Manuscript Français 1186, Mændene

Dette er teksten til mændenes dans fra manuskriptet Français 1186 (her er kvindernes dans).

Skriften minder en del om Lille 139, hvor et lille "i" i starten af et ord ligner et stort "J". Dette giver mærkelige ord som "Jlz" og "Jcy", og derfor har jeg valgt konsekvent at skrive "i" (og at skrive stort U/V som "V"). Jeg har også skrevet det første bogstav i hver linie med stort.

Der er enkelte fejl i manuskriptet: I Dødens ord til præsten gentages linien: »Mais vous seres aux vers donnez« til sidst i verset (denne fejl er markeret med to prikker i marginen). Dødens 5. og 6. linie til patriarken er byttet om (dette er også markeret i marginen), og i patriarkens svar er linie 5 flyttet bagerst. Disse fejl er alle rettet her.

Der mangler to linier, som på nærværende side er tilføjet i klammer. Den fattige mand kaldes: »Le bon homme qui emprunte a vsure« - den gode mand, der låner af ågerkarlen. Dødningen er ikke længere "Le mort" (den døde mand), men "La mort": Døden.

I modsætning til kvindernes dans er teksten i mændenes dans forbløffende stabil, og der er kun få varianter i forhold til andre manuskripter. Dødens 7. linie til munken :»Homme nest fors que vers et cendre« er anderledes, da alle andre kilder har »vent« (vind) istedet for »vers« (orme). Dødens sidste linie til astrologen: »Tout fault pourrir pour vne pomme« er også anderledes, da alle andre kilder har »mourir« (dø) i stedet for »pourrir« (rådne). En del manuskripter (Ms Fr. 25434, Ms. Lille og Add 38858) har dog en tilsvarende forveksling/ordspil i adelsmandens sidste linie.

La dance macabre des Hommes

         ¶Cy commence la dance macabre.

Autoriteten

O creature raisonnable
Qui desires vie eternelle
Tu as cy doctrine notable
Pour bien finer vie mortelle
La dance machabre sappelle
Que chascun a dancer apprent
A homme et femme est naturelle
Mort nespargne petit ne grant

En ce mirouer chascun puet lire
Que le conuient ainsy dancer
Cilz est eureulx qui bien sy mire
Le mort le vif fait auancer
Tu vois les plus grans commencer
Car il nest nul que mort ne fiere
Cest piteuse chose y penser
Tout est forgie dune matiere

Døden til paven

         ¶La mort.
Vous qui viues certainement
Quoy quil tarde ainsi danceres
Mais quant dieu le scet seullement
Auises comment vous feres
Damp pappe vous commenceres
Comme le plus digne seigneur
En ce point honnoure seres
Aux grans maistres est deu lonneur

Paven

         ¶Le pappe.
Hee fault il que la dance maine
Le premier qui suis dieu en terre
Iay eu dignite souueraine
En leglise comme saint pierre
Et comme autre mort me vient querre
Encor point morir ne cuidasse
Mais la mort atous maine guerre
Peu vault honneur qui sy tost passe

Døden til kejseren

         ¶La mort.
Et vous le non pareil du monde
Prince et seigneur grant emperiere
Laissier vous fault la pomme dor ronde
Armes ceptre tymbre et baniere
Ie ne vous laray pas derriere
Vous ne poues plus seignourir
Ienmainne tout cest ma maniere
Les filz adam fault tous mourir

Kejseren

         ¶Lempereur.
Ie ne say deuant qui iapelle
De la mort quainsi me demaine
Armer me fault de picq de pelle
Et dun linseul ce mest grant paine
Sur tous ay eu grandeur mondaine
Et mourir me fault pour tout gage
Et quest ce de mortel demaine
Les grans ne lont pas dauantage

Døden til kardinalen

         ¶La mort.
Vous faittes lesbahy ce me samble
Cardinal sus legierement
Suyuons les autres tous ensemble
Rien ny vault esbahissement
Vous auez vescu haultement
Et en honneur a grant deuis
Prenes en gre lesbatement
Aux grans honneurs se pert laduis

