petits prise.
Auec ce Et aussi des dames ame. aimé,
Ne oncques Jamais je ne fus diffame
A En la court de cour d’un seigneur notable:
Mais a ce cop coup suis tout pasme pâmé.
Dessoubz Dessous le ciel na n’est rien estable. de stable.

Døden til biskoppen

Le mort
Tantost naurez vaillant ce pic Tantôt cette crosse perdrez
Des biens du monde. et de nature.
Euesque: de Évêque, pour vous il c’en est pic fait
Non ostant vostre Nonobstant votre prelature.
Vostre fait git en auenture. Votre sort est à l’aventure.
De vos subges sujets fault rendre compte:
A chascun dieu fera droicture.
Point Nest pas asseur sûr celui qui trop hault tant monte.

Biskoppen

Leuesque L’ÉVÊQUE
Le cueur Mon cœur ne me se peult esioir réjouir
Des nouuelles que mort maporte
Dieu vouldra de tout compte oir: mes comptes ouïr,
Cest ce que plus Cela surtout me desconforte:
Le monde aussi: peu me conforte réconforte
Qui tous a la fin desherite.
Il retient tout: nul rien nemporte
Car Tout ce passe fors le merite.

Døden til adelsmanden

Le mort
Auance Avancez vous gent escuier
Qui des danses saues de danser les tours.
Lance pourties: et escu hier: vous portiez,
Et huy vous fineres Aujourd’hui finirez vos iours.
Il nest rien qui ne praigne cours. dure toujours.
Point ne pensez à fuir, Dansez: et panser de suir.
Vous ne poues auoir secours.
Il nest: qui Pour tromper mort puisse fuir. nul n’a succès.

Adelsmanden

Lescuier
Puis que Puisque mort me tient en ses las
Aumoins Au moins que ie puisse vn mot dire.
A dieu deduis: a dieu solas: Adieu, plaisir et joie, hélas
A dieu Adieu dames plus ne puis rire.
Pensez de à lame: qui desire
Repos. ne vous chaille plus souciez tant
Du corps: que qui tous lesiours les jours empire
Tous fault morir on ne scet quant. nous devons mourir, mais quand

Døden til abbeden

Le mort
Abbe: venez tost: çà, vous fuyez:
Nayez ia la chiere esbaye. Ne prenez pas mine ébahie,
Il conuient que la mort suiuez: suiviez,
Combien Bien que moult lauez l’ayez souvent haye
Commandez a dieu labaye: commendez
Que Qui gros et gras vous a nourry.
Tost pourrirez a peu de aye. Au tombeau bientôt descendrez.
Le plus gras est premier pourry.

Abbeden

Labbe
De cecy point neusse point enuie: eu l’envie
Mais il conuient le pas convient de passer.
Las: or que nay ie pas en toute ma vie
Gardez mon ordre Vécu sans casser. la règle fausser
Garde Gardez vous de trop embrasser
Vous qui viuez au demorant: en ce moment,
Se Si vous voulez bien trespasser. trépasser.
Trop tard est On sauise tard sage en mourant.

Døden til fogeden

Le mort
Bailly qui sauez quest connaissez iustice
Haute Et hault basse, et bas: en mainte guise:
Pour gouuerner pratiquer toute police.
Venez tantost tantôt a ceste cette assise.
Ie vous adiourne ajourne de main mise mainmise
Pour rendre compte de vous fais vos faits
Au grant Grand iuge: qui tout vng chacun prise.
Tout Vn chascun porteras porte son fais. faix.

Fogeden

Le bailly
Hee Par dieu: vecy voici dure iournee:
De ce cop pas coup ne me gardoye m’étais gardé.
Or Hélas! ma chance est la chanse bien tornee: tournée
Entre iuge honneur auoye. J’étais parmi juges loué,
Et mort me fait raualer ma ioye: ravaler
Qui ma adiourne Car m’ajourne sans rappel. nul appel.
Ie ny voy plus ne tour ne voye. vois comme échapper.
Contre la mort na il n’est point dappel.

