Loups ravissans, Zimri

Accident svinger sin svøbe

Vi kender jødernes konge (»zambrias roy de iuifz«) fra 1 Kongebog kapitel 16 i Bibelen, hvor han hedder Zimri og er konge over Det nordlige Rige (Samaria). Han var tjener for »Le roy helon«, Kong Ela, men overtog tronen ved at slå sin herre ihjel.

Han sad kun på tronen syv dage, før »Vng iuif nomme amarin«, en jøde ved navn Amarin (i Bibelen hedder han Omri) hævnede mordet på kong Ela og belejrede byen. Derefter gik Zimra ind i paladset, brændte paladset ned over sig og døde. Som han siger: »Je assemblay vng grant monceau de bois« ("jeg samlede en stor bunke brænde") »Auquel apres ce quil fust enflambe / Je me iectay dedans si perturbe« ("Hvilket, efter at det var antændt / Jeg kastede mig så forstyrret ind i"). Hans konklusion er, at »Temporelz biens me mirent en tel esmoy« ("verdslige goder satte mig i en sådan ophidselse").

Accident

     ¶ Accident

AUx possesseurs de mondaines richesses
Ne souuient point de moy que a la foys
1570 Et point ne pensent comment ie ioue finesses
a toutes gens soient princes ou roys
Tout vng leur est sen vont chasser au boys
Autres samusent a compter leurs ducatz
Et ne leur chault: mais quilz facent leur cas
1575 Puis sur iceulx sendorment en tel maniere
Que ie les assaulx quant ilz ny pensent pas
En leur ostant leurs biens de ma chassouere

    ¶ Pour la perte desquelz biens ie les liure
Par le courroux quilz en prennent a la mort
1580 Et la memoire sicomme homme yure
Aucuns en perdent si que par desconfort
Eulx mesmes pource quilz ayment trop fort
Iceulx biens se pendent ou se noyent
Quant en ce point desnuez ilz sen voyent
1585 Cest le guerdon quilz ont de tant aymer
Biens mondains qui tout droit les conuient
Au feu denfer ou est torment amer

    ¶ Par tel moyen foys a plusieurs assault
Souuenteffois quilz ne sen doubtent point
1590 En les fouetant ainsi comme en sursault
Ne me chault se ilz sont laitz ou coint
Puis apres quant se treuuent en tel point
Fors qua leur mal ilz ne peuent penser
Et oultre plus ne scauent eulx confesser
1595 Ne de leurs faultes crier a dieu mercy
Mais regret ont a leurs biens que laisser
Il leur conuient en ce monde icy.

    ¶ A zambrias que meine a ceste dance
Qui roy des iuifz fut durant son viuant
1600 Pouez ouyr dire comme par desesperance
Pour ses richesses sala occiant
Et se brusla tout a son essient
Pourtant que vng coup de mon fouet
Je luy donnay non mye souef
1605 Quant estre il cuyda plus asseur
Et si luy brassay vng tel brouet
Que de riens ne ne fut possesseur.

Zimri

    ¶ zambrias roy des iuifz

¶ zambrias suis qui des israelites
Sur dix lignes ie fuz roy en mon temps
1610 Et qui iadis posseday des mauldictes
Richesses tant que riens nallay doubtans
En esperance que par elles long temps
Viu[e]rois sans nulle aduersite
Mais accident par controuersite
1615 Si me les osta dont ie perdis le sens
Quant dessaisy me viz dauctorite
Pour riche estre on fait des maulx cinq cens

    ¶ Car apres que occis et tue ieuz
Le roy helon et vaincu sa bataille
1620 Tout le plus tost que faire ie le peus
Son royaulme et palais prins sans faille
sans plus doubter nulluy pas dune maille
Mais en ce palais si me vint assier
Vng iuif nomme amarin pour venger
1625 La mort du roy helon que auoie occis
Ou tous mes gens pour le compte abreger
Mabandonnerent dont fuz tristes & pensifz

¶ Et par ainsi tous les biens terriens
Que possedois ie perdis a celle heure
1630 Et au deuant aduis mestoit que riens
Ne meust peu faire aucune greueure
Lors quant ie vis que accident courir seure
Me vint ainsi questoie habandonne
Sans que de aucun me feust secours donne
1635 Et que perdois mon royaulme & cheuance
A desesperance fuz tellement adonne
Que pource mourir me feiz a doleance

