La Danse Machabray, 1589

De 68 vers
68 vers

Denne bog er en ret sen udgave af teksten. Stavemåden er lidt speciel både på forsiden og i overskriften: »la Danse Machabrey«. I selve teksten staves det "Macabrey": »La dāse Macabrey s'appelle«. Denne stavning er dog ikke helt ukendt, for 70 år senere, i 1659, udgav Chorier »Antiquités de la ville de Vienne«, hvor stednavnet "macabrey" optræder (side 15), og Chorier er bekendt med, at "macabrey" også er navnet på en bestemt dans: »[…] le nom en celuy qu'il a de Macabrey. Ie n'ignore pas neantmoins que ce mot a esté appliqué à d'autres sens, & entre autres au branle de Macabrey dont nos Pères ont fait des Liures«.

Forsiden indeholder bogens eneste illustration (billedet til højre): Et scepter, en hakke og to kranier fyldt med slanger og orme.

Båndet indeholder den latinske tekst: "MORS SCEPTRA LIGONIBVS ÆQVAT" (Døden gør sceptre og hakker til det samme). Et populært citat, som vi også finder på Christian von Mechel's Frontispice.

Dialogus de Morte, 1545
Dialogus

Teksten omkring kranierne siger: »Ecclesiastici.X. Hodie rex, cras mortuus & hæreditabit serpentes & vermes«. Dette er et uddrag fra Siraks Bog 10,10-11: »En langvarig sygdom gør lægen til spot. Konge i dag, død i morgen! Ved sin død arver et menneske kryb, orm og maddiker«.

Det er altså en meget passende forside, men rent faktisk er der tale om genbrug. Den samme illustration blev nemlig brugt 44 år forinden til bogen »Dialogus de Morte« (billedet til venstre).

Bogen indeholder 68 ottelinjede vers ("soixante hvict hvictains"). Det vil sige de 67 vers, som vi kender fra de gamle manuskripter, foruden det vers, der blev tilføjet i Guy Marchant's trykte udgave fra 1486, og som begynder: »Bon y fait penser soir et main«.

Dette kunne forlede én til at tro, at teksten var en slags genoptryk af Marchant's bøger, men faktisk indeholder teksten en del afvigelser, der også kendes fra Jean Belot i Genève og fra de gamle manuskripter. Der er især lighedspunkter med det gamle manuskript Ms 25434.

For en gennemgang af forskelle, se en sammenligning.

Her følger teksten:

Soixante huit huitains,

Cy deuant appellez la Danse
Machabrey.

Par lesquels les Chrestiens de tou Etats, sont stimulez & inuitez de penser à la Mort.

Autoriteten

         Premier huitain,
   L'autheur.
O Creature raisonnable,
Qui desirez vie eternelle,
Tu as cy doctrine notable,
Pour bien finer vie mortelle.
La danse Macabrey s'appelle,
Que chacun à danser apprend.
A homme & femme est naturelle:
Mort n'espargne petit, ne grand.

          II.
En ce mirouer chacun peut lire
Qu'il luy conuient ainsi danser:
Cil est heureux qui bien s'y mire,
Le mort, le vif faict auancer:
Tu vois les plus grans commencer,
Car il n'est nul, que mort ne fiere:
C'est piteuse chose y penser:
Tout est forgé d'vne matiere.

Døden til paven

          III.
   Vous qui viuez, certainement,
Quoy qu'il tarde ainsi danserez:
Mais quant? Dieu le sçait seulement:
Aduisez comment vous ferez.
         La Mort, Au Pape.
   Dam Pape, vous commencerez,
Comme le plus digne Seigneur,
En ce point honoré serez:
Aux grans maistres est deu l'honneur.

Paven

         Le Pape.
          IIII.
Hé, faut-il que la danse meine
Le premier, qui suis Dieu en terre?
I'ay eu dignité souueraine
En l'Eglise, comme Sainct Pierre,
Et comm' autres, Mort me vient querre,
Encor que mourir ne cuidasse.
Mais la mort à tous meine guerre:
Peu vaut l'honneur, qui si tost passe.