Døden til astrologen

Le mort
Maistre: pour vostre regarder Maître, malgré vos yeux fixés
En hault: ne pour vostre clergie: Au ciel, malgré votre savoir,
La mort Ne pouez la mort retarder.
Cy ne vault rien astrologie. n’a nul pouvoir.
Toute la genealogie
Dadam qui fut le premier homme
Mort prent: ce Mourra, nous dit theologie.
Tous fault mourir pour vne pomme

Astrologen

Lastrologien L’ASTROLOGUE
Pour science ne pour pas plus que degrez:
Ne puis auoir prouision. me donnent protection
Car maintenant tous mes regrez je n’ai que regrets,
Sont: morir a De mourir ai confusion.
Pour finable C’est l’ultime conclusion.
Ie ne scay n’ai plus rien que plus descriue. pour faire livre,
Ie pers cy perds toute aduision. réflexion.
Qui vouldra Pour bien morir mourir il faut bien viue vivre.

Døden til borgeren

Le mort
Bourgois hastez vous Bourgeois, venez donc sans tarder.
Vous nauez auoir ne ni richesse
Qui vous puisse de mort garder.
Se Si des biens dont eustes eûtes largesse:
Aues bien vse: cest sagesse.
Tout vient Dautruy vient tout: a atruy autrui passe
Fol est qui damasser se blesse. ne cesse
On ne scet sait pour qui on amasse.

Borgeren

Le bourgois BOURGEOIS
Grant Grand mal me fait si tost laissier tôt laisser
Rentes: maisons: cens: norritures nourriture.
Mais pouures: Mort, tu fais riches abaissier rabaisser,
Tu faiz mort: telle est Pauvres aussi, c’est ta nature
Sage nest pas la creature.
Damer D’aimer trop les biens bien qui demeurent
Au monde: et sont sien siens de droiture.
Ceulx qui plus ont: plus enuiz Les riches volontiers ne meurent

Døden til kannikken

Le mort
Sire chanoine prebendez: prébendé,
Plus ne aures distribucion: n’aurez distribution
Ne gros: ne vous il Ni argent, plus n’en acttendez:
Prenez cy consolacion. en consolation.
Pour toute retribucion rétribution
Mourir Il vous conuient sans demeure mourir sur l’heure.
Ia ny aurez dilation. Point n’aurez de rémission.
La mort vient quon ne garde leure sans dire son heure.

Kannikken

Le chanoine
Cecy guere ne bien peu me conforte: réconforte.
Prebende fus en mainte eglise.
Or est la mort Mais plus que moy la mort est forte
Que tot en mainne: cest Elle emmène tout à sa guise.
Blanc surpelis surplis et amusse aumusse grise
Me fault laissier: laisser et a mort rendre.
Que vault gloire sy tost bas mise. tôt remise
A bien morir mourir chacun doit chascun tendre.

Døden til købmanden

Le mort
Marchant: regardez par deca. Marchand, venez de ce côté
Pleuseurs Maint pays auez cerchie parcouru,
Naguère, A pie: cheval et a cheual de pieca: pied,
Vous nen seres plus empeschie. retenu,
Vecy vostre Voici votre dernier marchie. voyage.
Il conuient que vous faut par cy passez. ici passer,
De tout soing seres despeschie. D’aucun souci n’aurez plus charge.
Tel couuoite convoite qui a assez.

Købmanden

Le marchant MARCHAND
Iay este amont passé par mont et aual: par val
Pour marchander ou ie pouoye. pouvais,
Par long temps Fort longtemps, a pie: pied, a cheual:
Mais maintenant pers toute ioye De tout mon pouvoir achetais.
De tout mon pouoir acqueroye: A présent, je perds toute joie.
Or ay ie assez. Mon gain est fait. Las! mort me contraint. tient.
Bon fait aller moyenne Il faut garder la juste voye.
Qui trop embrasse peu estraint. étreint.

Døden til skolelæreren

Le mort
Il est des Hommes pluseurs sont chers tenus estimés,
Au Du siecle. et en religion.
Lesquelx Qui touteffois certes, sont venus nés
De gens de basse condition. extraction.
La doctrine Savoir et correction éducation
De vous maistre: telx reçus tels les a fait. ont faits.
Or mourrez vous: conclusion.
Homme par mort est tost tôt deffait.

Skolelæreren

Le maistre MAÎTRE descole
Grammaire est science sans fable
Et De toutes autres ouuerture: toute autre elle est la clé
A Aux ieunes enfens enfants conuenable.
Car sans elle: ie vous soyez assure
Que sciences autres sciences nont cure
De entrer en entendement. pénétrer l’entendement.
Ainsi le veult veulent dieu. et nature.
Par A tout il fault commencement.

