Manuscript Français 1186, Kvinderne

Dette er teksten til kvindernes dans fra manuskriptet Français 1186 (her er mændenes dans).

Skriften minder en del om Lille 139, hvor et lille "i" i starten af et ord ligner et stort "J". Dette giver mærkelige ord som "Jlz" og "Jcy", og derfor har jeg valgt konsekvent at skrive "i" (og at skrive stort U/V som "V"). Jeg har også skrevet det første bogstav i hver linie med stort.

Der er kun 30 kvinder, og en del af dem har andre titler end i senere udgaver: Franciskanernonnen, La cordeliere, kaldes »La dame de religion«; den gæstfri kvinde, La femme daccueil, kaldes »La femme serrette«; den lille pige, La ieune fille, kaldes »La petite fille« og nonnen, La religieuse, kaldes »La nonain«. Den største forskel er, at kvinden med krykker, La femme aux potences, kaldes »la vueille«; i senere udgaver tilføjes en anden kvinde, der overtager titlen som la vieille.

Dette manuskript fra 1482 er formentlig den næstældste udgave, vi har af kvindernes dans, og der er masser af afvigelser. Istedet for at nævne hver eneste vil jeg henvise til en separat side med sammenligning.

Der er dog en afvigelse, der skiller sig ud: I Dødens opfordring til ammen er der tilsyneladende byttet om på den 4. og 5. linie. Normalt vile jeg rette sådanne fejl, men i dette tilfælde har manuskripterne NAF 10032, Fr. 25434 og Arsenal 3637 samme afvigelse. Det vil sige, at det eneste manuskript, der stemmer overens med Guy Marchant's trykte udgaver, er BNF 995, et manuskript, der netop menes at bygge på Marchant's trykte bøger. Desuden kan man se, hvordan den 7. linie er skrevet om, afhængig af, om "mirouer" skulle rime på "iouer", eller "targer" på "delayer".

Det er altså ikke let at afgøre, hvem der har ret. Her kommer begge varianter:

Ms. Fr. 1186Miroer Salutaire

¶La mort.

Vous nourrice et vostre beau filz
Non obstant son couuertouer
Et son hault bonnet a trois filz
Deslogerez sans delayer
Vous ne le merres plus iouer
Car tous deux sy mourrez ensamble
Femmes vecy beau mirouer
Dieu pugnit ceulx que bon lui samble

La morte

Apres nourrice: vostre beaux filz
Nonobstant son couuertouer
Et son beau bonnet a trois fils
Vous ne le menrez plus iouer
Deslogez vous sans delayer
Car tous deux mourres ensemble
Vous ne pouez plus cy targer
La mort prent tout quant bon ly semble.

Her kommer teksten. Rækkefølgen er den samme som i manuskriptet.

¶La dance des fammes

¶Cest la dance macabre des femmes

Autoriteten

         ¶Lacteur.
Mires vous cy mires vous femmes
Prenez cy consolacion
Et pensez de vos poures amez
Qui desirent saluacion
Cy bas nest pas la mansion
Ou vous deuez estre tousiours
Mort met tout a destruction
Grant et petit meurt tous les iours

Døden til dronningen

         ¶La mort.
Noble royne de beau corsage
Gente et ioyeuse a lauenant
Iay de par le grant maistre charge
De vous enmener maintenant
Et comme bien chose auenant
Ceste dance commenseres
Faictes deuoir au de momant
Vous qui viuez ainsi serez

Dronningen

         ¶La royne
Ceste dance mest bien nouuelle
Et en ay le cuer fort souspris
He dieu quelle dure nouuelle
Agens qui ne lont pas apris
Las en la mort est tout compris
Royne dame grant et petite
Les plus grans sont les premiers pris
Contre la mort na point de fuite

Døden til hertuginden

         ¶La mort
Apres madame la ducesse
Vous viengs querir et pourchasser
Ne pensez plus a la richesse
Na biens ne a ioyaulx amasser
Au iour duy vous fault trespasser
Certes de vostre vie est fait
Folie est de tant embrasser
On nenporte que le bien fait