Døden til kejseren

         La Mort, A l'Empereur.
          V
Et vous le nompareil du monde,
Prince, Seigneur, grand Emperier,
Laisser vous faut la pomme ronde,
Armes, sceptre, tymbre, banniere.
Ie ne vous lairray pas derriere,
Vous ne pouuez plus seignourir,
I'emmeine tout, c'est ma maniere,
Les fils d'Adam faut tous mourir.

Kejseren

         L'Empereur.
          VI.
Ie ne sçay deuant qui i'appelle
De la mort, qui ainsi me meine:
Armer me faut de pic, de pelle,
Et d'vn linceul, Ce m'est grand peine.
Sur tous ay eu grandeur mondaine,
Et mourir me faut pour tout gage.
Hé, qu'est-ce de mortel demeine,
Les grans ne l'ont pas d'auantage.

Døden til kardinalen

         La Mort, Au Cardinal.
          VII.
Vous faictes l'esbahy, ce semble,
Cardinal, sus legerement,
Suyuons les autres tous ensemble,
Rien n'y vaut l'esbahissement.
Vous auez vescu hautement,
Et en honneur à grand deuis:
Prenez en gré l'esbatement,
Aux grans honneurs se pert l'aduis.

Kardinalen

         Le Cardinal
          VIII.
I'ay bien cause de m'esbahir,
Quand ie me voy de si pres pris:
La mort m'est venu enuahir,
Plus ne vestiray vert, ne gris,
Chappeau rouge, & chappe de pris
Me faut laisser, à grand destresse,
Et ie ne l'auois pas appris:
Toute ioye fine en tristesse.

Døden til kongen

         La Mort, Au Roy.
          IX.
   Venez, noble Roy couronné,
Renommé de force, & prouesse:
Iadis fustes enuironné
De grans pompes, & grand' noblesse.
Mais maintenant toute haultesse
Laisserez, vous n'estes pas seul.
Peu aurez de vostre richesse:
Le plus riche n'a qu'vn lynceul.

Kongen

         Le Roy.
          X.
   Ie n'ay point appris à danser
A danse & note si sauuage:
Helas, on peut veoir & penser
Que vaut orgueil, force, lignage:
Mort destruit tout, cest son vsage,
Aussi tost le grand que le mendre.
Qui moins se prise plus est sage,
A la fin faut deuenir cendre.

Døden til patriarken

         La Mort, Au Patriarche.
          XI.
   Patriarche, pour basse chere
Vous ne pouuez estre quicté:
Vostre double Croix, qu'auez chere,
Vn autre aura, C'est equité.
Ne pensez plus à dignité,
Ia ne serez Pape de Romme:
Pour rendre compte estes cité,
Folle esperance deçoit l'homme.

Patriarken

         Le Patriarche.
          XII.
   Bien perçoy que mondains honneurs
M'ont deceu, pour dire le voir
Mes ioyes tournent en douleurs.
Et que vaut tant d'honneur auoir?
Trop haut monter, n'est pas sçauoir:
Haults estatz gastent gens sans nombre.
Mais peu le veulent perceuoir:
A haut monter le faix encombre.

Døden til connétablen

         La Mort, Au Connestable.
          XIII.
   C'est de mon droict que ie vous mene
A la danse, gent Connestable:
Les plus forts, comme Charlemagne,
Mort prend, cest chose veritable.
Rien ne vaut chere espouuentable,
Ne forte armee en cest assault:
D'vn coup i'abbats tout le plus stable:
Rien n'est darmes quant mort assault.

Connétablen

         Le Connestable.
          XIIII.
   I'auois encore intention
D'assaillir Chasteaux, forteresses,
Et mener à subiection,
En acquerant honneurs, richesses:
Mais ie voy que toutes prouesses
Mort met au bas. c'est grand despit:
Tout luy est vn, douceurs, rudesses
Contre la mort n'a nul respit.

Døden til ærkebiskoppen

         La Mort, A l'Archeuesque.
          XV.
   Que vous tirez la teste arriere
Archeuesque, tirez vous pres:
Auez vous peur qu'on ne vous fiere,
Ne doutez, vous viendres apres.
N'est pas la mort tousiours aupres
Tout homme, & le suit coste à coste?
Rendre conuient debtes & prests.
Vne fois faut compter à l'hoste.

