Loups ravissans, Teksten

Accident
Tårn

Dette er teksten fra den anden del af Loups ravissans, den del der handler om Accident, sommetider kaldet »Vision de la Mort«.

Jeg har rettet nogle få åbenbare fejl: "cadrin aulx" ⇒ "cardinaulx" (36), "trasnsgresse" ⇒ "transgresse" (215), "nemmoit" ⇒ "nommoit" (310), "greuanee" ⇒ "greuance" (547) "huultement" ⇒ "haultement" (952) "commment" ⇒ "comment" (1259), "nesgargnay" ⇒ "nespargnay" (1397), "sombloit" ⇒ "sembloit" (1715), "acccident" ⇒ "accident" (1727, 2313), "pous vous" ⇒ "pour vous" (2005) "Quacccident" ⇒ "Quaccident" (2426) "Eestoit" ⇒ "Estoit" (1241), "Aauoient" ⇒ "Auoient" (1723), "lrttre" ⇒ "lettre" (2042), "qeulque" ⇒ "quelque" (2728), "Aa" ⇒ "A" (2790), "preignr" ⇒ "preigne" (2814), "vfiz" ⇒ "vifz" (2986) og "hye" ⇒ "vye" (3161).

Mulige fejl, jeg ikke har rettet, er dobbelt "ne ne" (1025, 1607, 2426, 2909), "les les" (2420) og "son son" (2688). Som altid er omvendte U'er og N'er vendt diskret. Dette gælder dog ikke for romeren Manlius, der konsekvent staves »maulius«.

Teksten er sammenlignet med Vérards udgave fra ca. 1505, som er transskriberet af Mary Beth Winn. Det gælder især linje 908, der mangler i Le Noir's udgave og derfor er taget fra Winn's transskription.

Indledning

   ¶ Comment la mort de son pouoir se vante
En racomptant le mal quaux humains fait
Et comme iceulx pour leurs pechez tourmente
Par le vueil dieu vers qui ilz ont forfait.

Døden

    ¶ La mort.

5 JE suis la mort grande debellaresse
de dieu permise menant guerre aux humains
Je suis la mort sur toutes vainqueresse
tant sur les homes que sur monstres humains
Je suis la mort qui na parens naffins
10 Je suis la mort qui a sur tous pouoir
Je suis la mort qui na cure dauoir
Or ne argent comme les vsuriers
Je suis la mort qui ne craint le pouoir
De tout le monde de roys ne cheualiers

15     ¶ Je suis la mort laquelle point nauise
Ou elle frappe ou sur roy ou sur conte
Je suis la mort plus courant que la bise
Qui du petit ne du grant ne fais compte
Je suis la mort liurant plusieurs a honte
20 Pour le merite de ce quilz ont vescu
Mauuaisement et nont pas eu lescu
De bonne foy auec perseuerance
En bien/ parquoy de mon cruel testu
Je les assomme subit en vng instance

25     ¶ Je suis la mort qui en subgection
Mettray trestout sans ce que gy ay mis
ie suis la mort qui a destruction
Si met les herbes: les fleurs/ fueilles et fruicz
ie suis la mort qui abat tous deduis
30 Je suis la mort qui fais pleurer et plaindre
Je suis la mort que vng chascun doit craindre
Autant comme le tonnant fouldre
ie suis la mort qui les dens fais estraindre
Plus que le ble que le munier fait mouldre

35     ¶ Je suis la mort qui point nespargne
Papes cardinaulx ne euesques
Je suis la mort qui tousiours hargne
Tenant pour mes chancons obseques
Je suis la mort qui print senecques
40 Thulles/ catho/ ypocras cipion
Esculape/ aristote et guidon
Qui iadis furent si tresbons medecins
Mais leurs scauoirs ny valurent vng oignon
Car a la fin sont passez par mes mains

45     ¶ Je suis la mort qui iadis mis en terre
Tant de puissans et si cheualereux
Je suis la mort qui par famine et guerre
Souuent mourir ie faiz les langoureux
Je suis la mort contre qui les neuf preux
50 Neurent pouoir tant eussent de vaillance
Combien quilz sceussent bien iouer de la lance
Et de lespee ferir en tous assaulx
Mieulx que neulz aultres par excellence
Si sont ilz mors comme les miens vassaulx

55 Je suis le mort qui auecques accident
Toutes gens maine et attrais a la fin
Je suis la mort qui par grant incident
Ayt fait mourir poures et riches de fain
Je suis la mort qui sur le dieu haultain
60 Ayt eu puissance quant a lhumanite
Mort lay rendu comme homme en verite
En vne croix la ou il fut pendu
Pour fatiffaire a le paternite
Et rachater lhumain genre perdu

