Silvestre og Tisserand

Her er mændenes dans fra den tekst, som Silvestre offentliggjorde i 1858. Samtidig vises de få ændringer, som Lincy & Tisserand foretog, da de genudgav den 9 år senere.

Den sammenligning er langt strengere end de andre sammenligninger i denne sektion. Kun to typer af variationer ignoreres: (1) Silvestre skriver næsten altid de to første bogstaver i hvert vers med stort, og (2) Tisserand bytter ofte om på bogstaverne U og V for at bruge dem på en mere "logisk" måde.

Sletninger er markeret med rødt, og tilføjelser med grønt.

Autoriteten

Lacteur
O Creature roysonnable
Qui desires vie eternelle
Tu as cy doctrine notable
Pour bien finer vie mortelle/
La dance macabre sappelle
Que chascun a danser apprant
A homme et femme est naturelle
Mort nespargne petit ne grant.


En ce miroer chascun peut lire
Qui le conuient ainsi danser
Saige est celuy qui bien si mire
Le mort le vif fait auancer.
Tu vois les plus grans commancer
Car il nest nul que mort ne fiere
Cest piteuse chose y panser
Tout est forgie dune matiere.

Fire musikere

Le premier mort
VOus qui par commune ordonnance
Viues en estatz tant diuers
Tous danseres a ceste danse
Une foys/ et bons/ et peruers.
Et si seront menges de vers
Voz corps. helas/ regardes nous
Mors/ pourris/ puans/ descouuers
Comme sommes telx seres vous.

Le second mort
DIctez nous par quelles raisons
Vous ne pensez point a morir
Quant la mort va en voz maisons
Huy lung/ demain lautre querir
Sans quon vous puisse secourir.
Cest mal viure sans y penser
Et troup grant danger de perir
Force est quil faille ainsi danser.

Le tiers mort
ENtendez tous que ie vous dis
Ieunes et vieulx vieux/ petis petits et grans
De iour en iour selon les dis
Des sages vous alez mourans
Car vos iours vont diminuans
Pour quoy tous serez trespasses
Vous qui viuez deuant cent ans
Las/ cent ans seront tost passes.

Le quart mort
DEuant quil soient cent ans passes
Tous les viuans comme tu dis
De ce monde seront passes
En enfer ou en paradis
Mon compagnon/ mais ie te dis
Peu de gens sont qui aient cure
Des trespasses ne de noz dis
Le fait deulx git en aduenture.

Døden til paven

Le mort
VOus qui viuez certainnement
Quoy quil tarde ainsi danceres
Mais quant/ dieu le scet seulement
Aduisez comme vous feres.
Dam pape/ vous commenceres
Comme le plus digne seigneur
En ce point honore seres
Aux grans maistres est deu lonneur.

Paven

Le pape
HEe He? fault il que la dance mainne
Le premier qui suis dieu en terre
Iay eu dignite souuerainne
En leglise comme saint pierre:
Et comme autre mort me vient querre
Encor point morir ne cuidasse
Mais la mort a tous mainne guerre
Peu vault honneur qui si tost passe.

Døden til kejseren

Le mort
ET vous le non pareil du monde
Prince et seigneur grant emperiere
Laisser fault la pomme dor ronde
Armes/ ceptre/ timbre/ baniere.
Ie ne vous lairay pas derriere
Vous ne pouez plus seignorir
Ienmainne tout cest ma maniere
Les filz adam fault tous mourir.

Kejseren

Lempereur
IE ne scay deuant qui iapelle
De la mort/ quansi me demainne
Armer me fault de pic/ de pelle
Et dun linseul ce mest grant painne.
Sur tous ay eu grandeur mondainne mondaine
Et morir me fault pour tout gage
Quest ce de ce mortel demainne
Les grans ne lont pas dauantage.

Døden til kardinalen

Le mort
VOus faitez lesbay ce semble
Cardinal/ sus legierement
Suiuons les autres tous ensemble
Rien ny vault esbaissement.
Vous auez vescu haultement
Et en honneur a grant deuis
Prenez en gre lesbatement
En grant honneur se pert laduis.

Kardinalen

Le cardinal
IAy bien cause de mesbair
Quant ie me voy de cy pres pris
La mort mest venue assaillir
Plus ne vestiray vert ne gris.
Chapeau rouge/ robbe de pris
Me fault laisser a grant destresse
Ie ne lauoye pas apris
Toute ioye fine en tristesse.