    ¶ Car au millieu de mon palais royal
Je assemblay vng grant monceau de bois
1640 Et par despoir pource que nul loyal
De tous mes hommes vng tout seul ne trouuois
Le feu tantost ie mis dedans celluy boys
Auquel apres ce quil fust enflambe
Je me iectay dedans si perturbe
1645 Que nauois sens ne raison nulle en moy
Et par ainsi fus ars & sucumbe
Temporelz biens me mirent en tel esmoy

    ¶ Pour quoy riches qui tellement aymez
Vaines richesses que dieu en oubliance
1650 Vous en mettez et quant le reclamez
Pour ceste cause ne vous fait nulle aidance
Que vng iour viendrez dancer a ceste dance
Et si des biens temporelz que auez
Compte en rendrez tout ce scauoir deuez
1655 Comment acquis les auez loyaulment
Mauuais rentiers qui de rentes viuez
Compte en rendrez au iour du iugement

    ¶ Point nenquerez dont procedent ces rentes
Tout vng vous est voz peres si lont acquis
1660 par tricheries ou voyes fraudulentes
Riches en estes vestus comme marquis
pensez comment quant dieu de vous requis
Est que il pense/ et comment il escoute
Vostre requeste responce somme toute
1665 Le filz aura ainsi comme le pere
sera enfer/ dieu le riche deboute
sil ne sequeurt a lindigent son frere

    ¶ Toy riche homs qui de lautruy as tant
Rendz le tandis que tu es en sante
1670 Ce temps pendant que te vas esbatant
perdant ton temps en toute oysiuete
Accident vient qui par subtillite
Tempoigne et prent dont en tel effroy entre
Que souuenance tu nayes de lautruy rendre
1675 Et meurs ainsi sans faire satiffacion
Car tu ny peux pour le mal que as entendre
Telz biens si sont cause de ta damnacion

    ¶ Chose commune si est que bien scauez
Rendre ou pendre ou en enfer descendre
1680 parquoy entre vous qui de lautruy auez
se me croyez deuant quil vous faille rendre
Compte au iuge ou ny a que reprendre
Vous le rendrez. Et vous qui cabassez
Executeurs les biens des trespassez
1685 Tuteurs denfans aussi tout pareillement
Auisez bien se vous acomplissez
A heure deue diceulx le testament

    ¶ Riches vous estes/ mais sans scauoir a dire
Dont la richesse vous vient ne de quel acquest
1690 sinon que cest par marchandise conduyre
Ou que de loffice quauez cest le conquest
point ne pensez se par fraulde ou dol ce est
plus en auez moins de restitucion
Taschez a faire tel vsurpacion
1695 Des biens daultruy vous paissant de telz mes
Quilz vous procurent vostre damnacion
Rendre laultruy mieulx vault tard que iamais

    ¶ Et pource donc en vous admonnestant
La mort de moy vous ay voulu compter
1700 Affin que point ne vous abusez tant
Des biens mondains qui font lhomme assoter
que ne puissez en pacience porter
La perte diceulx saccident vous les oste
pensant quant vinstes au monde nulle cotte
1705 Tant seulement pour vestir vostre corps
Vous naportates/ chascun bien cela note
Riens emporte nont ceulx la qui sont mors

Forfatter / Autoritet

    ¶ Lacteur.

QUant celluy eut a son propos mys fin
Deuant moy remist accidant autre bende
1710 Lesquelz par luy auoient tous prins fin
quelque honneur quilz eussent eu ou prebende
sestoient courcez nul ne le me demande
Car ie vous dy que si grans plains faisoient
que les murs tous si en retentissoient
1715 Ce me sembloit point il ny a dabus
Deux y congneu qui moult se desoloient
Dont le premier estoit neptanebus

    ¶ Lequel neptanebus auoit par alexandre
Este gecte du hault dune grant tour
1720 Lautre estoit de ce bien me remembre
Marcus maulius qui deffendit la tour
Du cappitolle quant francoys leur atour
Auoient fait cuydant prendre icelle
Mais accident seigneur de la sequelle
1725 Telz parolles disoit comme sensuyt
Parlant contre la fiance rebelle
Des orguuilleux que moult souuent il suyt.