Silvestre, 1868, Kvinderne

Forsiden
Silvestre, Silvestre

Her er teksten fra kvindernes dans, som Silvestre offentliggjorde i 1858.

For mændenes vedkommende havde Silvestre baseret sin tekst på Guy Marchant's bog fra 1486, men han har også "forbedret" teksten ved at tage "de bedste varianter" fra en udgave af Vérard, endnu en fuldstændig udgave, som han mente var af Guy Marchant, og en udgave fra Genève, 1503. Hans tekst blev senere kopieret af Lincy & Tisserand og Valentin Dufour. Derimod fortalte han aldrig, hvad kvindernes dans var baseret på, men siden den bigotte kvinde og narren ikke blev tilføjet før i 1491, vil vi basere vores sammenligning med den udgave.

Af praktiske årsager er billederne forneden taget fra Marchant's trykte udgave fra 1491. Silvestre's egne billeder kan ses nederst på siden om Louis-Catherine Silvestre.

Autoriteten
Autoriteten

Autoriteten

Lacteur
MIrez vous icy mirez femmes
Et mectez vostre affection
A penser a voz pouures ames
Qui desirent saluation.
Cy bas nest pas la mansion
Ou vous deuez estre tousiours
Mort met tout a destruction:
Grant et petit meurt tous les iours.

¶Pour noblesse ne pour honneur
Pour richesse ou pouurete
Pour estre dame de valeur
Ou femme de mendicite
Ne differe mort equite:
Mais autant dune part que dautre
Sans auoir mercy ne pite
Huy prent lune et demain lautre.

Fire musikere
Fire musikere

Fire musikere

   Le premier menestrel
VEnez dames et damoiselles
Du siecle et de religion
Vefues/ mariees et pucelles
Et autres sans exception
De quelconque condition
Toutes danser a ceste danse
Vous y venrez/ veullez ou non:
Qui sage est souuent y pense.

   Le second
QUoy sont voz corps/ ie vous demande
Femmes iolies tant bien paree
Ilz sont pour certain la viande
Qun iour sera aux vers donnee.
Des vers sera donc deuoree
Vostre char qui est fresche et tendre
Ia il nen demourra goulee
Voz vers apres deuiendront cendre.

Le tiers
COmpaignon/ bonne est ta raison
De ces femmes oultrecuidee
Que leurs corps sera venaison
De vers puans vng iour mengee.
En porroient elles estre gardee
Pour or/ argent/ ne rien qui soit?
Nenny/ bien sont donc abusee
Qui ne samende il se decoit.

Le quart
O Femmes mirez vous en vng tas
Dossemens de gens trespasses
Lesquelx ont en diuers estas
Au monde estez leurs temps passes
Et maintenant sont entasses
Lun sur lautre/ gros et menus.
Ainsi seres/ or y penses:
La char pourrie les os tous nus.

Døden til dronningen
Døden til dronningen

Døden til dronningen

La morte
NOble royne de beau corsage
Gente et ioyeuse a laduenant
Iay de par le grant maistre charge
De vous enmener maintenant.
Et comme bien chose aduenant
Ceste dance commencerez
Faictez deuoir au remenant
Vous qui viuez ainsi ferez.

Dronningen

La royne
CEste dance mest bien nouuelle
Et en ay le cueur bien surprins.
Hee dieu/ quelle dure nouuelle
A gens qui ne lont pas apprins.
Las en la mort est tout comprins
Royne/ dame/ grant ou petite
Les plus grans sont les premiers prins:
Contre la mort na point de fuyte.

Døden til hertuginden

La morte
APres/ ma dame la duchesse
Vous vien querir et pourchasser
Ne pensez plus a la richesse
A biens ne ioyaulx amasser.
Auiourdhuy vous fault trespasser.
Pour quoy de vostre vie est fait
Folie est de tant embrasser:
On nemporte que le bienfait.

Hertuginden

La duchesse
IE nay pas encore trente ans
Helas/ a leure que commence
A sauoir que cest de bon temps
Mort me vient tollir ma plaisance.
Iay des amis et grant cheuance
Soulas/ esbas/ gens a deuis
Pourquoy moingz me plaist ceste dance
Gens aises si meurent enuys.

