Marginal tænkning: 13. La Vie de l'Homme

Dette er en sammenligning af forskellige udgaver af La Vie de l'Homme. To af bøgerne har to komplette serier. Venstre kolonne viser tekst og billeder i den rækkefølge, jeg har valgt:

Billede og tekst i min rækkefølge Mermet Méray Upenn Poitiers Rumænien UCM Rennes
CR 49BR 87
#1#2 #1#2
Hardouyn, Adam og Eva
1.

Eve et Adam, puis leur création,
En commettant prévarication,
Trépassèrent la divine ordonnance.
Par le serpent, plein de déception,
Quand à la pomme firent oppression,
Tous les humains mirent sous ma puissance.

m
Hardouyn, Kain og Abel
2.

Leur fils Caïn me fit premier hommage,
En répandant le sang de son lignage,
Quand il occit Abel le bon et juste.
Par envie lui fit ce dur outrage
Et lui brassa ce très cruel breuvage
Dont en enfer est puni, comme juste.

m
Hardouyn, Soldater
3.

Ainsi donc en ma possession mise,
Ai prins depuis, à ma seule devise,
Ceux qu'il m'a plu, pour parfaire ma danse.
Dame nature est toute soumise
A mon bon vueil, à ma propre devise,
Sans excepter ne beauté ne vaillance.

m
Hardouyn, Okse
4.

Dessus ce bœuf, qui s'en va pas à pas,
Assise suis, et ne le hâte pas.
Tout à mon aise je mords et aiguillonne.
Les plus bruyants, sans règle ne compas,
Soient assurés que ne les doute pas.
Fussent-ils ducs ou rois portant couronne.

Hardouyn, Flok
5.

Age souvent qui est vieil et caduque,
Qui a blanchi soit tant noire perruque,
Endort les gens en tandis que je viens.
Ils ne craignent haubert d'acier ne hucque;
Soudain j'approche et sur leurs corps je bucque.
Tout à un coup les renverse en fiens.

m
Hardouyn, Soldater
6.

Dieu plusieurs fois, en vengeance cruelle,
Donne aux pécheurs dissention mortelle,
Pour leurs méfaits, laquelle on nomme guerre;
Et celle-ci tant de vivants martelle,
Que mon fier dard, fut plus clair qu'étincelle,
En est tout rouge; plus ne s'en faut enquerre.

m m
Hardouyn, Le
7.

Par famine, fait les autres détruire
Dieu tout puissant, tant que nombrer ou dire
Impossible. En brief, je fais tout mourir;
Nul n'est qui peut de mon dard contredire,
Ne résister à si cruel martyre,
Pour languissant, en ce cas, contredire.

Hardouyn, Seng
8.

Mortalité, ma bonne chambrière,
Qui maints milliers en fait coucher en bière,
Souvent en terre, par lui seul est transmise.
Je la tiens chère; c'est ma propre bannière;
Mon vrai guidon pour tenir la frontière.
Nature humaine est à elle soumise.

Hardouyn, Tre venner
9.

Par le moyen de ces trois dures verges,
De mon royaume et châtelaines et concierges,
Plus cruelle que bête léonine,
J'engloutis hommes laids, lettrés, vierges;
Et en leurs mains fais tenir plusieurs cierges,
Par guerre et mortalité, famine.

#14
Hardouyn, Seng
9½.

Ie ay maladie ma loyalle seruante
Qui de tuer pas tousiours ne se vante
Car a plusieurs elle donne respit
Celluy pourtant ia trop tot ne se vante
Car tout souldain sans faire longue attente
Ie les tresperce par vng coup trop subit.

m m m m #10½ m m m
Hardouyn, Tårn
10.

J'ai d'autre part, qui jamais ne sommeille,
Accident qui les humains travaille
En plusieurs sortes et diverses façons:
Par feu, par eau, par chute, c'est merveille;
Puis par poison, soit blanche, soit vermeille,
Dont accident en est vrai échanson.

Hardouyn, Kniv
11.

Puis ces brigands larrons, meurtriers, iniques,
Amis de mort et serfs diaboliques:
Car, par leurs mains, plusieurs me sont rendus.
Leur fait approuve et tiens pour authentique;
Mais nonobstant, je consens, par pratique,
Que les larrons soient au gibet pendus.

Hardouyn, Galge
12.

Car justice, qui souvent m'anticipe,
Larrons départ, l'un et l'autre dissipe,
Pour les faire venir en mes mains rendre.
L'un, par la corde, le bourreau émancipe;
L'autre est noyé, par ainsi je l'agrippe;
Car, à la fin, faut que compte on me rende.