Ærkebiskoppen

         L'Archeuesque.
          XVI.
   Las, ie ne sçay ou regarder,
Tant suis, par mort, à grand destroict.
Ou fuiray-ie, pour moy garder?
Certes, qui bien la cognoistroit,
Hors de raison iamais n'ystroit
Plus ne gerray en chambre peinte,
Mourir me conuient, c'est le droict.
Quand faire faut cest grand contrainte.

Døden til ridderen

         La Mort, Au Cheualier.
          XVII.
   Vous qui entre les grans Barons
Auez eu renom, Cheualier,
Oubliez trompettes, clairons,
Et me suyuez, sans sommeiller
Les Dames soulies resueiller,
En faisant danser longue piece:
Autre danse faut danser.
Ce que l'vn faict l'autre despece.

Ridderen

         Le Cheualier.
          XVIII.
   Or ay ie esté auctorisé
En plusieurs faicts, & bien famé:
Des grans & des petis prisé:
Auec ce des Dames aymé:
Ne oncques ne fus diffamé
A la Cour de Seigneur notable.
Mais à ce coup suis tout pasmé.
Dessous le Ciel n'y a rien stable.

Døden til biskoppen

         La Mort, A l'Euesque.
          XIX.
   Tantost n'aurez vaillant ce pic
Des biens du monde, & de nature,
Euesque: de vous il est pic,
Nonobstant vostre prelature.
Vostre faict gist en auenture,
De voz subiects faut rendre compte.
A chacun Dieu fera droicture.
N'est pas asseur qui trop haut monte.

Biskoppen

   L'Euesque.
          XX.
   Le cœur ne me peut esiouir,
Des nouuelles que mort m'apporte;
Dieu voudra de tout compte ouyr,
C'est ce que plus me desconforte.
Le monde aussi peu me conforte,
Qui tous à la fin desherite.
Il retient tout, nul rien n'emporte:
Tout se passe, fors que merite.

Døden til adelsmanden

   La Mort, l'Escuyer.
          XXI.
   Auancez vous, gent Escuyer,
Qui sçauez de danser les sours:
Lance & escu porties hier,
Et huy vous finerez voy iours.
Il n'est rien qui ne preigne cours:
Dansez, & pensez de suyuir:
Vous ne pouuez auoir secours.
Il n'est qui mort puisse fuir.

Adelsmanden

         L'Escuyer.
          XXII.
   Puis que mort me tient en ses lacz,
Au moins que ie puisse vn mot dire:
Adieu deduits, adieu soulas,
Adieu Dames, plus ne puis rire.
Pensez de l'ame, qui desire
Repos, ne vous chaille plus tant
Du corps, qui tous les iours empire:
Tous faut mourir, on ne sçait quand.

Døden til abbeden

         La Mort, A l'Abbé.
          XXIII.
   Abbé, venez tost, vous fuyez,
N'ayez ja la chere esbahie
Il conuient que la mort suyuiez,
Combien que vous l'ayes haye.
Commandez à Dieu l'Abbaye,
Qui gros & gras vous a nourry.
Tost pourrirez à peu d'ahye:
Le plus gras est premier pourry.

Abbeden

         L'Abbé.
          XXIIII.
   De cecy n'aurois point enuie,
Mais il conuient le pas passer.
Las, or n'ay-ie pas en ma vie
Gardé mon ordre, sans faulser,
Gardez vous de trop embrasser,
Vous qui viuez au demourant,
Si vous voulez bien trespasser.
On s'aduise tard en mourant.

Døden til fogeden

         La Mort, Au Bailly.
          XXV.
   Bailly, qui sçauez qu'est iustice
Et haut & bas, en mainte guise,
Pour gouuerner toute police,
Venez tantost à ceste assise.
Ie vous adiourne de main mise,
Pour rendre compte de voz faicts
Au grand iuge, qui tout, vn prise.
Vn chacun portera son faiz.

Fogeden

         Le Bailly.
          XXVI.
   Hé Dieu, voicy dure iournee,
De ce coup pas ne me gardois:
Or est la chance bien tournee:
Entre Iuges honneur auois,
Et mort faict raualler ma ioye
Qui m'a adiourné sans rappel,
Ie n'y voy plus ne tour, ne voye.
Contre la mort n'a point d'appel.

