Marginal tænkning: 13. La Vie de l'Homme

Dette er en sammenligning af forskellige udgaver af La Vie de l'Homme. Venstre kolonne viser tekst og billeder i den rækkefølge, jeg har valgt:

Mary Beth Winn beskriver to andre eksemplarer i "Gathering the Borders in Hardouyn's Hours". Jeg har ikke taget disse to med, fordi Winn ikke lister både tekst og billeder. Blandt detaljer kan nævnes, at det første eksemplar (Lesoufache 392) mangler 4 af træsnittene, og at en del af teksterne er illustreret med andre træsnit (f.eks. er det vers, der begynder »Dieu plusieurs foys«, illustreret med billedet af Kain & Abel).

Billede og tekst i min rækkefølgeMermetMérayUpenn #1Upenn #2PoitiersRumænien
Hardouyn, Adam og Eva
1. Eve et Adam, puis leur créacion,
En commettant prévaricacion,
Trépassèrent la divine ordonnance.
Par le serpent, plain de déception,
Quant à la pomme tirent oppression,
Tous les humains misdrent soubz ma puissance.
Mangler
Hardouyn, Kain og Abel
2. Leur filz Cayn me fist premier hommage,
En réspandant le sang de son lignage,
Quant il occit Abel le bon et juste.
Par envie luy fist ce dur oultraige
Et luy brassa ce très cruel bruvaige
Dont en enfer est pugny, comme injuste.
Mangler Bruger istedet dette billede
Hardouyn, Soldater
3. Ainsi doncques en ma possession mise,
Ay prins depuis, à ma seulle devise,
Ceulx qui ma pleu, pour parfaire ma dance.
Dame nature est toute submise
A mon bon vueil, à ma propre devise,
Sans excepter ne beaulté ne vaillance.
Mangler
Hardouyn, Okse
4. Dessus ce beuf qui s'en va pas-à-pas
Assise suis et ne le haste pas,
Tout à mon aise je mors et aiguillonne
Les plus bruyans, sans reigle ne compas;
Soyent asseurés que ne les doubte pas,
Et fussent ducz ou roys portant couronne.
Hardouyn, Flok
5. Aage souvent qui est viel et caducque,
Qui ablanchitt soit tant noire perruque,
Endort les gens entandis que je viens;
Il ne craignent haubert d'acier ne hucque,
Souldain j'approche, et sur leur corps je buque
Tout à ung coup, et renversés en fiens.
Bruger i stedet dette billede Bruger i stedet dette billede
Hardouyn, Soldater
6. Dieu plusieurs foys, en vengance cruelle,
Donne aux pécheurs dissencion mortelle
Pour leurs mesfais, laquelle on nomme guerre,
Et ceste-cy tant de vivants martelle
Que mon fier dart est plus cler que estincelle
En est tout rouge, plus ne s'en faut enquérre.
Bruger istedet dette billede Mangler
Hardouyn, Le
7. Par famine fais les autres destruire,
Dieu tout-puissant tant que nombrer ou dire
Impossible est. Brief je fais tout mourir.
Nul n'est qui peult à mon dart contredire,
Ne résister à si cruel martyre,
Pour languissans en ce cas contredire.
Hardouyn, Seng
8. Mortalité, ma bonne chambrière,
Qui mains milliers en faict coucher en bière,
Souvent en terre, par luy si est transmise.
Je la tiens chère ; c'est ma propre bannière;
Mon vrai guidon pour tenir la frontière.
Nature humaine est à elle submise.
Hardouyn, Tre venner
9. Par le moyen de ces trois dures verges,
De mon royaulme et châtelainies et concierges,
Plus cruelle que bêste léonine,
Je engloutis hommes laitz, lettrés, vierges;
Et en leurs mains fais tenir plusieurs cierges,
Par guerre et mortalité, famine.
Bruger i stedet Vie, ris Bytter om på 9 og 14
Hardouyn, Seng
9½. Jay maladie ma loyalle servante
Qui de tuer pas tousiours ne se vante
Car a plusieurs elle donne respit.
Celuy pourtant ia trop tot ne se vante.
Car tout souldain sans faire long ne attente.
Je les tresperce par ung cop trop subit.
Mangler Mangler Mangler Mangler Mangler
Hardouyn, Tårn
10. Je d'autre part, qui jamais ne sommeille,
Accident qui les humains traveille
En plusieurs sortes et diverses façon.
Par feu, par eaue, par chùte, c'est merveille!
Puis par poison soit blanche, soit vermeille
Dont accident en est vray eschançon.
Hardouyn, Kniv
11. Puis ces brigands, larrons, meurtriers iniques
Amys de mort et serfz dyaboliques,
Car par leurs mains plusieurs me sont rendus.
Leur fait aprouve et tiens pour autentique;
Mais nonobstant, je consens par pratique
Que les larrons soyent au gibet pendus.
Hardouyn, Galge
12. Car justice, qui souvent m'anticipe,
Larrons départ, l'ung et l'autre dissipe,