Kardinalen

         ¶Le cardinal.
Iay bien cause de mesbahir
Quant ie me vois sy pres pris
La mort mest venu enuahir
Plus ne vestiray vair ne gris
Chappeau rouge chappe de pris
Me fault laissier a grant destresse
Ie ne lauoie pas apris
Toute ioye fine en tristresse

Døden til kongen

         ¶La mort.
Venes noble roy couronne
Renomme de force et proesse
Iadis fustes auironne
De grant pompe de grant noblesse
Mais maintenant toute haultesse
Laisseres vous nestes pas seul
Peu aures de vostre ricesse
Le plus riche na qun linseul

Kongen

         ¶Le roy.
Ie nay pas apris a dancer
A dance et notte sy sauuage
Helas on puet voir et penser
Que vault orguel force lingnage
Mort destruit tout cest son vsaige
Aussi tost le grant que le moindre
Qui mains se prise plus est sage
En la fin fault deuenir cendre

Døden til patriarken

         ¶La mort.
Patriarche pour basse chiere
Vous ne pouez estre quitte
Vostre double croix quauez chiere
Vng autre aura ceste equitte
Ne pensez plus a dignite
Ia ne serez pappe de romme
Pour rendre compte estes cite
Folle esperance dechoit lomme

Patriarken

         ¶Le patriarche.
Bien perchoy que mondains honneurs
Mont deceu pour dire le voir
Mes ioyes tournent en dolours
Et que vault tant donneurs auoir
Trop hault monter nest pas sauoir
Haulx estas gastent gens sans nombre
Mais pou le veullent perceuoir
A hault monter le fais encombre

Døden til connétablen

         ¶La mort.
Cest de mon droit que ie vous maine
A la dance gent connestable
Les plus fors comme charlemaine
Mort prent cest chose veritable
Rien ny vault chiere espoentable
Ne forte armeure en cest assault
Dun cop iabas le plus estable
Rien nest darmes quant mort assault

Connétablen

         ¶Le connestable.
Iauoie encor intention
Dassaillir chasteaulx et forteresses
Et mener a subiection
En acquerant honneurs richesses
Mais ie vois que toutes prouesses
Mort met au bas cest grant despit
Tout lui est vng doucheurs rudesses
Contre la mort na nul respit

Døden til ærkebiskoppen

         ¶La mort.
Que vous tires la teste arriere
Archeuesque tires vous pres
Auez vous peur quon ne vous fiere
Ne doubtes vous vendres apres
Nest pas la mort tousiours empres
Tout homme elle suit coste a coste
Rendre conuient debtes et pres
Vne fois fault conter a loste

Ærkebiskoppen

         ¶Larcheuesque.
Las ie ne say ou regarder
Tant suis par mort a grant destroit
Ou fuiray ie pour moy garder
Certes qui bien la congnoistroit
Hors de raison iamais nistroit
Plus ne gerray en chambre painte
Morir me conuient cest le droit
Quant faire fault cest grant contrainte

Døden til ridderen

         ¶La mort.
Vous qui entre les grans barons
Aues eu renon cheualier
Oublies trompettes clarons
Et me suiuez sans sommeillier
Les dames soullies resueillier
En faisant dancer longue piece
A autre dance fault veillier
Ce que lun fait lautre depiece

Ridderen

         ¶Le cheualier.
Or ay ie este auctorisie
En pluiseurs fais et bien fame
Des grans et des petis prisie
Auecques des dames aime
Ne oncques ne fus diffame
A la court de seigneur notable
Mais ad ce coup suis tout pasme
Dessoubz le ciel na riens estable

Døden til biskoppen

         ¶La mort.
Tantost naures vaillant ce picq
Des biens du monde et de nature
Euesque de vous il est picq
Non obstant vostre prelature
Vostre fait gist en auenture
De vos subgetz fault rendre conte
A chascun dieu fera droitture
Nest pas asseur qui trop hault monte