Døden til soldaten

Le mort
Sur coursier ne ni cheual de pris prix
Homme darmes ne monteres
Plus. puis que puisque la mort vous a pris:
Aduisez comme Songez à ce que vous feres.
Le monde ia tost bientôt laisseres.
Ne actendez N’espérez plus courir la lance
Regardez moy: tel vous seres.
Tous ieux Jeu de mort sont mène a oultrance violence.

Soldaten

Lomme L’HOMME darmes
A dieu Adieu, le seruice du roy
Que soloye faire je faisais soir. et main. matin
De Par mort suis prins pris en desarroy:
Sans respit répit iusques a demain.
A ceste cette danse par la main
Ie suis menez mené piteusement.
Mort y contraint tout homme être humain
Mourir fault: on ne scet sait comment.

Døden til karteuser

Le mort
Homme darmes plus ne reste: baissez la tête
Allez sans faire resistence. résistance,
Cy ne pouez rien conqueste. Pour vous, ici, plus de conquête
Vous aussi: homme dastinence d’abstinence,
Chatreux: Chartreux, prenes en pacience. patience.
De vivre plus viure nayez memoire.
Faictez vous valoir a la danse.
Sur tout homme mort a victoire.

Karteuseren

Le chartreux
Ie suis au monde pieca déjà mort
Par quoy Aussi de viure ay moing moins enuie
Ia soit Alors que tout homme chacun craint la mort
Puis que la char Puisque ma chair est assouuie:
Plaise a dieu que lame rauie
Soit es cielx aux cieux apres mon trespas. trépas
Cest tout neant de ceste que cette vie.
Tel est huy: qui ce jour, et demain nest pas.

Døden til sergenten

Le mort
Sergent qui porte cellez portez cette mace:
Il semble Je vois que vous vous rebellez.
Pour neant En vain vous faictez la grimace:
Se on vous greue si appellez. Pour offense en justice allez.
Par mort Vous este de mort appellez. êtes appelé
Qui luy rebelle il résiste se decoit.
Les plus fort forts sont tost tôt rauallez.
Il nest fort quaussi qui assez fort ne soit.

Sergenten

Le sergent
Moy qui suis royal officier:
Comme Comment mose la mort frapper
Ie fasoye remplissais mon office hier.
Et elle Aujourd’hui, mort me vient huy happer:
Ie ne scay quelle part eschapper: sais par où m’échapper,
Ie suis De tous côtés me voici pris deca et dela.
Malgre moy me laisse apper. attraper.
Enuiz meurt qui appris ne la. Dure est mort à l’homme surpris.

Døden til munken

Le mort
Ha maistre: par la passeres Allons, maître, il vous faut passer
Naiez ia soing souci de vous deffendre
Hommes Plus hommes nespouenteres. n’épouvanterez.
Apres A vous, moinne sans plus actendre
Ou pensez A l’évidence il faut vous: cy fault entendre rendre.
Tantost Tantôt aurez la bouche close.
Homme nest: fors rien que vent & cendre
Las! Vie domme d’homme est moult bien peu de chose

Munken

Le moinne
Iamasse J’aimerais bien mieulx encore estre être
En cloistre Au cloître et faire mon seruice
Cest vng lieu deuost dévot & bel estre de saints aîtres.
Or ay ie comme fol. et nice. j’ai, dans ma folle malice,
Ou Au temps passe commis maint vice
De quoy Dont je nay pas fait penitance pénitence
Souffisant. Assez. Que dieu me soit propice
Chascun nest pas toujours ioyeux qui danse

Døden til ågerkarlen

Le mort
Vsurier. de sens desrugles au cœur déréglé,
Venez tost: çà et me regardez.
Dusure estes êtes tant aueugles: aveuglé
Que dargent gaingner tout pour argent gagner ardez
Mais bien attrapé vous en seres bien lardez
Car se si dieu qui est merueilleux
Na pitie de vous: tout perdez perdrez.
A tout perdre est cop un coup perilleux

Ågerkarlen

Lusurier
Me conuient faut il donc si tost morir: tôt mourir
Ce mest grant fort grand peinne & greuance souffrance,
Et ne me pourroit peuvent secourir
Mon or mon argent ma cheuance puissance.
Ie vois morir vais mourir, la mort mauance s’avance,
Mais il men desplait ce me déplaît, somme toute
Quest ce de male acoustumance J’ai eu mauvaise accoutumance.
Tel a beaux bons yeux qui ne voit goute

Den fattige mand

Le poure homme L’HOMME PAUVRE
Vsure est tant mauluaiz pechie très mauvais péché,
Comme chascun dit: et raconte.
Et cest Pourtant cet homme: qui approchie touché
Se sent de Par la mort: ne sait nen tient conte. compte
Mesme Même largent: quen ma main compte tiens
Encore a vsure me preste. prête
En rendre compte Il deura de retour au compte. bien.
Nest pas quitte qui doit de reste. a des dettes.