Døden til astrologen

         La Mort, A l'Astrologien.
          XXVII.
   Maistre, pour vostre regarder
En haut, ne pour vostre Clergie,
Ne pouuez la mort retarder:
Cy n'y vaut rien l'Astrologie.
Toute la genealogie
D'Adam, qui fut le premier homme,
Mort prend, ce dit Theologie.
Tous faut mourir pour vne pomme.

Astrologen

         L'Astrologien.
          XXVIII.
   Pour science, ne pour degrez,
Ne puis auoir prouision.
Car maintenant tous mes regrets
Sont, mourir à confusion.
Pour finale conclusion,
Ie ne sçay rien que plus i'escriue,
Ie pers cy toute aduision:
Qui bien voudra mourir, bien viue.

Døden til borgeren

         La Mort, Au Bourgeois.
          XXIX.
   Bourgeois, hastez vous, sans tarder:
Vous n'auez auoir ne richesse,
Qui vous puisse de mort garder.
Si des biens dont eustes largesse
Auez bien vsé, c'est sagesse.
D'autruy vient tout, à autruy passe:
Fol est qui d'amasser se blesse,
On ne sçait pour qui on amasse.

Borgeren

         Le Bourgeois.
          XXX.
   Grand mal me faict si tost laisser
Rentes, maisons, cens, nourriture:
Mais pauures, riches, abbaisser
Tu fais, Mort: telle est ta nature.
Sage n'est pas la creature
D'aymer trop les biens, qui demeurent
Au monde, & sont siens de droicture.
Ceux qui plus ont, plus enuys meurent.

Døden til kannikken

         La Mort, Au Chanoine.
          XXXI.
   Sire Chanoine prebendé
Plus n'aurez distribution
Ne gros, ne vous y attendez,
Prenez cy consolation.
Pour toute retribution,
Mourir vous conuient sans demeure:
Ia n'y aurez dilation.
La mort vient qu'on ne garde l'heure.

Kannikken

         Le Chanoine.
          XXXII.
   Cecy gueres ne me conforte.
Prebendé fuz en mainte Eglise:
Or est la mort plus que moy forte,
Qui tout emmeine, c'est sa guise.
Blanc surplis, & aulmusse grise
Me faut laisser, & à mort rendre.
Que vaut gloire si tost bas mise?
A bien mourir chacun doit tendre.

Døden til købmanden

         La Mort, Au Marchant.
          XXXIII.
   Marchant, regardez par deça,
Plusieurs pays auez cherché,
A pied, à cheual, de pieça:
Vous n'en serez plus empesché.
Voicy vostre dernier marché,
Il conuient que par cy passez.
De tout soing serez depesché.
Tel conuoite qui a assez.

Købmanden

         Le Marchant.
          XXXIIII.
   I'ay esté à mont & à val,
Pour marchander ou ie pouuoye,
Par long temps à pied, à cheual,
Mais maintenant pers toute ioye.
De tout mon pouuoir acqueroye,
Or ay-ie assez : Mort me contraint.
Bon faict aller moyenne voye.
Qui trop embrasse, mal estreint.

Døden til karteuser

         La Mort.
          XXXV.
   Allez Marchant, sans plus rester,
Ne faites ia cy resistence,
Vous n'y pouuez rien acquester.
          Au Chartreux.
   Vous aussi homme d'abstinence,
Chartreux, prenez en patience,
De plus viure n'ayez memoire:
Faictes vous valoir à la dance.
Sur tout homme mort a victoire.

Karteuseren

         Le Chartreux.
          XXXVI.
   Ie suis au monde pieça mort,
Parquoy de viure ay moins enuie,
Iaçoit que tout homme craint mort.
Puis que la chair est assouuie,
Plaise à Dieu que l'ame rauie
Soit és Cieux, apres mon trespas.
Cest tout neant de ceste vie:
Tel est huy, qui demain n'est pas.