Biskoppen

         ¶Leuesque.
Le cuer ne me puet resiouir
Des nouuelles que mort maporte
Dieu vouldra de tout conte ouir
Cest ce que plus me desconforte
[Le monde aussi peu me conforte]
Qui tous a la fin desherite
Il retient tout nul rien nenporte
Tout se passe fors le merite

Døden til adelsmanden

         ¶La mort.
Auances vous gent escuier
Qui saues de dancer les tours
Lance porties et escu hier
Et huy vous fineres vos iours
Il nest rien qui ne prende cours
Dances et penses de suiuir
Vous ne poues auoir secours
Il nest qui puisse mort fuir

Adelsmanden

         ¶Lescuier
Puis que mort me tient en ses latz
Aumains que ie puisse vng mot dire
A dieu deduit a dieu soulas
A dieu dames plus ne puis rire
Penses de lame qui desire
Repos ne vous chaille plus tant
Du corps qui tous les iours empire
Tous fault mourir on ne scet quant

Døden til abbeden

         ¶La mort.
Abbe venes tost vous fuies
Nayes ia la chiere esbahie
Il conuient que la mort suies
Combien que moult laues haye
Commandes a dieu labbaye
Qui gros et gras vous a noury
Tost pourires a peu daye
Le plus gras est premier pourri

Abbeden

         ¶Labbe.
De cecy neusse point enuie
Mais il conuient le pas passer
Las or nay ie pas en ma vie
Garde mon ordre sans casser
Gardes vous de trop embrasser
Vous qui viues au demourant
Se vous voulles bien trespasser
On sauise tart en mourant

Døden til fogeden

         ¶La mort.
Bailly qui sauez quest iustice
Et hault et bas en mainte guise
Pour gouuerner toute police
Venez tantost a ceste assize
Ie vous adiourne de main mise
Pour rendre conte de vos fais
Au grant iuge qui tout vng prise
Vng chascun portera son fais

Fogeden

         ¶Le bailly.
Hee dieu vecy dure iournee
De ce coup pas ne me gardoie
Or est la chance bien tournee
Entre iuges honneur auoie
Et mort fait raualer ma ioye
Qui ma adiourne sans rappel
Ie ny voy plus tour ne voye
Contre la mort na point dappel

Døden til astrologen

         ¶La mort.
Maistre pour vostre regarder
En hault ne pour vostre clergie
Ne pouez la mort retarder
Cy ne vault rien astrologie
Toute la genealogie
Dadam qui fu le premier homme
Mort prent se dist theologie
Tout fault pourrir pour vne pomme

Astrologen

         ¶Lastrologien
Pour science ne pour degrez
Ne puis auoir prouision
Car maintenant tous mes regres
Sont mourir a confusion
Pour finable conclusion
Ie ne say rien que plus descripue
Ie pers cy toute auision
Qui vouldra bien mourir bien viue

Døden til borgeren

         ¶La mort.
Bourgois hastes vous sans tarder
Vous nauez auoir ne ricesse
Qui vous puisse de mort garder
Se des biens dont eustes largesse
Auez bien vse cest sagesse
Dautrui vient tout a autrui passe
Fol est qui damasser se blesse
On ne scet pour qui on amasse

Borgeren

         ¶Le bourgois.
Grant mal me fait si tost laissier
Rentes maisons cens nourreture
Mais poures riches abaissier
Tu fais mort telle est ta nature
Sage nest pas la creature
Damer trop les biens qui demeurent
Au monde et sont siens de droitture
Ceulx qui plus ont plus enuis meurent

Døden til kannikken

         ¶La mort.
Sire chanone prebendes
Plus nares distribucion
Ne gros ne vous y attendes
Prenes cy consolacion
Pour toute retribucion
Mourir vous conuient sans demeure
Ia ny aurez dilacion
La mort vient quon ne garde leure