Døden til lægen

Le mort
Medicin a tout vostre orinne Médecin, avec votre urine,
Vous vous Voies vous icy quamander: ci quémandé.
Iadis sceutes de medicine connaissiez médecine
Asses pour pouoir commander.
Or vous vient la mort demander.
Comme autre chacun vous conuient morir: faut mourir,
Vous ny ne poues contremander. y échapper.
Bon mire est: Malin qui se scet saurait s’en guerir.

Lægen

Le medicin MÉDECIN
Long temps a quen Depuis longtemps lart de phisique
Iay mis toute mon estudie. Avec grande ardeur étudie,
Iauoye science et avais avec pratique.
Pour guerir mainte maladie.
Ie Mais ne scay que ie contredie connais nul traitement
Plus ny ne vault herbe ne ni racine:
Nautre Qu’en autre remede quoy quon die. assurément.
Contre la mort na medicine. n’y a médecine.

Døden til frieren

Le mort
Gentil amoreux gent et frique amoureux sympathique
Qui vous cuidez croyez de grant grand valeur:
Vous estez êtes pris la mort vous pique.
Le Laisserez monde lares a doleur. avec douleur,
Troup Trop lauez amer: aimé, cest foleur: folie.
Et a morir La mort avez peu regarder. regardée.
Ia tost vous changeres coleur. Vos couleurs seront tôt ternies
Beaute nest quimage farder. fardée

Frieren

Lamoreux LE DÉBAUCHÉ
Helas: or il ny a il nul secours
Contre mort a dieu Adieu, amourettes:
Moult tost Trop tôt va ieunesse a decours.
A dieu Adieu, chapeaux bouques bouquets, fleuretes
A dieu amans Adieu, amants et pucelettes:
Souuienne Souvenez vous de moy souuent.
Et vous mirez se si sages estes: êtes.
Petite plue pluie abat grant grand vent.

Døden til advokaten

Le mort
Aduocat Avocat, sans long proces faire
Venez vostre votre cause plaidier. plaider.
Bien aues sceu su les gens actraire
De pieca: non pas duy ne dier. Autrefois, et le vrai farder.
Nul Conseil si ne vous peut aidier. aider.
Au grant Grand iuge vous fault venir
Sauoir En vérité, vous le deues sans cuidier. savez.
Bon fait iustice preuenir.

Advokaten

Laduocat L’AVOCAT
Cest bien droit que raison se face
Et je Ne ie ny scay mectre sais trouver deffence:
Contre mort na respit ne n’est répit ni grace:
Nul napelle de sa sentence.
Iay eu de lautruy quant ie trompe autrui, quand y pence
De quoy ie doubte estre repris. Et crains fort d’en être puni.
A craindre Terrible est le iour de vengence vengeance.
Dieu rendra tout a iuste pris. prix.

Døden til troubadouren

Le mort
Menestrel qui danses et notes
Sauez: et auez beau maintien
Pour faire esioir sos. réjouir les sots et sotes:
Quen dicte vous. alons nous bien faut montrer, puisque vous tiens,
Monstrer vous fault puis que vous tien A tous ceux ci un tour de danse.
Aux autres cy: vng tour de danse Qu’en dites vous? Allons y bien
Le contredire ny vault Refuser ne vous vaudra rien
Maistre Maître doit monstrer montrer sa science.

Troubadouren

Le menestrel
De danser ainsi neusse cure
Certes tresenuiz malgré moi, ie men mesle: m’y mêle,
Car de la mort nest painne plus est peine bien dure
Iay mis sub laissé sous le banc ma vielle.
Plus ne corneray sauterelle
Nautre Ni danse: autre, mort men retient.
Il me fault obeir a elle.
Tel danse a qui a cueur nen et pourtant point n’y tient.

Døden til sognepræsten

Le mort
Passes cure sans plus songer:
Ie sens questez vois qu’êtes abandonne.
Le vif le mort solies menger Vifs et morts vous faisaient manger
Mais vous seres aux vers donne.
Vous fustez fûtes iadis ordonne
Miroer dautruy. et Pour autrui miroir exemplaire.
De vous fais Selon vos faits seres guirdonne. traité
A toute painne peine est deu salaire.