Pour les faire venir en mes mains rendre.
L'ung, par la corde, le bourreau émancipe;
L'autre est noyé, par ainsi je l'agrippe;
Car, en la fin, fault que compte on me rende.
Hardouyn, Kardinal
13. Et mes explois nullement ne retrains.
Pour vaillance, noblesse, hault trains,
Beaulte scavoir, force, sens ou valeur.
Autant le roy que l'empereur j'atteins;
Car pour certain: nul homme je ne crains,
Quant de mon dard je frappe par fureur.
Bruger i stedet dette billede Bruger i stedet dette billede
Hardouyn, Troubadour
14. Les fortunéz et les mondains [h]eureux,
Fais maintes fois dolents, craintifs, poureux,
Quant de mon dardt si cruel les surmonte.
Pas en oubli ne mets ces amoureux:
Mais en ma danse, je les fais possesseux,
Car je ne tiens ne d'amours ne d'eux compte.
Bytter om på 9 og 14 Bruger i stedet dette billede Bruger i stedet dette billede
Hardouyn, Konge
15. Je fais tarir à coup beaulté mondaine:
Je fais tarir de force la fontaine;
Je fais pourrir les gens ainsi que fiens.
Freche couleur je réduis lâche et vaine.
Le sang muer et éstreindre la vaine.
Brief, je consomme tous plaisirs terriens.
Bruger i stedet dette billede Bruger i stedet dette billede
Hardouyn, Kvinde
16. Ces corps bien fais, ces féminins visaiges,
Paints et fardéz, reluisans comme images,
Fais rédiger en matière pourrie.
Par ung seul coup, très cruel et vorage,
Aux vers de terre donne leur pâsturaige
La blanche chair si tendrement nourrie.
Hardouyn, Bord
17. Donnant ainsi mes douloureux assaux
Fais oublier aux nobles et vassaulx
Biens et honneurs, terrienne bo[m]bance:
Pareillement, par mes cruels travaulx,
Fais bien commettre de si énormes maulx.
Que dieu souvent est mys en oubliance.
Hardouyn, Eremit
18. Je fais aux bons leurs chemins et passages;
Aux mauvais montre que n'ont pas ésté saiges,
Chacun maine au lieu de sa desserte;
Les bons conduis à leurs droi[t]s héritaiges;
C'est mon office, car selon leur truages,
Il[s] ont par moy ou la gaine ou la perte.
Mangler Bruger i stedet dette billede Bruger i stedet dette billede
Hardouyn, Ågerkarl
19. Tout homme est né pour mourir une fois:
Mais plusieurs sont qui cuident toute foys
M'éschaper et de moi êstre quittes:
Grands biens acquièrent et force éscus de poy[d]s,
Font édifices: cela ny vault tournois,
Car perdurables; n'ont sinon leur mérites.
Bytter om på 19 og 20
Hardouyn, Troubadour
20. Sà menestriers, sans vous tenir arrière,
Par vos beaulx jeulx et attréant manière
Autour de vous attréez toutes gens,
Vous dancerez a la dance dernière!
Or, approchez, vous sçaurez la manière.
Quel note dancent ceulx qui viennent céans!
Bytter om på 19 og 20
Hardouyn, Hungersnød
21. Aucun pays est puni par famine.
Par le peche ou du peuple: ou du prince.
Par ces mors cy ou tousiours ronge et mine.
Plusieurs terres, regions, ou province.
Et tant en prens tant en rons tant en pince.
Qu'on ne les peult nommer, dire, ou escrire.
Mangler
(gentager
vers 9:
"Par le
moyen
[…]")
Mangler Mangler Mangler
Hardouyn, Flok
22. Aage souvent qui est viel et caducque,
Qui ablanchitt soit tant noire perruque,
Endort les gens entandis que je viens;
Il ne craignent haubert d'acier ne hucque,
Souldain j'approche, et sur leur corps je buque
Tout à ung coup, et renversés en fiens.
Mangler Mangler Mangler
Hardouyn, Kvælning
23. Donnant ainsi mes douloureux assaux
Fais oublier aux nobles et vassaulx
Biens et honneurs, terrienne bo[m]bance:
Pareillement, par mes cruels travaulx,
Fais bien commettre de si énormes maulx.
Que dieu souvent est mys en oubliance.
Mangler Mangler Mangler Mangler
Hardouyn, Døden
24. Je suis la Mort que maine tout a fin.
Je n'ay parent frere ne amy ne affin.
Que je ne face tost rediger en pouldre,
Et suis de Dieu a ce commis, a fin.
Que nul ne soit tant soit rusé ou fin.
Que ne me doubte autant que tonnirre fouldre.
Bytter om på 24 og 25 Mangler
Hardouyn, Dommedag
25. O vous humains qui voyez cette dance,
De bien dancer ayez en souvenance.
Au jugement examinés serez
De vostre juge, qui est cy en présence:
Se bien dansez vous aurez récompense,
Se dansez mal, bien cher l'achèterez.
Bytter om på 24 og 25

Bemærk, at vers 5 og 22 er ens, og det samme gælder 17 og 23.


Op til afsnit om tidebøger