Hertuginden

         ¶La ducesse.
Ie nay pas encor trente ans
Helas a leure que commence
A sauoir quest de bon temps
La mort vient tollir ma plaisance
Iay des amis argent cheuance
Soulas esbatz a grant deuis
Par quoy mest dure la sentence
Gens aises se meurent enuis

Døden til regenten

         ¶La mort.
Or sa madame la regente
Qui auez non de si bien dire
De dancer fringuier estre gente
Sur toutes quon sauoit eslire
Vous soullies les autres conduire
Festons gens et ralier
Mais il est temps de vous reduire
La mort fait trestout oublier

Regenten

         ¶La regente.
Quant me souuient des tabourins
Nopces festes harpes trompettes
Menestriers douchaines clarins
Et des grans chieres que iay faittes
Mon cuer vit en ces entrefaictes
Mondanites nont cy plus lieu
Mais tournent en poures emplettes
Tout se passe fors amer dieu

Døden til ridderfruen

         ¶La mort.
O gentille femme de cheualier
Qui tant amez deduit de chasse
Les engins vous fault habillier
Pour suiure le train de ma trasse
Cest bien chasse quant on pourchasse
Chose a son ame meritoire
Car au derrenier la mort tout chasse
Ceste vie cy est transitoire

Ridderfruen

         ¶La femme du cheualier
Pas sy tost mourir ne pensoie
Et comment dya ie souppe hier
Sur lerbe vert en la saussoye
Ou feys mon espruuer gayer
En riens plus ne se fault fier
Et quest ce des fais de ce monde
Huy rire demain lermoyer
La fin de ioye en deul redonde

Døden til adelsdamen

         ¶La mort.
Dame ployes vos gorgerettes
Il nest plus temps de vous farder
Vos tourectz fronteaux et bauettes
Ne vous y pourroient aider
Pluiseurs sont decheus par cuidier
Que la mort pour leurs habitz flesche
Chascun y deust bien regarder
Par habitz mainte femme peche

Adelsdamen

         ¶La femme de lescuier
Hee quay ie meffait ou mesdit
Dont doye souffrir tel perte
Iauoye achette au lendit
Du drap pour taindre en escarlatte
Et eusse eu vne robe vert
Au premier iour de may qui vient
Mais mon emprinse est descouuerte
Tout ce que on pense pas nauient

Døden til den unge kvinde

         ¶La mort.
Venes apres mademoiselle
Et serres tous vos affiquetz
Ia Ne chault se estes laide ou belle
Laissier fault dances et raquetz
Vous venres en dautres banquetz
Ou les autres sentent iaue roze
Et verrez iouster a rocquetz
Femme fait faire mainte chose

Den unge kvinde

         ¶La demoiselle.
Que me vallent mes grans atours
Mes habitz bobans et beaulte
Quant tout fault delaissier en plours
Oultre mon gre et voulente
Mon corps sera tantost porte
Aux vers et a la pourriture
Plus nen sera balle chante
Ioye mondaine queres ne dure

Døden til gammeljomfruen

         ¶La mort.
Mademoiselle du bon temps
Atout vos anciens atours
Il est de vous en venir temps
Nature en vous a fait son cours
Il nest ioye viande ne amours
Qui vous puist exempter du trac
On ne peut pas viure tousiours
Au bout de laune fault le drap

Gammeljomfruen

         ¶La vielle demoiselle.
Iay voirement mon temps passe
Et aime mieulx aussy mourir
Que reueoir le viel temps passe
Et tant de miseres courir
Pities poures gens langorir
Et dautres choses dont me tays
Enffans pour bien viure et mourir
Il nest sy grant bien que de paix

Døden til borgerinden

         ¶La mort.
Et vous aussi gente bourgoise
Pour neant vous vous excuses
Il est force que chascun voise
Comme veez et aduisez
Vos beaulx gorgias empesez
Ny font riens ne large sainture
Maintes gens en sont abbusez
En tous estas il fault mesure