Sognepræsten

Le cure
Veulle Le veuille ou non il fault que me rende
Il nest homme que mort nassaille.
Hee: Las! de mes parrosiens offrende paroissiens offrandes
Plus je Nauray iamais: ne funeraille. ni funérailles
Deuant le iuge il fault que ie aille j’aille
Rendre compte las doloreux: comptes, avec douleur,
Or ay ie grant peur que ma vie ne fut pas sans faille.
Qui Pardon de dieu quitte bien est eureux donne bonheur.

Døden til bonden

Le mort
Laboreur Laboureur qui en soing soins et painne peine
Auez vescu tout vostre temps: sans arrêter,
Morir Mourir fault cest chose certainne
Reculler ne vaut, ny vault ne contens: lutter.
De mort deues estre contens être content
Car de grant tout soussy vous deliure
Approchez vous ie vous actens attends.
Folz Fol est qui cuide tousiour pense toujours viure.

Bonden / arbejderen

Le laboureur
La mort ay souhaite souuent
Mais volentier ie bien volontiers la fuisse: fuirais
Iamaisse J’aimerais mieulx fit par pluye ou vent
Estre es vignes ou ie fouisse: Être en ma vigne à labourer.
Encor Prendrais encore plus grant grand plaisir y prisse
Car ie pers de peur je perds tout propos.
Or nest il qui Nul de ce pas ysse. ne peut sortir
Au monde na n’est point de repos.

Døden til promotoren

Le mort
Promoteur Procureur, venez a la court cour
Tantost: Sur l’heure et soyez aduise avisé
Respondre le De répondre, par long. ou le court.
Du cas qui vous est impose.
Cest: car vous este De ceci êtes accuse
Nauoir pas tousiours toujours iustement
De vostre votre office bien vse.
En mal fait git Méfait exige amendement.

Promotoren

Le promoteur PROCUREUR
Ieusse demain receu six solz reçu deniers
Dun homme qui est en sentence
Pour consentir qui fut absoulz Absous l’aurais bien volontiers,
Se Si ieusse ester été a laudience.
Plus ne me m’y fault hélas! penser en ce
Mort ma soupriz surpris en son embuche ses embûches
Prandre me fault en pacience Et je m’y dois bien résigner.
Bien charie marche droit qui ne trebuche

Døden til fængelsvagten

Le mort
En soussy. peine. soucis, peines et traueil. tourments
Auez garder gardé prisons geolier
Et fûtes réveillé Souuent on vous a fait resueil
Cuidanz Quand dormir. ou sommellie. en paix vous vouliez.
Vous nen ne serez plus traueillie tourmenté,
Venez danser sans plus de plait discuter.
Cy est: Voici ou vous deuez veillier veiller
Il fault morir quant mourir quand a dieu plait.

Fængelsvagten

Le geolier
Ie tenoye gardais de bons prisonniers
Desquelx iatendoye recepuoir De qui je comptais recevoir
Plenne Pleine ma bourse de deniers
Comme paiement Pour despence. et pour les auoir
Les garder. Bien gardés et fait mon deuoir fait
De En les penser bien loyalment. soignant loyalement.
Quant Quand on meurt on doit dire voir. vrai
Dieu scet sait qui dit vray. ou qui ment.

Døden til pilgrimmen

Le mort
Pelerin: vous auez assez
Aller en pelerinage. Entrepris de pèlerinages,
Trauelle estez: Fatigué êtes et lassez. lassé,
Bien appart On le voit a vostre votre visage.
Cest cy vostre derrenier vouage Voici votre dernier voyage
Que bon Tâchez qu’il vous soit faictez deuoir agrément,
La fin coronne couronne tout ouurage.
Selon euure Telle est l’œuvre, tel le payement auoir.

Pilgrimmen

Le pelerin
En tout temps yuers et este. hiver comme été
Vouager estoit Voyager été mon desir.
Or je suis ie par mort arreste arrêté,
Ien loue dieu: quant si cest son plesir. plaisir
Et luy prie qui le supplie qu’il me doint loisir permette
De tous mes peches confesser:
Pour qu’en paix mon ame en repos gesir. je mette.
Vng Un iour me faloit fallait tout lesser. laisser.