Døden til regenten
Døden til regenten

Døden til regenten

La morte
OR ca/ ma dame la regente
Qui auez renom de bien dire
De danser/ fringuer/ estre gente
Sur toutes quon sauroit eslire.
Vous soliez autres faire rire
Festier gens et ralier
Or est il temps de vous reduire:
La mort fait tretout oublier.

Regenten

La regente
QUant me souuient des tabourins
Nopces/ festes/ harpes/ trompettes
Menestrelx/ doulcines/ clarins
Et des grans cheres que iay faictes
Ie congnoiz que telz entrefaictes
En temps de mort nont point de lieu
Mais tornent en pouures empleites:
Tout se passe fors amer dieu.

Døden til ridderfruen

La morte
GEntille femme de cheuallier
Qui tant amez deduit de chasse
Les engins vous fault habiller
Et suiure le train de ma trasse.
Cest bien chasser quant on pourchasse
Chose a son ame meritoire
Car au derrain mort tout enchasse:
Ceste vie est moult transitoire.

Ridderfruen

La femme du cheuallier
PAs si tost mourir ne cuidoye
Et comment dea/ ie souppe hier
Sur lerbe verte a la saulsoye
Ou fis mon esperuier gayer.
En rien plus ne se fault fier
Et quest ce des fais de ce monde?
Huy rire/ demain lermoyer:
La fin de ioye en deul redonde.

Døden til abbedissen
Døden til abbedissen

Døden til abbedissen

La morte
DAme abbesse vous lesserez
Labbaye quauez bien amee
Qun peu des biens nemporterez
Plus nen seres dame appellee
Vostre crosse dargent doree
Vne de voz seurs auera
Qui apres vous sera sacree
Tout fut aultruy/ tout y sera.

Abbedissen

Labbesse
LE seruice hier ie faisoye
En leglise comme abbesse
Et ma crosse dargent portoye
A matines et a la messe
Et auiourduy fault que ie lesse
Abbaye crosse et couuent
Hee dieu/ de ce monde quest ce?
On est de mort sourprins souuent.

Døden til adelsdamen

La morte
DAme ployez voz gorgerettes
Il nest plus temps de vous farder
Voz toretz fronteaulx et bauettes
Ne vous porroient icy aider.
Pleuseurs sont deceu par cuider
Que la mort pour leur habit fleche
Chascun il deust bien regarder:
Par habit mainte femme peche.

Adelsdamen

La femme de lescuier
HEe/ quay ie meffait ou mesdit
Dont doye souffrir telle perte?
Iauoye achete au landit
Du drap pour taindre en escarlete
Et eusse eu vne robe verte
Au premier iour de lan qui vient
Mais mon emprinse est descouuerte:
Tout ce quon pense pas nauient.

Døden til priorinden
Døden til priorinden

Døden til priorinden

La morte
SE vous auez sans fiction
Tout vostre temps serui a dieu
Du cueur en la religion
La quelle vous auoit vestue
Celuy qui tous biens retribue
Vous compensera loyalment
A son voloir en temps et lieu:
Bienfait quiert auoir son payment.

Priorinden

La prieuse
CEstoit en ma religion
Seruir a dieu tout mon desir
En cloystre par deuotion
Dire mes heures a lesir.
Or mest venue la mort sesir
Au monde nay point de regre
Face dieu de moy son plesir:
Prendre doit on la mort en gre.

Døden til den unge kvinde

La morte
VEnez apres/ ma damoiselle
Et serrez tous voz affiquetz
Nen chault se estez layde ou belle
Lesser vous fault plait et caquetz.
Plus ne ires a ces bancquetz
Ou sent si souef leaue rose
Ne verrez iouster a rouquetz:
Femmes font faire moult de chose.

Den unge kvinde

La damoiselle
Que me vallent mes grans atours
Mes habitz/ ieunesse/ beaute
Quant tout me fault lesser en plours
Oultre mon gre et volente.
Mon corps sera tantost porte
Aux vers et a la pourriture
Plus nen sera balle/ chante:
Ioye mondainne bien peu dure.