Borgerinden

         ¶La bourgoise.
Mes getz et colletz de laytices
Ne me exemptent point de mort
Mes grandes ioyes et delices
Me viennent tousiours a remort
Raison picque conscience mort
Et voy les folies de ieunesse
Qui sont a rebours cest au fort
Ioliuete tourne en tristresse

Døden til enken

         ¶La mort.
Femme vefue tires auant
Et vous auances de venir
Vous voyes les autres deuant
Il conuient vne fois fenir
Cest belle chose de tenir
Lestat ou on est appellee
Et soy tousiours bien maintenir
Vertu est tout par tout louee

Enken

         ¶La femme vefue
Depuis que mon mary mourut
Des affaires ay eu grandement
Sans ce que aime me secourut
Se non de dieu gart seullement
Iay des enffans bien largement
Qui sont ieunes et non pourueus
Dont iay pittie mais nullement
Dieu nen laisse aucuns despourueus

Døden til købmandsfruen

         ¶La mort.
Alons oultre gente marchande
Et ne vous chaille de peser
La marchandise que on demande
Cest folie dy plus muser
A lame deussies aduiser
Le temps sen va heure apres heure
Et nest tel que den bien vser
Le merite et bien fait demeure

Købmandsfruen

         ¶La marchande
Qui gardera mon ouurouer
Tandis que ie suis en malaise
Mes gens ne feront que iouer
Les biens leur viennent a leur aise
A dieu ma balanche et ma chaise
Ou iay eu les yeux dilligens
Et trop chier vendre dont me poise
Auarice dechoit les gens

Døden til fogedinden

         ¶La mort.
Sa sa madame la baillifue
Des caquetz tenus en lesglise
Qui iugie auez par raison visue
Maintz vaillans gens a vostre guise
Ie vous signifie main mise
Pour pourueoir dautre en vostre lieu
Car au iour duy seres desmise
Point ne se fault iouer a dieu

Fogedinden

         ¶La baillifue.
Femme si parle de legier
La coustume nest pas nouuelle
Et si sentremet de iugier
Du fait dautruy et non pas delle
Chascune se reputte telle
Que ce quelle dit est bien fait
Mais on se baille a la chandelle
Il nest riens au monde parfait

Døden til bruden

         ¶La mort.
Pour vous monstrer vanite folie
Et que on doit sus la mort veillier
Ca la main espousee iolie
Alons nous en deshabillier
Pour vous ne fault plus traueillier
Car vous vendres coucher ailleurs
On ne se doit trop resueillier
Les fais de dieu sont meruilleux

Bruden

         ¶Lespousee
En la iournee quauoie desir
Dauoir quelque ioye en ma vie
Ie nay que deul et desplaisir
Et si fault que tantost desvie
Hee mort pour quoy as tu enuie
De moy qui me prens cy a coup
Sy grant faulte nay desseruie
Mais il fault dieu louer de tout

Døden til den søde kone

         ¶La mort.
Femme nourrie en meignotise
Qui dormes iusques au disner
On va chauffer vostre chemise
Il est temps de vous desgeusner
Vous ne deussies iamais geusner
Car vous estes trop meigre et vvide
A demain vous vieng adiourner
On meurt plustost que on ne cuide

Den søde kone

         ¶La femme meignotte
Pour dieu que on me voise querir
Medecin et appoticaire
Et comment me fault il morir
Iay mary de sy bon affaire
Agneaulx robes noef ou dix paire
Ce morseau cy mest bien esgret
Et ce passe tost vaine gloire
Femme en ces saulx meurt a regret

Døden til jomfruen

         ¶La mort.
Douche fille et belle pucelle
Ne vous chaille ia de laisser
La misere de vie mortelle
Quil conuient a chascun passer
Car qui vouldroit bien tout trasser
Il nya seurete ne arrest en lieu
Fors son sauuement pourchasser
Virginite plaist bien a dieu

