Loups ravissans, Dalila & Myrrha

"Disse søde kvinder, så dyrebare"

Så er det omsider kvindernes tur, disse søde kvinder, så dyrebare (»Ces mignotes femmes tant presieuses«) Der er to slags kvinder i dansen. Nogle er der for det forræderi, de har begået (»Les vnes par traisons quelles font«), og de andre for deres brændende ulovlige kærlighed (»Les autres par ardeur damour villains«).

Den første er Dalila, der forrådte sin mand Samson (»sanson«) ved at klippe hans hår.

Åbenbart var det Accident (og ikke Gud), der fik Samson til at vælte søjlerne i Dagons tempet ned over filistrene sammen med de 3.000, der sad på taget (hvilket Dalila åbenbart også gjorde): "Det er sandt, hvad du siger, / Accident […] du fik os ovenpå til at falde og væltede / ved Samson den stærkeste af alle mænd / det omtalte tempel og dræbte os" (»CE est verite de cela que tu dis Accident / […] Tu fis dessus nous cheoir et trebuscher / par sanson le plus puissant de tous hommes / Ledit temple et la nous despescher«).

Den anden kvinde er Myrrha, datter af kongen af Cypern (»Mirra fille du roy de chippre«).

Myrrha blev forelsket i sin egen far, Kinyras (»cinara«). Hun forklædte sig og forførte ham. Efter et stykke tid opdagede han bedrageriet og vil dræbe sin datter, men hun flygtede og blev forvandlet til et myrrhatræ, hvilket ikke forhindrede hende i ni måneder senere at føde Adonis.

Accident

    ¶ Accident

A Ces mignotes femmes tant presieuses
Qui toutes sont fardees comme poupees
et de dol plaines/ deceuant frauduleuses
2470 Je fais flaistrir leur beaulte quant frappees.
Ilz sont de moy qui les rendz tant ridees
Hideuses et pasles & pleines de pueur
Qua tous et toutes qui les voient font fraieur
Et nest si belle que a la mort ne liure
2475 Qui leur fait rendre dangoisse froide sueur
Auant que delles le monde il deliure

    ¶ Et sans auoir regard qui elles sont
Souuenteffois a ma dance les amaine
Les vnes par traisons quelles font
2480 Les autres par ardeur damour villaine
Comme myrra ou la belle helaine
Ou dalida qui le fort sanson dompta
Par ses falaces et les crains luy osta
Dont il perdit sa force totallement
2485 Parquoy depuis la vie luy cousta
A elle mesmes par mon pourchassement

Dalila

    ¶ Dalida

CE est verite de cela que tu dis
Accident/ car apres que a sanson
Le fort duquel les cheueulx ie tondis
2490 ont eut creue les yeulx en ma maison
Vne iournee quau temple de dagon
Estois auec plus de trois mille hommes
Sans les princes desquelz les noms ne nommes
Tu fis dessus nous cheoir et trebuscher
2495 par sanson le plus puissant de tous hommes
Ledit temple et la nous despescher

Forfatter / Autoritet

    ¶ Lacteur.

SI grant bruyt demenoient ces femmes
Que de dalida autre chose ne peuz
Entendre et de si grandes dames
2500 La y auoit que oncques ie nen vy plus
Dont trestous les corps par accident forclus
Auoient este de vie par insidences
Diuerses en ayant folles confidences
Mais dune autre qui se nommoit mirra
2505 Ouy la plainte quel faisoit des meschances
Que accident en fin luy procura

Myrrha

     ¶ Mirra fille du roy de chippre

MIrra ie suis fille du roy de chippre
Nomme cinara qui par ma grant luxure
iadis fis tant quauec mon pere estant yure
2510 Couchay & euz contre la loy de nature
sa compaignie charnelle dont iniure
Apres receuz par accident a bon droit
Car cil ou celle qui fait ce quil ne doibt
Comme on dit en vng prouerbe commun
2515 Il luy aduient ce que pas ne vouldroit
par moy congnoistre si le doit vng chascun

¶ Car apres que mon pere sceut laffaire
De mon peche tresgrant et enorme vice
Et que a moy il auoit eu affaire
2520 Comme a ma mere/ par ce que ma nourrice
Que par grans dons faicte auoie ma complice
lauoit enyure/ tantost me dechassa
De sa terre/ et tant fort me pourchassa
Quil mattaingnit/ puis dune sienne espee
2525 Doultre en oultre le corps me trespersa
Et en ce point fuz daccident happee

    ¶ Et par la plaie quil me fist qui fut grande
Saillit lenfant que de luy conceu auoye
pour mon peche tresvillain telle amende
2530 Me fist paier accident que fuyoie
Car rencontrer me fist emmy la voye
De mon pere. Et pource vous qui viuez
Femmes et filles comme toutes deuez
Soyez chastes et aux desirs charnelz
2535 ainsi que ie fis point ne vous esmouuez
Que ne perdez les haulz biens eternelz

    ¶ La delectacion du peche de la chair
Si est brefue et de courte duree
Mais la pugnition en couste si treschier
2540 Que point ne fault: mais a tousiours duree
Cest feu eternel ou la poure esgaree
Ame sen va quant elle sort hors du corps
Ne querez tant les plaisances a voz corps
Se auoir voulez puissance de resister
2545 aux pensees charnelles et grans effors
Que vous feront les dyab[l]es pour vous tempter.

    ¶ Laissez estatz dont tant curieuses estes
Et voz baratz tout principalement
Par lesquelz tant de choses malles faictes
2550 Que homme nest qui sceust suffisamment
Les racompter. il nest nul parement
Bien le scauez qui vous peust secourir
Contre la mort selle vous vient querir
Pourquoy vous dis que voz ames parer
2555 Vuieillez de vertus et voz corps que pourrir
Conuient a bien mourir les preparer

    ¶ Trauaillez tant voz corps que damour folle
Surprinses ne soyez comme ie ay este
Ne du iangleur nescoutez la parolle
2560 Qui le couraige remplit de laschete
Et se vous voulez viure en chastete
Gardez vous bien que ne soyez oyseuses
Sa voz maris estes vng peu rioteuses
Point ie nen parle cest coustume de femme
2565 Mais accident dicelles ainsi noiseuses
Aucuneffois batre en fait fort et ferme

Forfatter / Autoritet

    ¶ Lacteur

APres ces motz mirra se departit
Et sen alla suiuant les autres femmes
Qui ia oultre cependant quel parlit
2570 Estoient allees en comptant leurs diffames
Que accident leur auoit fait a blasmes
Aux vnes a droit et aux aultres a tort
Mais accident dautres hommes qua la mort
Auoit rendus fit apres elles aller
2575 Dont les aulcuns comptoient par desconfort
Leur fin meschante deuant tous sans railler

    ¶ Mais tous ces hommes dont mencion vous fais
En leur viuant auoient eu grandes offices
Et de iustice la charge et le faix
2580 Mais pour le dol frauldes et mallefices
Quen excersant leurs dessusdictes offices
Il auoient fait tant procureurs comme iuges
Accident sans quilz peussent auoir refuges
en nulle court les auoit de villaine
2585 Mort fait mourir feussent de romme ou bruges
Et telz motz dist diceulx a voix haultaine