Loups ravissans / Xerxes

Accident med adelige, gejstlige og arbejdere

I en lang tale adresserer Døden de adelige: »NObles de seigneuriale puissance«, de gejstlie: »Pape / cardinaulx grant regence«, og jævne folk: »Laboureurs / marchans«. De samme tre klasser vises på billedet foroven.

Den første af de historiske personer, der taler, er Xerxes, konge af Persien. Hans synder var stolthed og stor arrogance (»orgueil & grant presumption«).

Døden

    ¶ La mort

505 NObles de seigneuriale puissance
Gens esleuez en dignite
Pape/ cardinaulx grant regence
Ne vous vault ne auctorite
Laboureurs/ marchans la cheuance
510 Quauez dautruy par deceuance
Vous conuient au monde laisser
Car tant vous feray abaisser
Que les vostres prochains amys
Qui vous desirent embrasser
515 Tous vous fuyront comme ennemys

    ¶ Nobles qui si orgueilleux estes
Que nauez pitie de nully
et qui les maletotes faictes
Venir sur les poures au iourduy
520 De vous certes ny a celluy
Qui ne sen repente vne foys
Pourtant sestes empereu[r]s ou rois
Cuidez vous donc a moy resister
a esbat tenez telz desroys
525 Qui vous feront denfer les maulx taster

    ¶ Nobles ne vous abusez plus
pensez que tous vous fault mourir
Et que de vie seres forclus
par moy qui vous feray mourir
530 Fyens et terre deuenir
Comme iay fait le puissant alexandre
De luy pouez exemple a plain prendre
Car plus grant seigneur fut que nestes
Et nonobstant lay ie reduyt en cendre
535 Car homme estoit ainsi comme vous estes

    ¶ Au iourduy les menuz mangez
Par pilleries et subsides
El les taillez et les rongez
Par tromperies eslucides
540 Et par empruntz et par aides
Disant quen est necessite
pour le bien et vtillite
Deulx & de la chose publicque
Qui nest ne droit ne equite
545 Quant vous vsez de tel pratique

    ¶ Le noble sainct louys de france
Fut vng noble de bonne touche
Qui onc a nul ne fit greuance
Dont on luy peust faire reprouche
550 Parquoy renom a qui en couche
Si ne pourroit estre estaint
Par moy la mort et clame saint
Si est pour ses bonnes vertus
Et que son peuple si bien tint
555 Sans le destruire par tribus

    ¶ Et tout ce ie vous puis prouuer
Du bon sainct louys quant fut pris
Des sarrazins oultre la mer
Qui le mirent a rancon et pris
560 pour quoy son mareschal sans ris
Luy dist Il vous conuiendra sire
Tailler vostre peuple/ car suffire
Tout vostre tresor si ne pourroit
Pour payer vostre rancon: dire
565 Conseil meilleur on ne vous pourroit

    ¶ Auquel mareschal tost respondit
Le roy sainct louys promptement
que mourir mieulx vouldroit quau dit
De luy il fist aucunement
570 Car plus cher aymeroit torment
Souffrir que son peuple tailler
La mort ie suis qui sans railler
Vous alegue de luy la parolle
Et la response que bailler
575 Voulut a son mareschal non folle

    ¶ Noblesse affin que le saichez
Est a dire non blessant nul
Et le contraire faire taschez
Se semble/ parquoy dis que nul
580 De noblesse ne doit titul
Auoir qui aultruy va greuant
Quant il en est apparceuant
Mais celluy qui vertu possede
Et ne va aucun deceuant
585 Deuant tous ce tiltre succede

    ¶ Entre vous nobles somme toute
et gentilz hommes pareillement
Faictes des maulx si grans sans doubte
Que lair en put certainement
590 parquoy pungnis villainement
Souuent estes en ce monde icy
Par accident qui na de vous mercy
Ou de lune de mes trois chamberieres
Qui sont guerre famine Et aussi
595 Mortalite qui sont cruelles et fieres

    ¶ Maintenant les prelatz deglise
Se meslent des guerres siuiles
Et se gouuernent a la guise
De gens de court par toutes villes
600 Et despendent en choses viles
Les biens de leglise et rentes
Les faultes en eulx sont apparentes
Mieulx qui[l]z ne furent oncques mais
Reformacions bien decentes
605 Seroient en eulx mieulx que iamais