Døden til borgerinden
Døden til borgerinden

Døden til borgerinden

La morte
ET vous aussi/ gente bourgoise
Pour neant certes vous excusez
Il est force que chascun voise
Comme veez et aduisez.
Voz beaux gorgias empesez
Ny font rien ne large sainture
Maintz hommes en sont abusez:
En tous estatz il fault mesure.

Borgerinden

La bourgoise
MEs getz et colletz de letisses
Ne me exemptent point de mort
Mais mes grans ioyes et delices
Me viennent icy a remort.
Ma conscience fort me mord
Des folies faictes en ieunesse
Qui me sont a rebours tresfort:
Ioye en la fin torne en tristesse.

Døden til enken

La morte
FEmme vefue venez auant
Et vous auancez de venir
Vous veez les aultres deuant
Il conuient vne foiz finir.
Cest belle chose de tenir
Lestat ou on est appellee
Et soy tousiours bien maintenir:
Vertuz est tout par tout louee.

Enken

La femme vefue
DEpuis que mon mary morut
Iay eu affaire grandement
Sans que ame maye secourut
Si non de dieu gart seulement.
Iay des enfans bien largement
Qui sont ieunes et non pourueus
Dont iay pite/ mais nullement:
Dieu ne lesse aucuns despourueus.

Døden til købmandsfruen
Døden til købmandsfruen

Døden til købmandsfruen

La morte
ALlons oultre/ gente marchande
Et ne vous chaille de peser
La marchandie quon demande
Cest simplesse dy plus muser.
A lame deussez aduiser
Le temps sen va heure apres heure
Et nest tel que den bien vser:
Le merite et bienfait demeure.

Købmandsfruen

La marchande
QUi gardera mon ouurouer
Tendis que ie suis a malaise
Mes gens ne feront que iouer
Les biens leur viennent a leur aise.
A dieu ma balance et ma chaise
Ou iay eu les yeulx diligens
Pour plus cher vendre dont me poise:
Auarice decoit les gens.

Døden til fogedinden

La morte
APres ma dame la balliue
Des caquetz tenus en leglise
Iugie auez par raison viue
Maintes gens a la vostre guise.
Ie vous signifie mainmise
Pour pouruoir dautre en voz lieu
Car auiourduy serez desmise:
Point ne se fault iouer a dieu.

Fogedinden

La balliue
QUe femme se plaint de leger
La costume nest pas nouuelle:
Et sentremecte de iuger
Des fais dautruy et non pas delle
Chascune se repute telle
Que ce quelle fait est bien fait
Quoncques mal ne fut dit par elle:
Il nest rien au monde parfait.

Døden til bruden
Døden til bruden

Døden til bruden

La morte
POur vous monstrer vostre folie
Et quon doit sur la mort veiller
Ca la main/ espousee iolie
Allons nous en deshabiller
Pour vous ne fault plus traueiller
Car vous viendrez coucher ailleurs
On ne se doit trop resueiller:
Les fais de dieu sont merueilleux.

Bruden

Lespousee
EN la iournee quauoye desir
Dauoir quelque ioye en ma vie
Ie nay que deul et desplaisir
Et si fault que tantost deuie.
Hee mort/ pourquoy as tu enuie
De moy qui me prens si a coup
Si grant faulte nay desseruie.
Mais il fault louer dieu de tout.

Døden til den søde kone

La morte
FEmme nourrie en mignotise
Qui dormez iusques au disner
On va chauffer vostre chemise
Il est temps de vous desieuner.
Vous ne deussiez iamais ieuner
Car vous estez trop maigre et vuide
A demain vous viens adiourner:
On meurt plus tost que on ne cuide.

Den søde kone

La femme mignote
POur dieu quon me voise querir
Medicin ou appoticaire
Et comment/ me fault il morir
Iay mary de si bon affaire.
Aneaulx/ robes .ix. ou dix paires
Ce morceau cy mest trop aigret
Moult se passe tost vaine gloire:
Femme en ses saulx meurt a regret.