Jomfruen

         ¶La pucelle.
En ce siecle iosnes et vieulx
Ne sont pas atrop grant seurete
De pleurs et lermes sont les cieulx
Les meurs dennuy et pourete
Se on a vne ioyeusete
Il vient apres quinze douleurs
Pour vng bien double aduersitte
Plaisirs mondains finent en pleurs

Døden til teologinden

         ¶La mort.
Nous direz vous rien de nouueau
Madame la theologienne
Du testament vielz ou nouueau
Du fait du ciel et de larchanne
Soubz vostre robe se gouuerne
Vng sens acquis pare de maistre
Mais le drap si gaste la penne
Cest beaucop que de ce congnoistre

Teologinden

         ¶La theologienne
Femme qui de clergie respont
Pour auoir bruit ou que on lescoute
Et des morues de petit pont
Qui ont grans yeulx et ne voient goutte
Sage est qui rondement si boutte
Et qui trop veult sauoir est bugle
Trop hault monter souuent cher couste
Chascun est en son fait est avveugle

Døden til den nygifte

         ¶La mort.
Apres nouuelle mariee
Qui auez mis vostre desir
A dancer et estre paree
Pour nopces et festes choisir
En danssant ie vous vieng saisir
Au iour dui serres mise en terre
Mort ne vient iamais a plaisir
Ioye sen va comme feu de fuerre

Den nygifte kvinde

         ¶La nouuelle mariee.
Las demy an entier na pas
Que commence tenir mesnage
Par quoy sy tost passer le pas
Ne mest pas doucheur mais grant rage
Car iauoie en mon tourage
De dancer et faire merueilles
Mais la mort de trop pres me charge
Vng pou de vent abat grans fuelles

Døden til den gravide

         ¶La mort.
Femme grosse prenez loisir
Dentendre a vous legierement
Car huy mourres cest le plaisir
De dieu et par son mandement
Alons pas a pas bellement
En iettant vostre cuer es cieulx
Et nayez paour aucunement
Dieu ne fait rien que pour le mieulx

Den gravide kvinde

         ¶La femme grosse.
Iaray bien petit de deduit
De mon premier enffantement
Sy recommande a dieu le fruit
Et mon ame pareillement
Helas bien cuidoie autrement
Auoir grant ioye en ma gesine
Mais tout va bien piteusement
Fortune tost se change et fine

Døden til kammerpigen

         ¶La mort.
Dittes ioesne femme a la cruche
Renommee bonne chamberiere
Respondes aumoins quant on huche
Sans tenir si rude maniere
Vous nires plus a la riuiere
Bassuer au four ne a la fenestre
Vecy vostre iournee derreniere
Aussi tost meurt seruant que maistre

Kammerpigen

         ¶La chamberiere
Quoy ma maistresse ma promis
Moy marier et des biens faire
Et puis sy ay dautres amis
Qui lui aideront a parfaire
Hee men yray ie sans riens faire
Iapelle car on me fait tort
Et dautre part ne men puis taire
Pou de gens se loent de la mort

Døden til husholdersken

         ¶La mort.
Sauez vous recommanderesse
Point de bon lieu pour moy logier
Iay bon mestier que on madresse
Car nul ne me veult herbegier
Mais ien feray tant deslogier
Que on congnoistra mon enseigne
Morir fault pour vous abregier
Nul ne pert que autre ne gaigne

Husholdersken

         ¶La recommanderesse.
En la mort na point damitie
Et sy ne fait riens pour requeste
Or argent priere pittie
Pour neant on sen rompt la teste
Qui y veult resister est beste
La mort a nullui ne complest
Mais fault tous dancer a la feste
Mourir conuient quant a dieu plaist

Døden til franciskanernonnen

         ¶La mort.
Femme de grant deuotion
Cloees vos heures et matines
Et cessant contemplacion
Car iamais nyrez a matines
Ce vos prieres si sont dignes
Ilz seruiront car dieu les ot
Riens ny vault souspirs ne signes
Tous fault mourir masches ce mot