Døden til sergenten

         La Mort, Au Sergent.
          XXXVII.
   Sergent, qui portez ceste masse,
Il semble que vous rebellez.
Pour neant faictes la grimace,
S'on vous greue, si appellez.
Vous estes de mort appellez:
Qui luy rebelle, il se deçoit.
Les plus forts sont tost rauallez.
Il n'est fort, qu'aussi fort ne soit.

Sergenten

         Le Sergent.
          XXXVIII.
   Moy qui suis Royal officier,
Comment m'ose la mort frapper?
Ie faisois mon office hier,
Et elle me vient huy happer.
Ie ne sçay quell' part eschapper,
Ie suis pris, deçà, & delà.
Mal-gré moy me laisse attrapper.
Enuys meurt, qui appris ne l'a.

Døden til munken

         La Mort.
          XXXIX.
   Ha, maistre, par la passerez,
N'ayez ja soing de vous defendre.
Plus homme n'espouuenterez.
          Au Moyne.
   Apres, Moyne, sans plus attendre,
Ou pensez vous? Cy faut entendre.
Tantost aurez la bouche close,
Homme n'est, fors que vent, & cendre:
Vie d'homm' est moult peu de chose.

Munken

         Le Moyne.
          XL.
   I'aymasse mieux encores estre
Au cloistre, & faire mon seruice:
C'est vn lieu deuot, & bel estre.
Or ay-ie, comme fol, & nice,
Au temps passé commis maint vice,
Dequoy n'ay pas faict penitence
Suffisant Dieu me soit propice.
Chacun n'est pas ioyeux qui danse.

Døden til ågerkarlen

         La Mort, A l'Vsurier.
          XLI.
   Vsurier, de sens desreglé
Venez tost, & me regardez:
D'vsure estes tant aueuglé,
Que d'argent gaigner tout ardez.
Mais vous en serez bien lardez:
Car si Dieu, qui est merueilleux,
N'a pitié de vous, tout perdez.
A tout perdre est coup perilleux.

Ågerkarlen

         L'Vsurier.
          XLII.
   Me conuient-il si tost mourir?
Ce m'est grand peine, & grand greuance.
Et ne me pourront secourir,
Mon or, mon argent, ma cheuance.
Ie vois mourir, la mort m'auance:
Mais il m'en desplaist, somme toute.
Qu'est-ce de mal' accoustumance?
Tel a beaux yeux, qui ne voit goutte.

Den fattige mand

         Le pauure Homme.
          XLIII.
   Vsure est vn mauuais peché,
Comme chacun dit & racompte:
Et cest homme, qui approché
Se sent de la mort, n'en tient compte.
Mesme l'argent qu'en ma main compte,
Encor à vsure me preste:
Il deura de retour au compte.
N'est pas quicte, qui doit de reste.

Døden til lægen

         La Mort, Au Medecin.
          XLIIII.
   Medecin, auec vostre vrine
Voyez vous icy? qu'amender
Iadis sceustes de medecine,
Assez pour pouuoir commander.
Or vous vient la mort demander,
Comme autre, vous conuient mourir:
Vous ny pouuez contremander.
Bon myr' est qui se sçait guarir.

Lægen

         Le Medecin.
          XLV.
   Long temps a qu'en l'art de Physique
I'ay mis toute mon estudie:
I'auois la science, & pratique,
Pour guarir mainte maladie.
Ie ne sçay que ie contredie,
Plus n'y vaut herbe, ne racine,
N'autre remede, quoy qu'on die.
Contre la mort n'a medecine.

Døden til frieren

         La Mort, A l'Amoureux.
          XLVI.
   Gentil amoureux, gent & fricque,
Qui vous cuidez de grand valeur:
Vous estes pris, la mort vous picque,
Le monde lairrez à douleur.
Trop l'auez aymé, c'est fouleur,
Et a mourir peu regardé.
Ia tost vous changerez couleur.
Beauté n'est qu'image fardé.

Frieren

         L'Amoureux.
          XLVII.
   Helas, or n'y a-il secours
Contre mort? Adieu amourettes.
Moult tost va ieunesse a decours:
Adieu chappeaux, boucquets, fleurettes,
Adieu Amans, & pucellettes,
Souuienne vous de moy souuent.
Cy vous mirez, si sages estes.
Petite pluye abbat grand vent.