Døden til jomfruen
Døden til jomfruen

Døden til jomfruen

La morte
DOulce fille et belle pucelle
Ne vous chaille ia de lesser
La misere de vie mortelle
Qui conuient a chascun passer.
Car qui vouldroit bien tout trasser
Il na seurte narrest en lieu
Fors son sauuement pourchasser:
Virginite plait bien a dieu.

Jomfruen

La pucelle vierge
EN ce siecle ieunes ne vieulx
Ne sont pas en grant seurte:
De larmes sont souuent les yeulx
Plains pour ennuy ou pouurete.
Se on a vne ioyeusete
Il vient apres quinze doleurs
Pour vng bien double aduersite:
Plaisir mondain finit en pleurs.

Døden til teologinden

La morte
NOus direz vous rien de nouueau
Ma dame la theologienne
Du testament vieulx ou nouueau
Vous veez comme ie vous maine
Et estez ia fort ancienne
Il fait bon cecy recongnoistre
Et a bien morir mectre peine:
Cest beaucop que de se congnoistre.

Teologinden

La theologienne
FEmme qui de clergie respond
Pour auoir bruit ou quon lescoute
Et des morues de petit pont
Qui ont grans yeulx et voyent goute.
Sage est qui rondement si boute
Et qui trop veult scauoir est bugle
Le hault monter souuent cher couste:
Chascun en son fait est aueugle.

Døden til den nygifte
Døden til den nygifte

Døden til den nygifte

   La morte
Apres/ nouuelle mariee
Qui auez mis vostre desir
A danser et estre paree
Pour festes et nopces choisir.
En dansant ie vous vienz saisir
Auiourduy serez mise en terre
Mort ne vient iamais a plaisir
Ioye sen va comme feu de ferre.

Den nygifte kvinde

La nouuelle mariee
LAs/ demy an entier na pas
Que commence a tenir mesnage
Par quoy si tost passer le pas
Ne mest pas doulceur/ mais rage.
Iauoye desir en mariage
De faire et mons et merueilles
Mais la mort de trop pres me charge:
Vng peu de vent abat grans fueilles.

Døden til den gravide

La morte
FEmme grosse prenez loisir
Dentendre a vous legerement
Car huy mourrez/ cest le plaisir
De dieu et son commandement.
Allons pas a pas bellement
En getant vostre cueur es cieulx
Et nayez peur aucunement:
Dieu ne fait rien que pour le mieux.

Den gravide kvinde

La femme grosse
IAuray bien petit de deduit
De mon premier enfantement
Si recommende a dieu le fruit
Et mon ame pareillement.
Helas/ bien cuidoye aultrement
Auoir grant ioye en ma gesine
Mais tout va bien piteusement:
Fortune tost se change et fine.

Døden til kammerpigen
Døden til kammerpigen

Døden til kammerpigen

La morte
DIctez/ ieune femme a la cruche
Renommee bonne chamberiere
Respondez au moins quant on huche
Sans tenir si rude maniere.
Vous nirez plus a la riuiere
Bauer/ au four na la fenestre
Cest cy vostre iournee derniere:
Aussi tost meurt seruant que maistre.

Kammerpigen

La chamberiere
QUoy ma maistresse ma promis
Me marier et des biens faire
Et puis si ay dautres amis
Qui luy aideront a parfaire:
Hee men iray ie sans riens faire
Ien appelle/ on me fait tort
Aussi ne men scauroye ie taire
Peu de gens desirent la mort.

Døden til husholdersken

La morte
SCauez vous/ recommanderesse
Point vng bon lieu pour moy loger
Iay bien mestier que on madresse
Car nul ne me veult heberger.
Mais ien feray tant desloger
Que on cognoistra mon enseigne
Mourir fault pour vous abreger:
Nul ne pert que autre ne gaigne.

Husholdersken

La recommanderesse
EN la mort na point de amite
Et si ne fait riens pour requeste
Or/ argent/ priere/ pite
Pour neant on sen rompt la teste.
Qui y veult resister est beste
La mort a nulluy ne complaist
Et fault tous danser a sa feste:
Mourir conuient quant a dieu plaist.