Kannikken

         ¶Le chanone.
Cecy gueres ne me conforte
Prebendes fus en mainte eglise
Or est la mort plus que moy forte
Qui tout emmaine cest sa guise
Blanc surplis et amuce grise
Me fault laissier et a mort rendre
Que vault glore sy tost bas mise
A bien mourir doit chascun tendre

Døden til købmanden

         ¶La mort.
Marchant regardes par deca
Pluiseurs pays aues cerchie
A pie a cheual de pieca
Vous nen seres plus empechie
Voy cy vostre derrain marchie
Il conuient que par cy passez
De tout soing seres despechie
Tel couuoite qui a assez

Købmanden

         ¶Le marchant.
Iay este amont et a val
Pour marchander ou ie pouoie
Par long tamps a pie a cheual
Mais maintenant pers toute ioye
De tout mon pouoir aqueroie
Or ay ie asses mort me constraint
Bon fait aler moienne voye
Qui trop embrasse pou estraint

Døden til karteuser

         ¶La mort.
Ales marchant sans plus rester
Ne faittes ia cy resistence
Vous ny pouez riens conquester
Vous aussi homme dabstinence
Chartreux prenez en pascience
De plus viure nayes memoire
Faictes vous valoir a la dance
Sur tout homme mort a victoire

Karteuseren

         ¶Le chartreux.
Ie suis au monde piesa mort
Par quoy de viure ay moins enuie
Ia soit ce que tout homme craint mort
Puis que la char est assouuie
Plaise a dieu que lame rauie
Soit es chieulx apres mon trespas
Cest tout neant de ceste vie
Tel est huy qui demain nest pas

Døden til sergenten

         ¶La mort.
Sergant qui portes celle mace
Il samble que vous rebellez
Pour neant faictes la grimace
Se on vous griesue si appellez
Vous estes de mort appelles
Qui lui rebelle il se dechoit
Les plus fors sont tost rauallez
Il nest fort quausi fort ne soit

Sergenten

         ¶Le sergent.
Moy qui suis royal officier
Comment mose la mort fraper
Ie faisoie mon office hier
Et elle me vient huy happer
Ie ne say quel part eschapper
Ie suis pris decha et dela
Malgre moy me laisse atraper
Enuis meurt qui apris ne la

Døden til munken

         ¶La mort.
Ha maistre par la passeres
Nayes ia soing de vous deffendre
Plus homme nespoenteres
Apres moisne sans plus atendre
Ou pensez vous cy fault entendre
Tantost aures la bouche close
Homme nest fors que vers et cendre
Vie domme est moult peu de chose

Munken

         ¶Le moisne
Iamaisse mieulx encor estre
En cloistre et faire mon seruice
Cest vng lieu deuot et bel estre
Or ay ie comme fol et nice
Ou temps passe commis maint vice
De quoy nay pas fait penitance
Souffisant dieu me soit propice
Chascun nest pas ioyeux qui dance

Døden til ågerkarlen

         ¶La mort.
Vsurier de sens desrugle
Venez tost et me regardes
Dusure estes tant avvgle
Que dargent gagnier tout ardez
Mais vous en serres bien lardez
Car se dieu qui est meruilleux
Na pitie de vous tout perdez
A tout perdre est cop perilleux

Ågerkarlen

         ¶Lusurier.
Me conuient il si tost mourir
Ce mest grant paine et greuance
Et ne me pourroit secourir
Mon or mon argent ma cheuance
Ie vois mourir la mort mauance
Mais il men desplest somme toute
Quest ce de malle acoustumance
Tel a beaulx yeux qui ne voit goutte

Den fattige mand

         ¶Le bon homme qui emprunte a vsure.
Vsure est tant mouais pechie
Comme chascun dit et raconte
Et cest homme qui approuchie
Se sent de la mort nen tient conte
Meismes largent quen ma main conte
Encor a vsure me preste
Il deura de retour au conte
Nest pas quitte qui doit de reste