Døden til kongen

Le mort
VEnez noble roy couronne
Renomme de force et proesse
Iadis fustez enuironne
De grant pompez de grant noblesse.
Mais maintenant toute hautesse
Lesseres/ vous nestes pas seul
Peu aures de vostre richesse
Le plus riche na qun linceul.

Kongen

Le roy
IE nay point apris a danser
A danse et note si sauuaige
Las on peut bien veoir et penser
Que vault orgueil/ force/ lignaige.
Mort destruit tout/ cest son vsage
Aussi tost le grant que le mendre
Qui moing se prise plus est sage
En la fin fault deuenir cendre.

Døden til legaten

Le mort
LEgat vous estez arreste
Dehors ne ires ie vous affie
Tenez vous seur et apreste
Pour mourir/ ie vous certiffie
Que mort auiourduy vous deffie
Entendez y/ cest vostre fait
En vie longue nul ne se fie
Le vouloir dieu doit estre fait.

Legaten

Le legat
DU pape ie auoye puissance
Se ne fust cest empeschement
Daller comme legat en france
Mais faire me fault autrement
Car morir vois/ quant/ ou comment
Ne en quel lieu/ ie ne say pas.
Dieu est qui le scet seulement
Mort suit lomme pas apres pas.

Døden til hertugen

Le mort
TResnoble Tres noble duc renom auez
Dauoir fait par vostre proesse
Par tout ou vous estez trouuez
Beaulx fais darmes et de noblesse.
Or monstrez vostre ardiesse
Et dansez pour gaigner le pris
Apres tout homme la mort chasse
Les plus grans sont les premiers pris.

Hertugen

Le duc
DE mort suis assailliz tresfort
Et ne say tour pour me deffendre
Ie voiz que la mort le plus fort
Comme le fleible feible tend a prendre:
Que doy ie faire/ il fault lactendre
Pacienment et de bon cueur
A dieu de ses biens graces rendre
Hault estat nest pas le plus seur.

Døden til patriarken

Le mort
PAtriarche pour basse chiere
Vous ne pouez estre quitte
Vostre double crois quaues chiere
Ung aultre aura/ cest equite.
Ne pensez plus a dignite
Ia ne seres pape de rome
Pour rendre compte este cite
Folle esperance decoit lomme.

Patriarken

Le patriarche
IE voy vois bien que mondain honneur
Ma deceu/ pour dire le voir
Car mes ioyes atornent en doleur
Et que vault tant donneur auoir .
Trop hault monter nest pas sauoir
Haulx estas gaitent gens sans nombre
Mais peu le veulent parceuoir
A hault monter le faiz encombre .

Døden til connétablen

Le mort
CEst de mon droit que ie vous mainne
A la dance/ gent connestable
Le plus fors comme charlemaigne
Mort prent/ cest chose veritable.
Rien ny vault chiere espouentable
Ne forte armeure en cest assault
Dun cop iabas le plus estable
Rien nest darmes quant mort assault.

Connétablen

Le connestable
IAuoye encor intencion
Dassaillir chasteau/ forteresse
Et mener a subiection
En aquerant honneur/ richesse.
Mais ie voy que toute proesse
Mort met a bas/ cest grant despit.
Tout luy est vng/ doulceur rudesse
Contre la mort na nul respit.

Døden til ærkebiskoppen

Le mort
QUe vous tires la teste arriere
Archeuesque/ tires vous pres
Aues vous peur quon ne vous fiere
Ne doubtez/ vous venres apres.
Nest pas tousiours la mort empres
Tout homme suyuant coste a coste
Rendre conuient debtes et prestz
Vne fois fault compter a loste.

Ærkebiskoppen

Larcheuesque
LAs/ ie ne scay ou regarder
Tant suis par mort a grant destroit
Ou fuiray ie pour moy garder
Certes qui bien mort congnoistroit
Hors de raison iamais nistroit.
Plus ne gerray en chambre painte
Morir me conuient cest le droit
Quant faire fault cest grant contrainte.

Døden til ridderen

Le mort
VOus qui entre les grans barons
Auez eu renom renon cheualier
Obliez trompettes/ clarons
Et me suiues sans sommellier.
Les dames solies resueillier
En faisant danser longue piece / .
A autre danse fault veillier
Ce que lun fait lautre depiece.