Døden til hyrden

Le mort
Bregier: Berger, dansez legierement. légèrement,
Icy nest pas quon doit lieu de songer.
Voz brebis sont certainnement
Maintenant en atruy danger: aux mains d’étrangers
Car vous serez pour abreger
Tost passez. Tôt passé; plus ne pouez viure
Lestat L’état de lomme l’homme est tost de changer.
Qui meurt Mort de maintz malx est tous maux l’homme deliure

Hyrden

Le bergier BERGER
Las: or demeurent en grant grand danger
Mes brebis aux champs sans pastour
Loups effames affamés pour les menger manger
A ceste cette heure sont alentour.
Ou pour Prêts à leur faire acun faulx un mauvais tour
Loups sont maluais mauvais de leur nature.
Son crye il fuent Sans bruit ils tuent, puis font retour.
A tous viuans Pour tout vivant la mort court est sure.

Døden til franciskaneren

Le mort
Faicte voye Allez, berger, vous aues tort
Sus bergier. Apres Sauvez vous! Et vous, cordelier
Souuent aues preschie parlé de mort
Si Elle doit moins vous deuez moing merueillier. stupéfier,
Ia Point ne sen fault esmay ballier devant mort bayer.
Il nest si fort que mort nareste. qu’elle n’arrête.
Si Il fait bon a morir veillier. mourir veiller
A toute heure la mort est preste prête.

Franciskanermunken

Le cordelier
Quest ce: que de viure la vie en ce monde.
Nul homme a seurte ny demeure: en sureté,
Toute vanite y habonde abonde
Puis vient la mort qua tous court sure c’est vérité.
Mendicite point ne me assure défend,
Des mesfais fault paier De mes fautes paierai lamende.
Dieu fait son œuvre En petite heure dieu labeure. peu de temps
Sage est le pecheur qui samende.

Døden til barnet

Le mort
Petit enfent na guere enfant tout nouveau ne:
Au monde auras peu de plaisance.
A la danse seras mene
Comme autre. car mort a puissance
Sur tous: du iour de la naissance
Conuient chascun a la mort offrir: doit s’offrir.
Fol est qui nen a congnoissance. connaissance
Qui plus vit plus a asouffrir. devra souffrir.

Barnet

Lenfant
A. a. a. ie ne scay sais parler
Enfant suis: iay la langue mue. muette est ma bouche.
Hier naquis: huy aujourd’hui men fault aller vais
Ie ne faiz que entree et yssue. sitôt dois quitter ma couche.
Rien nay mesfait. point péché mais de peur sue
Prendre en gre me fault accepter, cest le mieulx
Lordenance Volonté de dieu ne se mue.
Ainsi tost meurt ieune que Jeunes meurent tout comme vieulx.

Døden til degnen

Le mort
Cuidez Croyez vous de donc mort eschapper éviter
En reculant, Clerc esperdu pour reculer: affolé
Il Plus ne sen fault ia defripper. convient vous agiter.
Tel cuide pense souuent hault aller
Quon voit acop tost aussitôt raualler
Prenez engre: Acceptez la; alons ensemble
Car rien ny ne vault le se rebeller
Dieu tous punit tout quant quand bon lui semble

Degnen

Le clerc
Fault il qun ieusne jeune clerc seruant
Qui en au seruice prent plesir prend plaisir
Pour cuider venir en auant Espérant aller de l’avant
Meure si tost: tôt? cest desplesir déplaisir,
Ie suis quitte de plus ne peux désormais choisir
Aultre estat. état, il fault quansi que je danse
La mort ma pris a son loisir.
Moult remaint de Fol qui croit faire ce que fol qu’il pense

Døden til eremitten

Le mort
Clerc: point ne vous fault faire refus refuser
De danser: faicte vous valoir. Vos talents montrez
Vous nestez n’êtes pas le seul: leues sus allez
Pour Donc point tant moins voz endoit chaloir ne vous souciez.
Venez apres cest mon voloir désir,
Homme nourry en hermitaige: ermitage.
Ia Il ne vous en conuient doloir. plus gémir.
Vie nest pas seur heritaige. un sûr héritage.

Eremitten

Le hermite L’ERMITE
Pour D’une vie dure ou et solitaire
Mort ne donne de viure espace. tient compte et ne fait grâce.
Chascun le voit si sen il se fault taire
Or requier Mais je prie dieu qun don me face
Cest que tous mes pechies péchés efface
Bien Car suis contens content de tous ses biens
Desquelx ia Dont j’ai vse de par sa grace.
Qui na souffisance il suffisance na riens rien.