Franciskanernonnen

         ¶La dame de religion.
Ie mercye le createur
A qui plest de menuoier querre
En loant le vray redempteur
Des biens quil ma donnes sur terre
Aux temptacions ay eu guerre
Qui est moult fort a demener
Mais il ayde qui veult requerre
Seruir dieu est viure et resgner

Døden til landsbykvinden

         ¶La mort.
Sa poure femme de villaige
Suyuez mon train sans plus tarder
Plus ne venderes oefz ne frommage
Alez vostre panier vvider
Se vous auez sceu bien garder
Pourete pacience et perte
Vous en pourrez moult amender
Chascun trouuera sa deserte

Landsbykvinden

         ¶La femme de villaige.
Ie pren la mort vaille que vaille
Bien en gre et en pacience
Frans archiers ont pris ma poulaille
Et oste toute ma substance
De poures gens nul si ne pense
Entre voisins na charite
Chascun veult auoir grant cheuance
Nul na cure de pourete

Døden til gensalgskvinden

         ¶La mort.
Approchies vous reuenderesse
Sans plus cy faire demouree
Vostre corps nuit et iour ne cesse
De gagnier pour estre honnouree
Honneur est de poure duree
Et se pert en vng moment deheure
Au monde na chose asseuree
Tel rit matin qui au soir pleure

Gensalgskvinden

         ¶La reuenderesse.
Iauoie hier gagnie deux salus
A surfaire subtillement
Mais ne say qui les ma tollus
Argent acquis mauaisement
Ne fait ia bien communement
Helas ie meurs cest dautre mes
Que prestre aye hastiuement
Il vault mieulx plustart que iames

Døden til frierinden

         ¶La mort.
Femme de petite value
Mal viuant en charnalite
Qui mene auez vie dissolue
En tous temps yuer et este
Ayes le cuer tout appreste
Car vous seres de pres tenue
Pour mal faire on est tourmente
Pechie nuit quant on continue

Frierinden

         ¶La femme amoureuse.
A des pechie me suis soubz mise
Par plaisance desordonnee
Mauldis soient ceulx qui my ont mise
Et au mestier habandonnee
Las se ie eusse este bien menee
Et conduite premierement
Iamais ny eusse este tournee
La fin suyt le commencement

Døden til den gæstfri kvinde

         ¶La mort.
Femme dacueil et amiable
A festons gens a plente
Qui auez acquis amis de table
Pour parler de ioyeusette
Le temps nest plus tel qua este
Riens ny vault parler vacabond
Cest folie que de vanite
Ceulx qui ont eu le bruit ont le bond

Den gæstfri kvinde

         ¶La femme serrette
Iay eu des parentz et amis
Qui mont promis mons et merueilles
Mais quant ilz voyent que on est bas mis
Ilz chaynent trestous les oreilles
Et sont aussi sours comme feulles
Que le vent fait voller par couples
Fies vous en promesses telles
Les amis au iour duy sont doubles

Døden til ammen

         ¶La mort.
Vous nourrice et vostre beau filz
Non obstant son couuertouer
Et son hault bonnet a trois filz
Deslogerez sans delayer
Vous ne le merres plus iouer
Car tous deux sy mourrez ensamble
Femmes vecy beau mirouer
Dieu pugnit ceulx que bon lui samble

Ammen

         ¶La nourrice
A ceste dance fault aler
Comme font les prestres au saine
Ie voulsisse bien reculer
Car ie sens ia la bosse en layne
Entre mes bras de mon alaine
Cest enffant meurt despedimie
Cest grant pittie de mort soudaine
Nulluy na honte ne demie

Døden til hyrdinden

         ¶La mort.
Pas ne vous oubliray derriere
Venez apres moy sa la main
Entendez vous plaisant bregiere
On marchande cy main a main
Aux champs nyrez plus soir ne main
Veillier brebis ne garder bestes
Il nest qui ait point de demain
Apres les veilles sont les festes