Ridderen

Le cheualier
OR ay Oray ie este autorise
En pluseurs fais et bien fame
Des grans et des petis petits prise
Auec ce des dames ame.
Ne oncques ne fus diffame
A la court de seigneur notable
Mais a ce cop suis tout pasme
Dessoubz le ciel na rien estable.

Døden til biskoppen

Le mort
TAntost naurez vaillant ce pic
Des biens du monde et de nature
Euesque/ de vous il est pic
Non ostant vostre prelature.
Vostre fait gist en auenture
De vos subges fault rendre compte / .
A chascun dieu fera droicture
Nest pas asseur que trop hault monte.

Biskoppen

Leuesque
LE cueur ne me peult esioir
Des nouuelles que mort maporte
Dieu vouldra de tout compte oir
Cest ce que plus me desconforte.
Le monde aussi peu me conforte
Qui tous a la fin desherite
Il retient tout/ nul rien nemporte
Tout ce passe fors le merite.

Døden til adelsmanden

Le mort
AUances vous gent escuier
Qui saues de danser les tours
Lance porties et escu hier
Et huy vous fineres finires vos iours.
Il nest rien qui ne praigne cours
Dansez/ et panses de suir
Vous ne poues auoir secours
Il nest qui mort puisse fuir.

Adelsmanden

Lescuier
PUis que mort me tient en ses las
Au moins que ie puisse vn mot dire
Adieu deduis/ adieu solas
Adieu dames/ plus ne puis rire.
Pensez de lame/ qui desire
Repos/ ne vous chaille plus tant
Du corps qui tous les iours empire
Tous fault morir on ne scet quant.

Døden til abbeden

Le mort
ABbe venez tost/ vous fuyez
Nayez ia la chiere esbaye
Il conuient que la mort suiuez
Combien que moult lauez haye.
Commandez a dieu labbaye
Qui gros et gras vous a nourry.
Tost pourrirez a peu daye
Le plus gras est premier pourry.

Abbeden

Labbe
DE cecy neusse point enuie
Mais il conuient le pas passer
Las/ or nay ie pas en ma vie
Garde mon ordre sans casser.
Gardez vous de trop embrasser
Vous qui viuez au demorant
Se vous voulez bien trespasser
On sauise tard en mourant.

Døden til fogeden

Le mort
BAillif qui sauez quest iustice
Et haulte et basse en mainte guise
Pour gouuerner toute police
Venez tantost a ceste assise.
Ie vous adiourne de mainmise
Pour rendre compte de vos fais
Au grant iuge qui tout vng prise
Vn chascun portera son fais.

Fogeden

Le baillif
HEe dieu vecy dure iournee
De ce cop pas ne me gardoye
Or est la chanse bien tornee
Entre iuges honneur auoye
Et mort fait raualer ma ioye
Qui ma adiourne sans rappel.
Ie ny voy plus ne tour ne voye
Contre la mort na point dappel.

Døden til astrologen

Le mort
MAistre pour vostre regarder
En hault ne pour vostre clergie
Ne pouez la mort retarder
Cy ne vault rien astrologie.
Toute la genealogie
Dadam qui fut le premier homme
Mort prent/ ce dit theologie
Tous fault mourir pour vne pomme.

Astrologen

Lastrologien
POur science ne pour degrez
Ne puis auoir prouision
Car maintenant tous mes regrez
Sont morir a confusion.
Pour finable conclusion
Ie ne scay rien que plus descriue
Ie pers cy toute aduision
Qui vouldra bien morir bien viue.

Døden til borgeren

Le mort
BOurgois hastez vous sans tarder
Vous nauez auoir ne richesse
Qui vous puisse de mort garder.
Se des biens dont eustes largesse
Aues bien vse/ cest sagesse
Dautruy vient tout/ a autruy passe
Fol est qui damasser se blesse
On ne scet pour qui on amasse.

Borgeren

Le bourgois
GRant mal me fait si tost laissier
Rentes/ maisons/ cens/ norriture
Mais pouures/ riches abaissier
Tu faiz/ mort telle est ta nature.
Sage nest pas la creature
Damer trop les biens qui demeurent
Au monde/ et sont sien de droiture
Ceulx qui plus ont plus enuiz meurent

Døden til kannikken

Le mort
SIre chanoine prebendez
Plus ne aures distribucion
Ne gros/ ne vous y actendez
Prenez cy consolacion.
Pour toute retribucion
Mourir vous conuient sans demeure
Ia ny aurez dilation
La mort vient quon ne garde leure.