Døden til advokaten

         La Mort, A l'Aduocat.
          XLVIII.
   Aduocat, sans long proces faire,
Venez vostre cause plaider.
Bien auez sçeu les gens attraire
De pieça, non d'huy, ne d'hier.
Conseil cy ne vous peut ayder,
Au grand Iuge conuient venir:
Sçauoir le deuez sans cuider.
Bon faict iustice preuenir.

Advokaten

         L'Aduocat.
          XLIX.
   C'est bien raison que droict se face,
Ie n'y sçaurois mettre defense.
Contre mort n'a respit, ne grace,
Nul n'a respit de sa sentence
I'ay eu de l'autruy, quant i'y pense,
Dequoy ie doute estre repris.
A craindre est le iour de vengeance:
Dieu rendra tout à iuste pris.

Døden til troubadouren

         La Mort, Au Menestrier.
          L.
   Vous, Menestrier, qui danse & note
Sçauez, & auez beau maintien,
Pour faire esiouir sot & sotte,
Qu'en dites vous? Allons nous bien?
Monstrer vous faut (puis que vous tien)
Aux autres cy vn tour de danse,
Le contredire n'y vaut rien:
Maistre doit monstrer sa science.

Troubadouren

         Le Menestrier.
          LI.
   De danser ainsi n'eusse cure,
Certes tres-enuy ie m'en mesle:
Car de mort, n'est peine plus dure:
I'ay mis soubs ce banc ma Vielle.
Plus ne corneray Sauterelle,
N'autre danse, Mort m'en retient:
Il me faut obeir à elle:
Tel danse a qui au cœur ne tient.

Døden til sognepræsten

         La Mort, Au Curé.
          LII.
   Passez, Curé, sans plus songer:
Ie sçay qu'estes à bien donné.
Le Vif, le Mort, souliez manger,
Mais vous serez aux vers donné
Vous fustes iadis ordonné
Mirouer d'autruy, & exemplaire:
De voz faicts serez guerdonné.
A toute peine est deu salaire.

Sognepræsten

         Le Curé.
          LIII.
   Vueille, ou non, il faut que me rende,
Il n'est homme que mort n'assaille.
De mes Paroissiens offrande
N'auray iamais, ne funeraille.
Deuant le Iuge faut que i'aille
Rendre compte, las douloureux:
Or ay-ie grand peur que ie faille.
Cil que Dieu quitte, il est heureux.

Døden til bonden

         La Mort, Au Laboureur.
          LIIII.
   Laboureur, qui en soing & peine
Auez vescu tout vostre temps,
Mourir faut: c'est chose certaine:
Reculer n'y vaut, ny coontends.
De mort deuez estre contens,
Car de grand soucy vous deliure:
Approchez vous, ie vous attens;
Fol est, qui cuide tousiours viure.

Bonden / arbejderen

         Le Laboureur.
          LV.
   La Mort ay souhaité souuent,
Mais volontiers ie la fuysse.
I'aymasse mieux feu, pluye, ou vent,
Estre aux vignes, ou ie fouysse.
Encor plus grand plaisir y prisse,
Car ie pers de peur tout propos.
Or n'est-il qui de ce pas ysse.
Au monde n'a point de repos.

Døden til franciskaneren

         La Mort.
          LVI.
   Faites voye, vous auez tort
Laboureur. Apres Cordelier,
         (Au Cordelier.)
Souuent auez presché de mort:
Si vous deuez moins merueiller.
Ia ne s'en faut esmoy bailler:
Il n'est si fort que Mort n'arreste.
Il faict bon à mourir veiller.
A toute heure la Mort est preste.

Franciskanermunken

         Le Cordelier.
          LVII.
   Qu'est-ce que de viure en ce monde?
Nul homme à seureté n'y demeure.
Toute vanité y abonde.
Puis vient la Mort qui prend son heure.
Mendicité point ne m'asseure:
De mes faicts faut payer l'amende.
En petit d'heure Dieu labeure:
Sage est le pecheur qui s'amende.

Døden til barnet

         La Mort, A l'Enfant.
          LVIII.
   Petit enfant n'agueres né,
Au monde auras peu de plaisance.
A la danse seras mené
Comme vn autre. Mort a puissance
Sur tous du iour de la naissance
Conuient chacun à mort offrir:
Fol est qui nen a congnoissance.
Qui plus vit plus ha à souffrir.