Døden til lægen

         ¶La mort.
Medecin a tout vostre orine
Veez vous icy quamender
Iadis sceutes de medecine
Assez pour pouoir commander
Or vous vient la mort demander
Comme autres vous conuient mourir
Vous ny pouez contremander
Bon mire est qui se scet guerir

Lægen

         ¶Le medecin.
Long tamps a quen lart de phisique
Iay mis toute mon estudie
Iauoie science et prathique
Pour guerir mainte maladie
Ie ne say que ie contredie
Plus ny vault herbe ne racine
Naultre remede quoy quon die
Contre la mort na medecine

Døden til frieren

         ¶La mort.
Gentil amoureux ieune et frisque
Qui vous cuidies de grant valeur
Vous estes pris la mort vous picque
Le monde laires a douleur
Trop lauez ame cest foleur
Et a mourir peu regarde
Ia tost vous changerez couleur
Beaulte nest que ymaige farde

Frieren

         ¶Lamoureux.
Helas or ny a il secours
Contre la mort a dieu amourettes
Moult tost va ieunesse a decours
A dieu chappeaux bouquetz flourettes
A dieu amans et pucelettes
Souuiegne vous de moy souuent
Et vous mires se sages estes
Petite pluie abat grant vent

Døden til advokaten

         ¶La mort.
Aduocat sans long proces faire
Venes vostre cause plaidier
Bien auez sceu les gens attraire
De pieca non pas duy ne de hier
[Conseil si ne vous peut aidier]
Au grant iuge vous fault venir
Sauoir le deues sans cuidier
Bon fait iustice preuenir

Advokaten

         ¶Laduocat.
Cest bien droit que raison se face
Ne ie ny say mettre deffence
Contre mort na respit ne grace
Nul napelle de sa sentence
Iay eu de lautrui quant gy pense
De quoy ie doubte estre repris
A craindre est le iour de vengance
Dieu rendra tout a iuste pris

Døden til troubadouren

         ¶La mort.
Menestrel qui dances et nottes
Saues et aues beau maintieng
Pour faire esiouir sos et sottes
Quen dictes vous alons nous bien
Monstrer vous fault puis que vous tieng
Aux autres cy vng tour de dance
Le contredire ny vault rien
Maistre doit monstrer sa science

Troubadouren

         ¶Le menestrel.
De dancer ainsi neusse cure
Certes tres enuis ie men merle
Car de mort nest paine plus dure
Iay mis soubz le bancq ma vielle
Plus ne corneray sauterelle
Nautre dance mort me retient
Il me fault obeyr a elle
Tel dance a qui au cuer nen tient

Døden til sognepræsten

         ¶La mort.
Passes cure sans plus songier
Ie sens questes habandonne
Le vif le mort soullies mengier
Mais vous seres aux vers donnez
Vous fustes iadis ordonnez
Mirouor dautruy et exemplaire
De vos fais seres guerdonnez
A toute paine est deu salaire

Sognepræsten

         ¶Le cure.
Veulle ou non il fault que me rende
Il nest homme que mort nasaille
He de mes parroissiens offrande
Naray iamais ne funeraille
Deuant le iuge ie fault que iaille
Rendre conte las doloureux
Or ay ie grant peur que ne faille
Qui dieu quitte bien est eureux

Døden til bonden

         ¶La mort.
Laboureur qui en soing et paine
Auez vescu tout vostre tamps
Mourir fault cest chose certaine
Reculer ny vault ne contens
De mort deuez estre contens
Car de grant soussy vous deliure
Approchies vous ie vous atens
Fol est qui cuide tousiours viure

Bonden / arbejderen

         ¶Le laboureur.
La mort ay souhaittie souuent
Mais voulentiers ie la fouisse
Iamaisse mieulx fist pluie ou vent
Estre aux vingnes ou ie fouisse
Encor plus grant pleisir y prisse
Car ie pers de paour tout propos
Or nest il qui de ce pas ysse
Au monde na point de repos