Døden til gammeljomfruen
Døden til gammeljomfruen

Døden til gammeljomfruen

La morte
MA damoiselle du bon temps
Atout voz anciens atours
Il est de vous en venir temps
Nature a en vous pris son cours.
Vous ne pouez viure tousiours
Ie voy deuant/ venez apres
Et ne faictez point longz seiours:
Vielles gens sont de la mort pres.

Gammeljomfruen

La vielle damoiselle
IAy voirement mon temps passe
Et ayme mieulx ainsi mourir
Que reuoir ce qui est passe
Et tant de miseres courir.
Iay veu pouures gens langourir
Et autres choses dont me tais:
Enfans/ pour bien viure et morir
Il nest plus grant bien que de pais.

Døden til franciskanernonnen

La morte
FEmme de grant deuotion
Cloez voz heures et matines
Et cessez contemplation
Car iamais nyres a matines.
Se voz prieres sont bien dignes
Elles vous vauldront deuant dieu
Rien ne vaillent souppirs ne signes:
Bonne operation tient lieu.

Franciskanernonnen

La cordeliere
IE remercye le createur
A qui plaist de menuoyer querre
En louant le bon redempteur
Des biens quil ma donne sur terre.
Aux temptacions ay eu guerre
Qui est moult forte a demener
Mais il aide qui veult requerre
Seruir dieu: est viure et regner.

Døden til den gæstfri kvinde
Døden til den gæstfri kvinde

Døden til den gæstfri kvinde

La morte
FEmme daccueil et amiable
A festier gens a plante
Acquis auez amis de table
Pour parler de ioyeusete.
Le temps nest tel quil a este
Rien ne vault icy vacabont
Parler/ qui nest que vanite:
Ceulx qui ont le bruit ont le bont.

Den gæstfri kvinde

La femme daccueil
AUiourduy parens et amys
Promectent et mons et merueilles
Mais quant voyent quon est bas mis
Il baissent trestous les oreilles
Et sont aussi sours comme fueilles
Que le vent fait voler par coupples
Et que vallent promesses telles:
Vrais ne sont pas les amis doubles.

Døden til ammen

La morte
APres nourrice/ vostre beau filz
Nonobstant son couuertouer
Et son beau bonnet a trois filz
Vous ne le menrez plus iouer
Deslogez vous sans delayer.
Car tous deux vous mourres ensemble
Vous ne pouez plus cy targer:
La mort prent tout quant bon ly semble.

Ammen

La nourrice
A Ceste dance fault aller
Comme font les prestres au seyne:
Ie voulsisse bien reculler
Mais ie me sens la boce en layne.
Entre les bras/ de mon alaine
Cest enfant meurt despidemie
Cest grant pite de mort soudaine:
Il nest qui ait heure ne demie.

Døden til hyrdinden
Døden til hyrdinden

Døden til hyrdinden

La morte
PAs ne vous oblieray derriere
Venez apres moy/ ca la main
Entendez/ plaisante bergiere
On marchande cy main a main.
Aux champs nirez plus soir ne main
Veiller brebis ne garder bestes
Riens ne sera de vous demain:
Apres les veilles sont les festes.

Hyrdinden

La bergiere
IE prens conge du franc gontier
Que ie regrette a merueilles
Plus naura chappeau deglantier
Car vecy piteuses nouuelles.
Adieu bergiers et pastourelles
Et les beaux champs que dieu fit croistre:
Adieu fleurs et roses vermeilles
Il fault tous obeir au maistre.

Døden til kvinden med krykker

La morte
APres/ pouure vielle aux potences
Qui ne vous pouez soustenir:
Cy bas nauez pas vos plaisances
Aussi vous en conuient venir.
Lautre siecle est a aduenir
Ou pour vostre mal et misere
Pouez a grant bien paruenir:
Dieu recompense tout en gloire.

Kvinden med krykker

La femme aux potences
DE viellesse ne voy mais goutte
Par quoy ne crains gueres la mort
Dix ans y a que iay la goutte
Et maladie me grefue fort.
Mes amis ont le mien a tort
Et nay vaillant deux blancs contens
Dieu seul est tout mon reconfort:
Apres la pluye vient le beau temps.