Kannikken

Le chanoine
CEcy guere ne me conforte
Prebende suis en mainte eglise
Or est la mort plus que moy forte
Que tout emmainne/ cest sa guise.
Blanc surpelis/ aumusse grise
Me fault laissier et a mort rendre.
Que vault gloire sy tost bas mise
A bien morir doit chascun tendre.

Døden til købmanden

Le mort
MArchant regardez par deca
Pluseurs pays auez cerchie
A pie/ a cheual/ de pieca
Vous nen seres plus empeschie.
Vecy vostre dernier marchie
Il conuient que par cy passez
De tout soing seres despeschie
Tel conuoite qui a assez.

Købmanden

Le marchant
IAy este amont et aual
Pour marchander ou ie pouoye
Par long temps a pie/ a cheual
Mais maintenant pers toute ioye.
De tout mon pouoir acqueroye
Or ay ie assez/ mort me contraint.
Bon fait aller moyenne voye
Qui trop embrasse peu estraint.

Døden til skolelæreren

Le mort
HOmmes pluseurs sont chers tenus
Au siecle et en religion
Lesquelx toutesfois sont venus
De gens de basse condition.
La Ia doctrine et correction
De vous maistre/ telx les a fait.
Or mourrez vous/ conclusion
Homme par mort est tost deffait.

Skolelæreren

Le maistre descole
GRammaire est science sans fable
De toutes autres ouuerture
A ieunes enfens conuenable
Car sans elle ie vous assure
Que autres sciences nont cure
De entrer en entendement.
Ainsi le veult dieu et nature
Par tout il fault commencement.

Døden til soldaten

Le mort
SUr coursier ne cheual de pris
Homme darmes ne monteres
Plus/ puis que la mort vous a pris
Aduisez comment vous feres.
Le monde ia tost laisseres
Nactendez plus courir la lance
Regardez moy/ tel vous seres
Tous ieux de mort sont a oultrance.

Soldaten

Lhomme darmes .
A Dieu le seruice du roy
Que soloys faire soir et main
De mort suis prins en desarroy
Sans respit iusques a demain.
A ceste danse par la main
Ie suis menez piteusement
Mort y contraint tout homme humain
Mourir faut on ne scet comment.

Døden til karteuser

Le mort
LHomme darmes plus cy narreste
Mais meurt sans faire resistence
Car plus ne peut faire conqueste
Vous aussi homme dastinence
Chartreux/ prenes prenez en pacience
De plus viure nayez memoire.
Faictez Faictes vous valoir a la danse
Sur tout homme mort a victoire.

Karteuseren

Le chartreux
IE suis au monde pieca mort
Par quoy de viure ay moings enuie
Ia soit que tout homme craint mort
Puis que la char est assouuie.
Plaise a dieu que lame rauie
Soit es cielx apres mon trespas.
Cest tout neant de ceste vie
Tel est huy qui demain nest pas.

Døden til sergenten

Le mort
SErgent qui portez celle mace
Il semble que vous rebellez
Pour neant faictez la grimace
Se on vous greue si appellez.
Vous estes de mort appellez
Qui luy rebelle il se decoit
Les plus fors sont tost rauallez:
Il nest fort quaussi fort ne soit.

Sergenten

Le sergent
MOy qui suis royal officier
Comme mose la mort frapper
Ie faisoys mon office hier
Et elle me vient huy happer.
Ie ne scay quel part eschapper
Ie suis pris de ca et de la
Malgre moy me laisse attrapper
Enuiz meurt qui appris ne la.

Døden til munken

Le mort
HA maistre par la passeres
Naiez ia soing de vous deffendre
Ne iamais abbe ne seres
Mourir vous fault sans plus actendre.
Ou pensez vous/ cy fault entendre
Tantost aurez la bouche close
Homme nest fors que vent et cendre
Vie domme est moult peu de chose.

Munken

Le moinne
IAmasse bien mieulx encore estre
En cloistre et faire mon seruice
Cest vng lieu deuost et bel estre.
Or ay ie comme fol et nice
Ou temps passe commis maint vice
De quoy nay pas fait penitance
Souffisant . / dieu me soit propice
Chascun nest pas ioyeux qui danse.