Barnet

         L'Enfant.
          LIX.
   A, a, a, ie ne sçay parler,
Enfant ie suis, i'ay langue mue,
Hier nasquis, huy m'en faut aller,
Ie ne fays qu'entree & yssue
Rien n'ay mesfaict, mais de peur sue.
Prendre en gré faut, c'est pour le mieux
L'ordonnance de Dieu ne mue,
Aussi tost meurt ieune que vieux.

Døden til degnen

         La Mort, au Clerc.
          LX.
   Cuydez vous de mort eschapper
Clerc esperdu, pour reculer?
Il ne s'en faut ia destrapper:
Tel cuide souuent haut monter,
Qu'on voit a coup tost r'aualler.
Prenez en gré, allons ensemble,
Car rien n'y vaut le rebeller:
Dieu nous prent tous, quant bon luy semble.

Degnen

         Le Clerc.
          LXI.
   Faut il qu'vn ieune clerc sçauant,
Qui au seruice prend plaisir
Aour cuyder venir en auant,
Meure si tost! C'est desplaisir
Ie suis quitte de plus choisir
Autre estat. Il faut qu'icy danse.
La mort m'a pris a son loysir
Moult s'en faut de ce que fol pense.

Døden til eremitten

         La Mort.
          LXII.
   Clerc, ne vous faut faire reffus
De danser, faictes vous valoir
Vous n'estes pas seul: leuez sus,
Car tant moins vous en doit chaloir.
          A l'Hermite.
   Venez apres, c'est mon vouloir,
Homme nourry en l'hermitage.
Ia ne vous en conuient douloir:
Vie n'est pas seur heritage.

Eremitten

         L'Hermite.
          LXIII.
   Pour la vie dur & solitaire,
Mort ne donne de viure espace,
Chacun le voit. Si s'en faut taire.
Or requiers Dieu, qu'vn don me face:
C'est que tout mes pechez efface,
Bien suis content de tous ses biens,
Desquels i'ay vsé de sa grace
Qui n'a suffisance n'a riens.

Døden

         La Mort.
          LXIIII.
   C'est bien dit, ainsi doit on dire
Il n'est qui soit de mort deliure
Qui mal vit, il aura du pire:
Si pense vn chacun de bien viure.
Dieu pesera tout à la liure,
Bon y faict penser, soir, matin.
Meilleur science n'a en liure:
Il n'est qui ait point de demain.

Den døde konge

         L'Autheur, Au Roy.
          LXV.
   Vous, qui en ceste pourtraiture
Voyez danser estatz diuers:
Pensez qu'humaine creature
Ce n'est rien, que viande à vers.
Ie le monstre, qui gis enuers:
Si ay-ie esté Roy couronné.
Tels vous serez, bons & peruers.
Tout estat est aux vers donné.

Autoriteten

          LXVI.
   Rien n'est d'homme, qui bien y pense:
C'est tout vent, chose transitoire.
Chacun le voit par ceste danse.
Pource, vous qui voyez l'histoire,
Retenez la bien en memoire.
Car homme & femme ell' admoneste,
Cherchez de Paradis la gloire.
Heureux est qui és Cieux faict feste.

          LXVII.
[L'Aucteur.]
   Bon y faict penser, soir, matin:
Le penser en est profitable.
Tel est huy qui mourra demain,
Car il n'est rien plus veritable
Que de mourir: & rien moins stable
Que vie d'homme: on l'apperçoit
A l'œil: parquoy ce n'est pas fable.
Ia fol ne croit, tant qu'il reçoit.

          LXVIII.
[L'Aucteur.]
   Mais aucuns sont a qui n'en chaut
Comme s'il n'estoit Paradis,
N'enfer: helas, ils auront chaut.
Les liures que feirent iadis
Les saincts, le monstrent en beaux dicts.
Acquitez vous qui cy passez,
Et faictes des biens: plus n'en dis.
Bienfaict moult vaut aux Trespassez.

          F I N.

Ressourcer

Yderligere oplysninger


Op til La Danse Macabre