Døden til landsbykvinden
Døden til landsbykvinden

Døden til landsbykvinden

La morte
HA pouure femme de village
Suiuez mon train sans retarder
Plus ne vendrez euf ne formage
Allez vostre panier vuider.
Se vous auez bien sceu garder
Pouurete/ pacience et perte
Vous en pourrez moult amender:
Chascun trouuera sa deserte.

Landsbykvinden

La femme de village
IE prends la mort vaille que vaille
Bien en gre et en pacience
Frans archiers ont pris ma poullaille
Et eu toute ma substance.
De pouures gens nulluy nen pense
Entre voisins na charite
Chascun veult auoir grant cheuance:
Nul na cure de pouurete.

Døden til den gamle kvinde

La morte
ET vous/ ma dame la gourree
Vendu auez maintz beaux surplis
Donc de largent estes fourree
Et en sont voz coffres remplis.
Apres tous souhaitz acomplis
Conuient tout lesser et bailler
Selon la robe on fait le plis:
A tel potage tel cuiller.

Den gamle kvinde

La vielle
A Tout mon cas bien recongnoistre
Ie nay pas vescu sans reprouche
Me suis affuble de mon maistre
Comme fait coquin de sa pouche.
Iay souuent mis ses vins en broche
Et lay fait despendre a ma guise
Mais maintenant la mort maproche:
Tant va le pot a leau quil brise.

Døden til gensalgskvinden
Døden til gensalgskvinden

Døden til gensalgskvinden

La morte
APprochez vous/ reuenderesse
Sans plus cy faire demouree
Vostre corps nuit et iour ne cesse
De gaigner pour estre honnouree.
Honneur est de pouure duree
Et se pert en vng moment deure
Au monde na chose assuree:
Tel rit au main qui au soir pleure.

Gensalgskvinden

La reuenderesse
IAuoye hier gaigne deux escus
Pour sorfaire subtilement
Mais ne scay que sont deuenus:
Argent acquis mauuaisement
Ne fait ia bien communement.
Helas ie meurs/ cest daultre metz
Que prestre aye hastiuement:
Il me vault mieulx tard que iamais.

Døden til frierinden

La morte
FEmme de petite value
Mal viuant en charnalite
Mene auez vie dissolue
En tous temps yuer et este.
Aies le cueur espouente
Car vous seres de pres tenue
Pour mal faire on est tormente:
Peche nuist quant on continue.

Frierinden

   La femme amoureuse
A Ce peche me suis soubzmise
Pour plaisance desordonnee.
Pendus soient ceulx qui my ont mise
Et au mestier habandonnee.
Las/ se ieusse este bien menee
Et conduite premierement
Iamais ny eusse este tournee:
La fin suit le commencement.

Døden til jordemoderen
Døden til jordemoderen

Døden til jordemoderen

La morte
VEnez ca/ garde dacouchees
Dresse auez maints baingz perdus
Et ces cortines attachees
Ou estoient beaux boucques pendus.
Biens y ont estez despendus
Tant de motz ditz que cest vng songe
Qui seront apres cher vendus:
En la fin tout mal vient en ronge.

Jordemoderen

La garde dacouchees
IAy voyrement dresse maintz baings
Pour les comperes et commeres
Ou sont este pastes de coings
Menges/ darioles/ goyeres
Tartes/ et fait mille grans cheres.
Si tost quon a oste la table
Il nen souuient a nulluy gueres:
Ioye de menger est peu durable.

Døden til den unge pige

La morte
VIrez vous pres/ gente garsette
Baillez moy vostre bras menu
Il fault que sur vous la main mette
Vostre derrain iour est venu.
Mort nespargne gros ne menu
Grant ou petit luy est tout vng
Payer on doit de tant tenu:
La mort est commune a chascun.

Den unge pige

La ieune fille
HAa ma mere ie suis happee
Vecy la mort qui me transporte
Pour dieu quon garde ma poupee
Mes cinq pierres/ ma belle cote.
Ou elle vient trestout emporte
Par le pouoir que dieu ly donne
Vieulx et ieunes de toute sorte:
Tout vient de dieu tout y retorne.