    ¶ A present on vent benefices
A purs deniers qui est contre droicture
a present sont asnes et nouices
Prelatz qui est grant forfaiture
610 Et clercs plains de litterature
Sont du tout regectez arriere
A present certes ne chault guere
aux prelatz que facent leurs subgetz
Mais quilz chassent en bois ou en riuiere
615 Ou soient auec dames aux bancquetz

    ¶ Maintenant entre les gens deglise
Et gens de secularite
Ne voy difference estre mise
Puis quil fault dire verite
620 Veoir on peult yuer et este
Cures prestres et aussi chanoynes
Auoir enfans de femmes concubines
Quilz tiennent a pain et a pot
Pareillement font plusieurs moynes
625 Et abbez dont ie ne dis mot

    ¶ Et aussi laboureurs & marchans
Gens de mestier/ procuruers aduocatz
Qui a present estes trestous tachans
A amasser escus/ nobles et ducatz
630 Par tricheries/ larrecins et cabacz
Que faictes auiourduy au monde
Dieu ie vous iure que ne despendrez pas
Tant de deniers ou vostre cueur se fonde

    ¶ Car moy la mort vous osteray la vie
635 Bien brefuement pour voz iniquitez
Et tant que lame vous soit du corps rauie
Par accident aurez auersitez
Puis guerres puis mortalitez
Puis famines & dissencions
640 Sans les autres persecutions
Que aurez en pertes de biens
Puis pour toutes resolutions
Apres serez terre et fiens

    ¶ Sur vous mortelz de tous ses trois estatz
645 Doresnauant ie feray dominer
Mes trois seruantes qui de vous leurs degastz
Feront de brief & voz vies finer
Lors ny vauldra prier ne encliner
Requerir dieu sa mere ne ses sains
650 Mourir vous fault ou malades ou sains
Eschapper nul de vous ne me pourroit
Tant soit il caulx malicieux et fins
Nul contre moy secours ne vous donroit

    ¶ A ceste dance pouez veoir de mes oeuures
655 Et comme assaulx les grans et les petis
Que pour tous metz de la terre ie coeuures
Assouuissant a tous leurs apetis
Tant soient fiers/ orgueilleux ou hastifz
Nesleuez hault bien leurs caquetz rabaisse
660 Pour leurs pouoirs a prendre ne les laisse
Voycy xerses a qui bien lay monstre
Que dancant meine sans licol & sans lesse
Et cy recorde comment ie lay oultre

Xerxes, konge af Persien

    ¶ Xerses roy de perse

XErses ie suis iadis de perse roy
665 Qui par orgueil & grant presumption
Voulus tenir si tressuperbe arroy
Au temps passe que a destruction
Venu ien suis & a perdicion
Car comme seigneur de nature
670 Cuyday faire de roche dure
Et de haulx mons tout plain chemin
Et des valees contre droicture
Qui naffiert a pouoir humain

    ¶ Et qui plus est sur cours deaulx perilleux
675 Et sur abysmes non ayans fons ne riue
Et sur la mer en maintz pas dangereux
Je cuyday faire sans aulcune estriue
Seure nauigacion/ mais la hastiue
Fureur daccident sur moy vint
680 Si vous diray comment saduint
Affin quentre vous orgueilleux
Saichez que iamais nul ne tint
Orgueil sans peril merueilleux

    ¶ Verite est que moy estant sur terre
685 De gens darmes si grant amatz ie feiz
Pour aux gregois faire mortelle guerre
Et les destruire & rendre desconfiz
Que assembler de mon royaulme fiz
sept cens mille hommes pour grece inuader
690 Et trois cens mille estranges sans tarder
Que tous fis mettre en plus de mil nauires
Si quon neust sceu nul fleuue regarder
qui plain nen fust garnis de traitz & vires

    ¶ Et quant en la mer me fus mis
695 Acompaigne de tant de gens
Accident a mes ennemys
Fut fauorable/ car grans vens
Fist sur mer leuer & tormens
Fouldres orages & tempestes
700 Qui renuerserent tous les festes
De mes nauires en la mer
Fors que celle pour toutes restes
Ou iestoies dont ieuz deuil amer

