Loups ravissans, Ganelon

Accident rider på en tyr

Den næste historiske / mytologiske person er Gannes / Ganelon, der forrådte de 12 riddere: »Gannes qui trahit les douze pers«.

Wikipedia forklarer kortfattet: "Ganelon er den ridder, der forrådte Karl den Store's hær til saracenerne, hvilket førte til slaget ved Roncesvalles. Hans navn siges at stamme fra det italienske ord inganno, der betyder bedrageri eller bedrag".

Accident

    ¶ Accident

    OBstine pecheur regarde cy comment
1255 Dancer ie foys les traistres a ceste dance
Qui pour eulx fuyr cuident alongement
A leur vie mettre apres la griefue offence
Quont perpetree/ et cuident la vengence
De leur peche pour fouyr euiter
1260 Voicy comment sans nul en respiter
En fin les paie sans en auoir mercy
Et comment quant dessus mon beuf monter
Vueil les ratains sans grant peine ou soucy

    ¶ Car quant ie vueil ie suis tantost a romme
1265 Tantost en mer et puis tantost en terre
si queschapper ne me pourroit nul homme
pour loing courir quant luy vueil faire guerre
Car ienuironne et circuys la terre
De tous costez et mer pareillement
1270 Car le mien beuf qui tout soubdainement
Me va portant ou il me plaist tantost
Me fait rataindre a vng cil et moment
Doeil tous fuyans quant il veult courir tost.

    ¶ Fuyr ne peult humanite mon dart
1275 Bien apperceu la ganelon le traistre
Si ont plusieurs qui soubz mon estandart
Dancant auec moy en cest estre
Car ganelon qui cuidoit estre maistre
De courre a moy apres le sien forfait
1280 si fut par moy prins et arreste de fait
Et puis liure a la mort ma compaigne
Qui comme traistre quil estoit tresinfait
Mourir le fist a douleur sans espargne

Forfatter / Autoritet

    ¶ Lacteur

ADonc apres ce parlement
1285 parla ganelon en ce point
Qui dit la maniere comment
Il mourut sans en point mentir

Ganelon

    ¶ Gannes qui trahit les douze pers.

GEns en qui na foy ne fiance
Comme en moy neut point iadis
1290 Et qui ne faictes conscience
De trahir par fais & par dis
Voz prochains dont estes mauldis
De dieu/ escoutez ma complainte
Qui de nul ne doit estre plainte
1295 Et vous scaurez comment trahyson
Ma fait endurer paine mainte
A bon droit et non sans raison

    ¶ Bien est vray que durant ma vie
Jadis trahis les douze pers de france
1300 si quau plus deulx ie feis perdre la vie
par trahison nonobstant leur vaillance
Et a vingt mille hommes qui congnoissance
Nauoient que les auois trahis
Dont moult se trouuerent esbahys
1305 Quant leurs ennemis sur eulx virent
Desquelz ilz estoient tant hays
Que de leurs glaiues les occirent

    ¶ Car de vray leurs ennemys bien cent mille
Estoient a qui ie les auoye vendus
1310 Et ilz nestoient de francoys que vingt mille
Qui furent la tous occis perdus
Les vngs en eulx enfuyans esperdus
Et les autres au front de la bataille
Qui maintz fiers coups tant destoc que de taille
1315 Sur sarrazins donnerent en cestuy estour
Mais deffense ne leur valut pas maille
Car des vingt mille que vng nen fist retour

    ¶ Et mesmement a rolant le tres vaillant
Sur qui iauoye tousiours eu grant enuie
1320 Et pour luy nuyre tant este trauaillant
En ce lieu la luy fis perdre la vie
Et au bon conte plain de cheualerie
Quon appelloit olliuier dont dommage
Brassay tresgrant & aussy grant oultrage
1325 Pour le royaulme de france a celle foys
Mais apres ce ne leuz pas dauantage
Espargner traistre on ne doit nulle foys

    ¶ Car quant fuz vers charlemaigne accuse
Il ordonna que ie men combatroye
1330 En champ mortel sans point estre excuse
Ou que mourrois lequel que mieulx vouldroie
pour quoy saichant quau dessus ne viendroye
De la bataille tantost me mys en fuyte
Mais accident fit apres moy telle suyte
1335 Quil me liura es mains de mes ennemys
Qui cruellement par sa aspre poursuyte
Me mirent a mort deuant tous mes amys.

    ¶ Quant ie vy que accident tant contraire
Me fut alors ie confessay le cas
1340 Pour quoy de moy on ordonna de faire
Ainsi comme apartenoit au cas
La ne trouuay pour moy nulz aduocas
Qui excusassent mon tort aucunement
Pour quoy tantost lye fuz estroictement
1345 A la queue de qu[a]tre grans cheuaulx
Qui en quartiers me mirent erramment
Par accident receuz ie tous ces maulx

    ¶ Pour quoy pecheurs tous remplis dauarice
Qui fut la cause pour quoy trahyson fis
1350 Ne cuydez point que se tel malefice
Vous perpetrez comme iadis ie fis
Aux pers de france vers qui tant ie meffis
Que vous puissez pour fouyr eschapper
De accident se il vous veult happer
1355 Se le cuydez/ cest tresgrande follie
Car il scait mieulx que nul trompeur tromper
Ne trompez nul quen ses las ne vous lye

Forfatter / Autoritet

    ¶ Lacteur

SOubdain apres la complainte finee
De celluy traistre ganelon reprochable
1360 Dont ie vous ay compte la destinee
De rechief vy vision miserable
Non gueres moins que lautre espouentable
Cestoit de maladie la pasle qui menoit
a ceste dance et malement demenoit
1365 Une grant route de ceulx quau temps passe
En grant langueur fait mourir elle auoit
Et qui auoient entre ses mains passe

    ¶ Et a ceste maladie que dy
Bailloit des gens sans nombre accident
1370 De toutes aages ainsi comme ie vy
Que en ces lictz elle faisoit adent
Gerir tout platz comme il est euident
En vng histoire que cy apres verres,
Ou maintz grans maulx comme dire lorres
1375 Elle faisoit a plusieurs endurer
Et par ses ditz bien entendre pourres
Que lhomme humain tousiours ne peut durer