Døden til franciskaneren

         ¶La mort.
Faictes voye vous auez tort
Laboureur apres cordelier
Souuent auez preschie de mort
Si vous deues moins meruillier
Il ne sen fault ia esmay baillier
Il nest si fort que mort narreste
Si fait bon a mourir veillier
A tout heure la mort est preste

Franciskanermunken

         ¶Le cordelier
Quest ce que de viure en ce monde
Nul homme a seurte ny demeure
Toute vanite y habonde
Puis vient la mort qua tous court seurre
Mendicite point ne masseure
Des meffais fault paier lamende
En petite heure dieu labeure
Sage est le pecheur qui samende

Døden til barnet

         ¶La mort.
Petit enffant nagueres ne
Au monde auras peu de plaisance
A la dance seras mene
Comme autre car mort a puissance
Sur tous du iour de la naissance
Conuient chascun a mort offrir
Fol est qui nen a congnoissance
Qui plus vit plus a asouffrir

Barnet

         ¶Le petit enffant
A a ie ne say parler
Enffant suy iay la langue mue
Hier nasqui huy men fault aler
Ie ne fay quentree et yssue
Riens nay meffait mais de peur sue
Prendre en gre me fault cest le mieulx
Lordonnance dieu ne se mue
Aussi tost meurt ieune que vieulx

Døden til degnen

         ¶La mort.
Cuides vous de mort eschapper
Clerc esperdu pour reculer
Il ne sen fault ia defripper
Tel cuide souuent hault aler
Quon voit a coup tost raualler
Prenez engre alons ensamble
Car rien ny vault le rebeller
Dieu pugnist tout quant bon lui samble

Degnen

         ¶Le clerc
Fault il qun ieune clerc seruant
Qui en seruice prent plaisir
Pour cuider venir en auant
Meure sy tost cest desplaisir
Ie sui quitte de plus choisir
Autre estat il fault quainsi dance
La mort ma pris a son loysir
Moult remaint de ce que fol pense

Døden til eremitten

         ¶La mort.
Clerc point ne fault faire refus
De dancer faictes vous valoir
Vous nestes pas seul leues sus
Pour tant moins vous en doit chaloir
Venez apres cest mon vouloir
Homme nourry en hermitage
Ia ne vous en conuient douloir
Vie nest pas seur heritaige

Eremitten

         ¶Lermite.
Pour vie dure ou solitaire
Mort ne donne de viure espace
Chascun le voit si sen fault taire
Or requier dieu qun don me face
Cest que tous mes pechies efface
Bien sui contens de tous ses biens
Desquelz iay vse de sa grace
Qui na soufissance il na riens

Døden

         ¶La mort.
Cest bien dit ainsi doit on dire
Il nest qui soit de mort deliure
Qui mal vit il aura du pire
Si pense chascun de bien viure
Dieu pesera tout a la liure
Bon y fait penser soir et mains
Milleur science na en liure
Il nest qui ait point de demains

Den døde konge

         ¶Le roy mort
Vous qui en ceste pourtraiture
Veez dancer estas diuers
Penses quest humaine nature
Ce nest fors que viande a vers
Ie le monstre qui gis en vers
Si ay ie este roy couronnez
Telz seres vous bons et peruers
Tous estas sont aux vers donnes

Autoriteten

         ¶Lacteur
Rien nest domme qui bien y pense
Cest tout vent chose transitoire
Chascun le voit par ceste dance
Pour ce vous qui veez listoire
Retenez la bien en memoire
Car homme et femme elle amonneste
Dauoir de paradis la gloire
Eureux est qui es cieulx fait feste

Mais aucuns sont a qui il nen chault
Comme sil ne fust paradis
Nenfer helas auront chault
Les liures que firent iadis
Les sains le monstrent en beaulx dis
Acquitties vous qui cy passes
Et faictes du bien plus nen dis
Bien fait vault moult aux trespassez

         ¶Amen.

Yderligere oplysninger


Op til Ms. Fr. 1186