Døden til ågerkarlen

Le mort
USurier de sens gens desreugles
Venez tost et me regardez
Dusure estes tant aueugles
Que dargent gaingner gaigner tout ardez.
Mais vous en seres bien lardez
Car se dieu qui est merueilleux
Na pitie de vous tout perdez
A tout perdre est cop perilleux.

Ågerkarlen

Lusurier
ME conuient il si tost morir
Ce mest grant peine et greuance
Et ne me pourroit secourir
Mon or/ mon argent/ ma cheuance.
Ie vois morir/ la mort mauance
Mais il me desplait somme toute
Quest ce de male acoustumance
Tel a beaux yeux qui ne voit goute.

Den fattige mand

Le poure homme
Usure est tant mauluais pechie
Comme chascun dit et raconte
Et cest homme qui approchie
Se sent de la mort nen tient conte.
Mesme largent quen que ma main compte
Encore a vsure me preste.
Il deura de retour au compte
Nest pas quitte qui doit de reste.

Døden til lægen

Le mort
MEdicin a tout vostre orinne
Voies vous icy quamander
Iadis sceutes de medicine
Asses pour pouoir commander.
Or vous vient la mort demander
Comme autre vous conuient morir:
Vous ny poues contremander
Bon mire est qui se scet guerir.

Lægen

Le medicin
LOng temps a quen lart de phisique
Iay mis toute mon estudie.
Iauoye science et pratique
Pour guerir mainte maladie.
Ie ne scay que ie contredie
Plus ny vault herbe ne racine
Nautre remede quoy quon die / .
Contre la mort na medicine.

Døden til frieren

Le mort
GEntil amoreux gay et frique
Qui vous cuidez de grant valeur
Vous estez pris/ la mort vous pique
Le monde laires a doleur.
Trop lauez ame/ cest foleur
De vous mort est peu regardee.
Ia tost vous changeres coleur
Beaute nest quimage fardee.

Frieren

Lamoreux
HElas/ or ny a il secours
Contre mort/ adieu amourettes
Moult tost va ieunesse a decours.
Adieu chapeaux/ bouques/ fleuretes fleurettes
Adieu amans et pucelettes
Souuienne vous de moy souuent
Et vous mirez se sages estes
Petite pluie abat grant vent.

Døden til advokaten

Le mort
ADuocat sans long proces faire
Venez vostre cause plaidier.
Bien aues sceu les gens actraire
De pieca/ non pas duy ne dier.
Conseil cy ne vous peut aidier
Au grant iuge vous fault venir
Sauoir le deues sans cuidier
Bon fait iustice preuenir.

Advokaten

Laduocat
CEst bien droit que raison se face
Ne ie ny scay mectre deffence
Contre mort na respit ne grace
Nul nappelle de sa sentence.
Iay eu de lautruy quant ie y pence
De quoy ie doubte estre repris.
A craindre est le iour de vengence
Dieu rendra tout a iuste pris.

Døden til troubadouren

Le mort
MEnestrel qui danses et notes
Sauez et auez beau maintien
Pour faire esioir sos et sotes
Quen dictes vous/ alons nous bien?
Monstrer Montrer vous fault puis que vous tien
Aux autres cy vng tour de danse
Le contredire ny vault rien:
Maistre doit monstrer sa science.

Troubadouren

Le menestrel
DE danser ainsi neusse cure
Certes tresenuiz ie men mesle
Car de mort nest painne plus dure
Iay mis soubz sous le banc ma vielle.
Plus ne corneray sauterelle
Nautre danse/ mort men retient.
Il me fault obeir a elle:
Tel danse a qui au cueur nen tient.

Døden til sognepræsten

Le mort
PAsses cure sans plus songer
Ie sens questez abandonne
Le vif le mort solies menger
Mais vous seres aux vers donne.
Vous fustez iadis ordonne
Miroer dautruy et exemplaire
De vos fais seres guerdonne
A toute painne est deu salaire.

Sognepræsten

Le cure
VEulle ou non il fault que me rende
Il nest homme que mort nassaille
Hee/ de mes parroissiens offrende
Nauray iamais ne funeraille .
Deuant le iuge fault que ie aille
Rendre compte las doloreux
Or ay ie grant peur que ne faille:
Qui dieu quitte bien est eureux.

Døden til bonden

Le mort
LAboureur qui en soing et painne
Auez vescu tout vostre temps
Morir fault/ cest chose certainne
Reculler ny vault ne contens.
De mort deues estre contens
Car de grant soussy vous deliure
Approchez vous ie vous actens:
Folz est qui cuide tousiours viure.