Døden

Le mort
Cest bien dit: ainsi doit on dire
Il nest qui soit que de mort on deliure.
Qui mal vit il aura du A vie mauvaise est mort bien pire:
Si Que chacun donc pense chascun de à bien viure.
Dieu pesera tout a la liure
Bon y fait penser faut soir et main: matin.
Meilleur N’est meilleure science na en liure.
Il nest qui ait point de demain homme sans lendemain.

Døden til hellebardisten

Le mort
Aux Des bonnes gens de nos villages
Vous Auez mengez mangé la poulalle. poulaille,
But Bu le vin: faitz grans et fait grands oultrages
Sans paier ni denier ne ni maille.
Atout vostre Avec votre chappeau de paille
Hallebardie: venez auant ici, hallebardier
Et Vous danseres vaille que vaille
Autant Le dernier vault dernier que deuant. bien le premier.

Hellebardisten

Le hallebardie HALLEBARDIER
Ie crainz passer J’ai peur de franchir le passage
De mort. quant quand bien ie y la regarde:
Qui ne le craint: n’en a crainte nest pas sage.
Rien ny vauldroit ne vaudrait ma hallebarde.
Ne feroit Non, rien, pas même vne bombarde.
Se Si ie tentais de me cuidoye deffendre.
Chascun se tienne sus sa garde. sur ses gardes.
Quant Quand mort assault attaque il se fault rendre.

Døden til narren

Le mort
Que si dansez nest que vsage Venez danser selon l’usage,
Fou, Mon amy sot: bien Il vous aduient
De y danser ici comme plus un sage
Danser à Tout homme danser y conuient
Lescripture si L’Écriture, s’il men souuient
Dit en vng pas: un lieu à qui bien lentend comprend
Lomme L’homme sen vad va, point ne reuient
Chascune chose a sa fin tend

Narren

Le sot FOU
Or sont maintenant bons bon amis
Et dansent icy dun commun accord:
Pleuseurs Plusieurs qui estoient étaient ennemis
Quant ilz viuoient et qui vivaient en discord désaccord.
Mais la mort les a mis dacord ennemis ne seront plus
La quelle fait estre tout vng Sages et fous ne sont plus qu’un
Sages et sotz: quant Dans la mort, quand dieu lacord. l’a voulu.
Tous mors morts sont dun estat état commun.

Den døde konge

LE ROI MORT
Vous: tous qui en ceste portraiture cette peinture
Veez Voyez danser estas états diuers
Pensez que humainne l’humaine nature:
Ce nest fors rien autre que viande a vers
Ie le monstre: Voyez, moi qui gis enuers a l’envers
Si ay ie este J’ai été un roy couronnez. couronné.
Tel Ainsi seres vous bons: et peruers.
Tous estas: états sont a aux vers donnes.

Autoriteten

Lacteur LE RÉCITANT
L’homme n’est Rien nest domme qui bien si l’on y pense.
Cest tout Que vent: et chose transitoire.
Chascun le voit: par ceste cette danse.
Pour ce Ainsi, vous qui veez listoire voyez l’histoire,
Retenez la bien en memoire.
Car A homme et femme elle amoneste: met en tête
Dauoir de paradis la gloire:
Eureux est Heureux qui es aux cieulx fait feste sont en fête


Bon Méditez y fait penser soir et main: matin,
Le Y bien penser en est profitable.
Tel est huy: qui vit ce jour mourra demain
Car il nest rien de plus veritable
Que la mort, ni rien de morir. ne moing estable moins stable
Que Qu’une vie domme. d’homme, on laparcoit le voit bien
A leul. pour quoy Mort nest pas nullement une fable.
Folz ne Mais fol jusqu’au bout n’en croit iusques il recoit. rien.


Mais acuns sont Or il en est a qui nenchault n’en chaut
Comme si ne fut n’était paradis
Ne Ni enfer. helas: il las! ils auront chault. chaud
Les liures que firent des saints de iadis.
Les sains: le monstrent Nous l’enseignent tous en beaux dis. leurs dits.
Acquitez vous que cy qui en cette vie passes:
Et faitez des biens: Agissez bien; plus nen ne vous dis.
Bienfait vault moult es trespasses est cher aux trépassés.

Yderligere oplysninger


Op til Yvon