Døden til nonnen
Døden til nonnen

Døden til nonnen

La morte
SUiuez mon train/ religieuse
De voz fais conuient rendre compte
Se point nauez este piteuse
Aux pouures/ ce vous sera honte.
En paradis point on ne monte
Fors par degrez de charite
Entendez bien a vostre compte:
Tout ce quon fait y est compte.

Nonnen

   La religieuse
IAy fait par tout ce que iay peu:
Aux pouures selon leur venue
Les malades pense et repeu.
Non si bien que iestoye tenue.
Mais se faulte il est aduenue
Dieu me pardonne la defaille
Sa grace tousiours retenue:
Il nest si iuste qui ne faille.

Døden til heksen

La morte
OYez oyez/ on vous fait asscauoir
Que ceste vielle sorciere
A fait morir et decepuoir
Pleuseurs gens en mainte maniere.
Est condamnee comme meurtriere
A morir/ ne viura plus gaire
Ie la maine en son cymitiere:
Cest belle chose de bien faire.

Heksen

La sorciere
MEs bonnes gens ayez pite
De moy et toute pecheresse
Et me donne par amite
Don de patenostre ou de messe.
Iay fait du mal en ma ieunesse
Dont icy achete la prune
Si priez dieu que lame adresse:
Nul ne peult contre sa fortune.

Døden til den bigotte kvinde
Døden til den bigotte kvinde

Døden til den bigotte kvinde

La morte
DIeu ayme bien femmes deuotes
Qui ont consciences nettes.
Et hait sur tout ces bigotes
Aux chaperons sans cornetes
Comme aucunes seurs colletes
Lesquelles par ypocrisie
En secretz pechez sont infectes
Deuant dieu et sa compaignie.

Den bigotte kvinde

La bigote
POur verite me suis monstree
Souuent meilleur que ie nestoye
Aucuneffois bien desieunee
Faisant semblant que ie ieunoye
Et de ma bouche barbetoye
Sans dire ne mot ne lettre:
Ie pry a dieu quen bonne voye
Plaise ma pouure ame mettre.

Døden til narren

La morte
SUs tost/ margot venez auant
Estes vous maintenant derriere
Vous deussiez ia estre deuant
Et danser toute la premiere.
Quel contenance/ quel maniere
Ou est vostre fille marote?
Ne vault faire cy mesgre chiere
Car cest vostre derniere note.

Narren

   La sotte
ENtre vous coinctes et iolies
Femmes oyez que ie vous dis
Laissez a heure voz folies
Car vous mourrez sans contredis.
Si iay ne meffait ne mesdis
A ceulx qui demeurent/ pardon
Requiers/ et a dieu paradis:
Demander ne puis plus beau don.

Den døde dronning
Den døde dronning

Den døde dronning

La royne morte
IE estoye royne couronnee
Plus que autre doubtee et crainte
Qui suis icy aux vers donnee
Apres que de mort fuz actainte.
Sur la terre ie suis contrainte
Destre couchee a la renuerse:
Pour quoy est dure ma complainte:
Bien charie droit qui ne verse.

PRenez y qui me regardez
Exemple pour vostre prouffit
Et de mal faire vous gardez
Ie nen diz plus il me souffit
Si non/ car celluy qui vous fit
Quant il vouldra vous deffera.
Deffais estiez quant vous reffit
Qui bien fera bien trouuera.

Autoriteten

Lacteur
O Vous seigneurs et aussi dames
Qui contemplez ceste paincture:
Plaise vous prier pour les ames
De ceulx qui sont en sepulture.
De mort neschappe creature
Allez/ venez/ apres mourres.
Ceste vie qun bien peu ne dure:
Faictes bien vous le trouueres.

¶Iadis furent comme vous estes
Qui ainsi dansent en facon telle
Allans/ parlans/ comme vous faictes
De gens mors il nest plus nouuelle.
Ne il nen chault dune cenelle
Aux hoirs ne amis des trepasses:
Mais quilz ayent argent et vaiselle
Ayez deulx pitie/ cest asses.

Yderligere oplysninger


Op til Silvestre