Hyrdinden

         ¶La bregiere.
Ie pren congie du franc gonthier
A qui iay regret a merueilles
Plus naray chappeau desglentier
Car vecy piteuses nouuelles
Adieu bergieres et pastourelles
Et les beaulx champs que dieu fait croistre
Adieu fleurs et roses vermeilles
Il fault tous obeyr au maistre

Døden til kvinden med krykker

         ¶La mort.
Apres poure vielle aux potentes
Qui ne vous pouez soustenir
Cy bas nauez pas vos plaisances
Et sy vous en conuient venir
Lautre siecle est a venir
Ou pour vostre mal et misaire
Pourrez a grant joie paruenir
Dieu recompence tout en gloire

Kvinden med krykker

         ¶La vielle.
De viellesse ne voy mais goutte
Par quoy ne crains garres la mort
Dix ans ya que iay la goutte
Et maladie me griefue fort
Mes amis ont le mien atort
Et nay vaillant deux blans contans
Mais en dieu ay mon resconfort
Apres la pluie vient le beau temps

Døden til jordemoderen

         ¶La mort.
Venez sa garde dacouchees
Qui auez drechie maintz baings perdus
Et les courtines destachiees
Ou sont les beaulx boucquetz pendus
Mains biens ont este espandus
Et tant de metz que cest vng songe
Qui seront apres chier vendus
A la fin trestout vient au ronge

Jordemoderen

         ¶La garde dacouchees.
Iay voirement drechie les baings
Pour les comperes et commeres
Veu drecer pastes de coings
Tartes dariolles goyeres
Et faire cent mille grans chieres
Mays sy tost que on hoste la table
Il nen souuient a nullui gueres
Ioye de mengier nest point durable

Døden til den unge pige

         ¶La mort.
Tires pres petite garsete
Baillies moy vostre bras menu
Il fault que sur vous la main mette
Vostre derrenier iour est venu
Ie nespargne gros ne menu
Grant ou petit ce mest tout vng
Et prens tant paye tant tenu
La mort est commune a chascun

Den unge pige

         ¶La petite fille.
Ha ma mere ie sui happee
Ie sens la mort qui me transporte
Pour dieu que on me garde ma poupee
Mes cinq pierres ma belle cotte
Ou elle vient trestout emporte
Par le pouoir que dieu lui donne
Vieulx et ioesnes de toute sorte
Tout vient de dieut tout y retourne

Døden til nonnen

         ¶La mort.
Suyuez le train religieuse
De vos fais conuient rendre conte
Se point nauez este piteuse
Des poures ce vous sera grant honte
En paradis point on ne monte
Fors par degrez de charite
Entendez bien a vostre conte
Tout ce que on fait sy est conte

Nonnen

         ¶La nonain
Iay fait tout du mieulx que iay peu
Aux poures selon leur venue
Les malades pensses repeu
Non sy bien que estoie tenue
Mais se faulte y est auenue
Dieu me pardonne la deffaille
Sa grace tousiours retenue
Il nest si iuste qui ne faille

Autoriteten

         ¶Lacteur.
O vous seigneurs et mes dames
Qui contemples ceste painture
Plaise vous prier pour les ames
De ceulx qui sont en sepulture
De mort neschappe creature
Alez venez apres moures
Ceste vie cy petit dure
Fait bien vous le trouuerez

         ¶La Mort.
Iadis feusmes comme vous estes
Buuans mengans en fasson telle
Ne plus ne moins comme vous faittes
Mais des gens mors nest plus nouuelle
Ne il nen chault pas dune cenelle
Aux hoirs ne amis des trespasses
Mais quilz ayent largent et vaisselle
Ayes en pittie cest assez

Explicit la dance mortelle
que vng chascun appellera
cest vne dance bien nouuelle
ce dieu plest elle pourfitera
pour ce qui la regardera
de bon cuer y prengne exemplaire
et die vng aue maria
pour celle qui cy la fait faire

Amen.

Yderligere oplysninger


Op til Ms. Fr. 1186