Bonden / arbejderen

Le laboureur
LA mort ay souhaite souuent
Mais volentier ie la fuisse
Iamasse mieulx fist pluye ou vent
Estre es vignes ou ie fouisse
Encor plus grant plaisir y prisse
Car ie pers de peur tous tout propos
Or nest il qui de ce pas ysse:
Au monde na point de repos.

Døden til promotoren

Le mort
PRomoteur venez a la court
Tantost/ et soyez aduise
Respondre le long ou le court
Du cas qui vous est impose.
Cest/ car vous estez accuse
Nauoir pas tousiours iustement
De vostre office bien vse :
En mal fait gist amendement.

Promotoren

Le promoteur
IEusse demain receu six solz
Dun homme qui est en sentence
Pour consentir quil fust absoulz
Se ieusse este a laudience.
Plus ne me fault penser en ce
Mort ma soupriz en son embuche
Prendre me fault en pacience:
Bien charie qui ne trebuche.

Døden til fængelsvagten

Le mort
EN soussy/ peine/ et traueil
Auez garde prisons/ geolier
Souuent on vous a fait resueil
Cuidanz dormir ou sommellier.
Vous nen serez plus traueillie traveillier
Venez danser sans plus de plait
Cy est : / ou vous deuez veillier
Il fault morir quant a dieu plait.

Fængelsvagten

Le geolier
IE tenoys de bons prisonniers
Desquelx iatendoys recepuoir
Plenne ma bourse de deniers
Pour despence et pour auoir
Les garde/ et fait mon deuoir
De les penser bien loyalment.
Quant on meurt on doit dire voir:
Dieu scet qui dit vray ou qui ment.

Døden til pilgrimmen

Le mort
PElerin vous auez assez
De aller en pelerinage
Traueillie estez et lassez
Bien appart a vostre visage.
Cest cy vostre derrenier voiage
Que bon vous soit faictez deuoir
La fin coronne tout ouurage:
Selon euure payment auoir.

Pilgrimmen

Le pelerin
EN tout temps yuers et este
Voiager estoit mon desir
Or suis ie par mort arreste
Ien loue dieu quant cest son plesir
Et luy prie qui me doint loisir
De tous mes peches peschez confesser
Pour mon ame en repos gesir
Ung iour me faloit tout lesser.

Døden til hyrden

Le mort
BErgier dansez legierement
Icy nest pas quon doit songer
Voz brebis sont certainnement
Maintenant en autruy danger
Car vous serez pour abreger
Tost passez/ plus ne pouez viure
Lestat de lomme est tost changer:
Qui meurt/ de maintz malx est deliure.

Hyrden

Le bergier
LAs/ or demeurent en grant danger
Mes brebis aux champs sans pastour
Loups effames pour les menger
A ceste heure sont alentour.
Ou pour leur faire aucun faulx tour
Loups sont maluais de leur nature
Son cry fuient/ puis font retour : .
A tous viuans la mort court sure.

Døden til franciskaneren

Le mort
FAictes voye/ vous auez tort
Sus bergier. Apres cordelier
Souuent aues preschie de mort
Si vous deuez moings merueillier.
Ia ne sen fault esmay ballier
Il nest si fort que mort nareste.
Si fait bon a morir veillier:
A toute heure genre la mort est preste.

Franciskanermunken

Le cordelier
QUest ce que de viure en ce monde
Nul homme a seurte ny demeure
Toute vanite y habonde
Puis vient la mort qua tous court sure.
Mendicite point ne massure
Des mesfais fault paier lamende
En petit dheure dieu labeure:
Sage est le pecheur qui samende.

Døden til barnet

Le mort
PEtit enfant na guere ne
Au monde auras peu de plaisance
A la danse seras mene
Comme aultre/ car mort a puissance
Sur tous/ du iour de la naissance
Conuient chascun a mort offrir
Fol est qui nen a congnoissance:
Qui plus vit plus a a souffrir.

Barnet

Lenfant
A. A. a. ie ne scay parler
Enfant suis/ iay la langue mue
Hier naquis/ huy men fault aller
Ie ne faiz quentree et yssue.
Rien nay mesfait/ mais de peur sue
Prendre en gre me fault cest le mieulx
Lordenance dieu ne se mue:
Aussi tost meurt ieune que vieulx.