    ¶ Et quant ie viz que tous noiez
705 Estoient mes gens en ceste guise
Quen ce lieu auois conuoiez
Ne sceuz adoncques quel deuise
Prendre/ mais pour estre en franchise
En mon royaulme men retournay
710 Ou accident de rechef trouuay
Lequel si me recourut sus
Et a tel heure y arriuay
Que de luy garder ne me sceuz

    ¶ Car par les miens propres gens darmes
715 Il me fit si fort mespriser
Que occis fuz par les guisarmes
Darthabanus que tant priser
Je faisoie sans nul despriser
Que le mien grant preuost fait lauoie
720 Pour la cause que tant laimoye
Mais comme traistre vilain & desloyal
Non congnoissant lhonneur que ie luy faisoye
Me occist cuydant vsurper nom royal

   ¶ Et par ainsi fut du tout abatu
725 Le grant orgueil de moy par accident
Toy orgueilleux qui point nen es batu
Humilie toy quil nait sur toy la dent
Car ton peche luy est trop euident
Lequel souuenteffois venir
730 Le fait sur toy & soubstenir
Ne le peulx mais bas il te rue
Tant que bien souuent abstenir
Te conuient daller en la rue

    ¶ Car maladie il tenuoie
735 Ou quelque aultre aduersite
Te faisant ton or & monnoye
Despendre tant quen mendicite
Viure te fault et necessite
souffrir. Ou aultrement te fait
740 Deuenir ladre et infait
Dont apres tu es hors du monde
Gecte qui est pour le forfait
De lorgueil qui en toy habonde

    ¶ Quiconques orgueilleux sera
745 Pugny en sera quoy quil tarde
Ou lescripture mentira
Pource chascun sen donne garde
Et a son cas si bien regarde
Que orgueil en luy ne soit trouue
750 Mais au contraire humble prouue
soit tousiours et il fera que saige
Car lorgueilleux sera reprouue
Pource le dy quen ay receu dommage.

Forfatter / Autoritet

    ¶ Lacteur.

TOutes ces choses dist la mort
755 Que ie vous ay cy recitees
Les trois estatz menassant fort
sans dautres que nay racomptees
Qui doiuent bien estre doubtees
De tous les orgueilleux mondains
760 Quel menassoit par cas soudains
Faire trebuscher en arriere
Et pourrir en champs & iardins
sans auoir autre cymetiere

    ¶ Ceste mort suyuoient gens deglise
765 Et gens de labour par grans bendes
ayans trestous la face bise
Et remplis damertumes grandes
plus ne pensoient aux offrandes
Quilz souloient de leglise auoir
770 Mais tous pensoient a eulx douloir
Et disoit chascun deulx comment
par leur orgueil & nonchaloir
Mors estoient inhumainement

    ¶ Mais trois personnages arriuerent
775 si treshaues et si treshideux
Qui mon entendement troublerent
Tant que nouys les dictons deulx
Mais de ces trois en auoit deux
qui estoient tant maigres & tant pasles
780 Quon ne decolla oncques es hasles
Hommes qui eussent tel couleur
Et tant vilz estoient et tant sales
Quilz rengregerent ma douleur

    ¶ Lung de ses trois estoit arme
785 Tenant vng dart a fer trenchant
Et estoit ce me semble nomme
Guerre qui maint a fait meschant
Et a destruict maint bon marchant
Et puis a lung des costez delle
790 Vng aultre estoit qui moult rebelle
Me sembla quon nommoit famine
Tenant des verges/ dont la cautelle
Estoit plus clere questamine.

¶ Et a lautre coste opposite
795 Delle auoit autre personnaige
Cestoit mortalite la despite
Qui fait souuent aux humains pressage
Leur tollant la vie auant aage
Ceste femme de mal affaire
800 Estoit vestue dung suaire
Tenant vng hoyau en sa main
Et accident au noir viaire
Si la tenoit par lautre main

    ¶ Et ces trois personnages cy
805 Par les bras si sentretenoient
Monstrant bien que gens sans mercy
Estoient veu ce quilz diseient
Car lung a lautre racomptoient
Les grans oultrages que iadis
810 auoient fait a grans et petis
par le moyen du cruel accident
Et disoit lung de ces mauldis
Personnages ces motz a dire ardent