Hardouyn, Kardinal
13.

Et mes exploits nullement ne restreins
Pour vaillance, noblesse, hauts trains,
Haute savoir, force, sens ou valeur;
Autant le roi que l'empereur j'atteins;
Car, pour certain, nul homme je ne crains,
Quand de mon dard je frappe par fureur.

Hardouyn, Troubadour
14.

Les fortunés et les mondains heureux,
Fais maintes fois dolents, craintifs, peureux,
Quand de mon dard si cruel les surmonte.
Pas en oubli ne mets ces amoureux:
Mais en ma danse, je les fais passer eux,
Car je ne tiens ne d'amours ne d'eux compte.

#9
Hardouyn, Konge
15.

Je fais tarir à coup beauté mondaine:
Je fais tarir de force la fontaine;
Je fais pourrir les gens ainsi que fiens.
Fraîche couleur je réduis lâche et vaine,
Le sang muer et étreindre la veine.
Bref, je consomme tous plaisirs terriens.

Hardouyn, Kvinde
16.

Ces corps bien faits, ces féminins visages,
Peints et fardés, reluisants comme images,
Fais rédiger en matière pourrie.
Par un seul coup, très cruel et vorage,
Aux vers de terre donne leur pâturage
La blanche chair si tendrement nourrie.

Hardouyn, Bord
17.

Devant aussi mes douloureux assauts
Fais oublier aux nobles et vassaux
Biens et honneurs, terrienne bombance:
Pareillement, par mes cruels travaux,
Fais bien commettre de si énormes maux
Que Dieu souvent est mis en oubliance.

Hardouyn, Eremit
18.

Je fais aux bons leurs chemins et passages;
Aux mauvais montre qu'ils n'ont pas été sages,
Et l'homme mène au lieu de sa desserte;
Les bons conduis à leurs droits héritages;
C'est mon office, car selon leurs triages,
Ils ont par moi ou la gaine ou la perte.

m
Hardouyn, Ågerkarl
19.

Tout homme est né pour mourir une fois;
Mais plusieurs sont qui cuident toutefois
M'échapper et de moi être quittes;
Grands biens acquièrent et force écus de poids,
Font édifice : cela ne vaut tournois,
Car perdurables; n'ont sinon leurs mérites.

#20 #20
Hardouyn, Troubadour
20.

Là, ménestriers, sans vous tenir arrière,
Par vos beaux yeux et attrayant manière,
Autour de vous attrayez toutes gens,
Vous danserez à la danse dernière.
Or, approchez; vous saurez la manière,
Quelle note dansent ceux qui viennent céans.

#19 #19
Hardouyn, Hungersnød
21.

Aucun pays est puni par famine.
Par le peche ou du peuple / ou du prince.
Par ces mors cy ou tousiours ronge & mine.
Plusieurs terres / regions / ou prouince
Et tant en prens tant en rons tant en pince
Quon ne les peult nommer, dire, ou escrire.

m
(gentager
vers 9:
"Par le
moyen
[…]")
m m m m m
Hardouyn, Flok
22. (Dette vers er en gentagelse af #5).
m m m m m
Hardouyn, Kvælning
23.

Devant aussi mes douloureux assauts,
Fais oublier tous les états mondains;
Et partieux heurs maints marris vassaux
Ote l'espoir de Dieu et de ses saints,
Quand je les tiens serrés entre mes mains.
[. . . . . . . . ]

m m m m m m m
Hardouyn, Døden
24. Je suis la Mort que maine tout a fin.
Je n'ay parent frere ne amy ne affin.
Que je ne face tost rediger en pouldre,
Et suis de Dieu a ce commis, a fin.
Que nul ne soit tant soit rusé ou fin.
Que ne me doubte autant que tonnirre fouldre.
m #1 #1 #1
Hardouyn, Dommedag
25. O vous humains qui voyez cette dance,
De bien dancer ayez en souvenance.
Au jugement examinés serez
De vostre juge, qui est cy en présence:
Se bien dansez vous aurez récompense,
Se dansez mal, bien cher l'achèterez.

Vers #5 og #22 er ens. Vers 23 afviger ved kun at have 5 linjer og er i virkeligheden første halvdel af vers 23 af La dance aux Aveugles.

Se hovedsiden for en nærmere beskrivelse af kilderne og links.

Der er store afvigelser i, hvordan billederne er kombinerede med teksterne. Især er det få bøger, der har billede 23.

Gå fremad
 

Nærværende side uddyber rækkefølgen i La Vie de l'Homme.

Næste afsnit handler om Dødens æble.