Døden til degnen

Le mort
CUidez vous de mort eschapper
Clerc esperdu/ pour reculer
Il ne sen fault ia defripper:
Tel cuide souuent hault aller
Quon voit a cop tost raualler
Prenez en gre/ alons ensemble
Car rien ny vault le rebeller:
Dieu punit tout quant bon luy semble.

Degnen

Le clerc
FAult il qun ieusne clerc seruant
Qui en seruice prent plesir
Pour cuider venir en auant
Meure si tost/ cest desplesir.
Ie suis quitte de plus choisir
Aultre estat/ il fault quainsi danse:
La mort ma pris a son loisir
Moult remaint de ce que fol pense.

Døden til eremitten

Le mort
CLerc point ne fault faire refus
De danser/ faicte vous valoir
Vous nestez pas seul/ leues sus
Pour tant moins voz en doit chaloir.
Venez apres/ cest mon voloir
Homme nourry en hermitaige
Ia ne vous en convient doloir:
Vie nest pas seur heritaige.

Eremitten

Lhermite
POur vie dure ou solitaire
Mort ne donne de viure espace
Chascun le voit si sen fault taire
Or requier dieu qun don me face:
Cest que tous mes pechies efface
Bien suis contens de tous ses biens
Desquelx iay vse de sa grace:
Qui na souffisance soueffisance il na riens.

Døden

Le mort
Cest bien dit ainsi doit on dire
Il nest qui soit de mort deliure.
Qui mal vit dit il aura du pire:
Si pense chascun de bien viure.
Dieu pesera tout a la liure
Bon y fait penser soir et main matin
Meilleure science na en liure:
Il nest qui ait point de demain.

Døden til hellebardisten

Le mort
A Ces bonnes gens de villages
Auez mengiez la poulalle poulaille
But le vin/ et fait grans oultrages
Sans paier denier ne maille.
Atout vostre chappeau de paille
Hallebardier/ venez auant
Et danseres vaille que vaille:
Autant vault derrier que deuant.

Hellebardisten

Le hallebardier
IE crainz de passer le passage
De mort/ quant bien ie y regarde
Et qui ne le craint nest pas sage
Rien ny vauldroit ma hallebarde
Ne feroit pas vne bombarde
Se ie me cuidoye deffendre
Chascun se tienne sus sa garde:
Quant mort assault il se fault rendre.

Døden til narren

Le mort
QUe si dansez nest pas vsage
Mon amy sot/ bien vous aduient
De y danser comme plus sage
Tout homme danser y conuient.
Lescripture si men souuient
Dit en vng pas/ qui bien lentend
Lomme Comme sen va point ne reuient:
Chascune chose a sa fin tend.

Narren

Le sot
OR sont maintenant bons amis
Et dansent icy dun accord
Pleuseurs qui estoient ennemis
Quant ilz ils viuoient et en discord.
Mais la mort les a mis dacord
La quelle fait estre tout vng
Sages et sotz: quant dieu lacord
Tous mors sont dun estat commun.

Den døde konge

Le roy mort
VOus qui en ceste portraiture
Veez danser estas diuers
Pensez que humainne nature
Ce nest fors que viande a vers.
Ie le monstre qui gis enuers
Si ay ie este roy couronnez
Tel seres vous bons et peruers:
Tous estas sont a vers donnes.

Autoriteten

Lacteur
RIen nest domme qui bien y pense
Cest tout vent/ chose transitoire
Chascun le voit par ceste danse
Pour ce vous qui veez listoire/
Retenez la bien en memoire
Car homme et femme elle amoneste
Dauoir de paradis la gloire:
Eureux est qui es cieulx fait feste.


¶Bon y fait penser soir et main
Le penser en est profitable
Tel est huy qui mourra demain .
Car il nest rien plus veritable
Que de morir/ ne moing estable
Que vie domme/ on laparcoit
A leul/ pour quoy ce nest pas fable:
Folz ne croit iusques il recoit.


¶Mais aucuns sont a qui nen chault
Comme si ne fut paradis
Ne enfer/ helas ilz auront chault
Les liures que firent iadis
Les sains le monstrent en beaux dis.
Acquitez vous qui cy passes
Et faitez des biens/ plus nen dis:
Bienfait vault moult es trespasses.

Yderligere oplysninger


Op til Lincy & Tisserand