65     ¶ Je suis la mort la fin et terme
De tous honneurs et vaines plaisances
Contre qui nully le pied ferme
Ne peult auoir par ses puissances
Seigneurs ne magnificences
70 Quait au monde ne auctoritez
Regimes naussi principaultez
Et toutes gens ie rue bas
Autant orgueilleux exaltez
Que humbles qui ne le sont pas

75     ¶ Je suis la mort si angoisseuse
Que a tous fays perdre memoire
Par la passion douloureuse
Que ie leur faiz sentir et boire
Comme tesmoigne sainct gregoire
80 Contemplant dessus les miens fais
Si fait dauid disant Non est
Qui memor si tui in morte
Parquoy plusieurs tant clercz que laiz
Vont en enfer cest la verite

85     ¶ Je suis la mort qui nay eu cesse
De destruire lhumain lignage
Depuis quadam eut par loppresse
Deue trangresse par oultraige
Le comment dieu qui a son ymage
90 Lauoit cree si noblement
En mangeant du fruit tellement
Quaussi tost quil en eut mange
Mon subgect fut subitement
Pour quoy en terre lay plonge

95     ¶ Je suis la mort qui aux bons & mauuais
Oste la vie en les ruant par terre
Pour le loyer auoir de tous leurs fais
Du iuste iuge qui iamais point ne erre
Je suis la mort qui auec le tonnerre
100 Par le moyen de toy accident
Rue/ frappe/ romps et tombe a dent
Quant il me plaist les chasteaulx et citez
soient a roy/ soient a president
La ou plusieurs si sont par moy tuez

    ¶ Lacteur.

105 APres que ceste mort hydeuse
Et tant espouentable a veoir
Eut fine sa parolle hayneuse
Demouray comme sans espoir
De vie quant sceuz son pouoir
110 Et mestoit aduis proprement
Que ia me vouloit le torment
Ultime illecques liurer
Dung dard cruel quisnellement
A autre gecta sans viser

115     ¶ Lequel coup fait fort fuz trouble
Pourtant que il tomba a terre
Et fuz de peur plus fort comble
Que homme desconfit en guerre
Nul ne cuide point que ie erre
De laffermer pour verite
120 Car auis mest sans trichete
Que ce vy encores plus
parquoy de peur tout dehaitte
Plus que deuant fus & perclus

125     ¶ Sur ceste grant perplexite
Me suruint autre aduision
Dung homme qui a mendicite
Auoit mis mainte region
aiant plus dune milion
130 Dhommes & de femmes quil menoit
Dancant et si les pour menoit
Disant les choses qui sensuyt
soy gloriant quant faisoit
Aux humains mal fust iour ou nuyt

Accident

    ¶ Accident

135 ACcident suis a qui humanite
si est subgecte comme le serf au maistre
Pourtant que plaine est de fragillite
Et non estable sur elle ie fois naistre
Maintz grans maulx & si garde de croistre
140 Les biens/ parquoy mourir de fain
Je fais plusieurs a celle fin
Quilz viennent dancer a ma dance
Et tel est au iourduy bien sain
A qui demain feray greuance

145     ¶ Je suis accident qui iadis
En leaue si feis tresbucher
Le pont nostre dame pas dix
Ans ny a quon tenoit si cher
La ou ie feis fort empescher
150 Vngs et autres en les tuant
Et les aucuns en les noyant
Pour les apprendre a dancer
Homme qui ne veult foruoiant
Aller doit a sa fin penser

155     ¶ Aux vngs ie fais rompre les iambes
Et aux autres briser les colz
accident suis qui par grans bendes
Frappe les sages et les folz
Les faisant deuenir plus molz
160 Ou plus noirs que nest vne meure
Et en tel estat font demeure
Tant que ma compaigne la mort
Les vient en vne soubdaine heure
Ferir de son dart droit ou tort

165     ¶ Je suis accident qui gens liure
A mort par diuerse maniere
Lung faisant cheoir quant est yure
Dedans estangt ou en riuiere
Lautre fais tomber en arriere
170 Du feste de quelque maison
Lautre meurt sans confession
lautre est brusle en son lict
Lautre fais sans cause et raison
Maintes fois pendre sans respit

175     ¶ Je suis accident visible
A plusieurs selon les cas
Aucuneffois suis inuisible
Bien souuent quon ny pense pas
Parquoy ie abas a grant tas
180 Ceulx qui a moy ne pense mye
En leur faisant perdre la vie
Ou en les mehaignant du corps
Par vne griefue maladie
Quant ie gecte sur eulx mes sors

185     ¶ Je suis accident qui maine
Ceste dance comme voyez
Plusieurs y sont qui grant demaine
Ont eu et grandes dignitez
Ne cuidez plus estre exaltez
190 Que eulx/ car de telle matiere
Que vous furent mais dedans biere
La mort et moy les auons mys
Ne nous chault par quelle maniere
Gaignent enfer ou paradis

    ¶ Lacteur.

195 QUant ieuz escoute le propos
De cest homme tant auolle
Qui ressembloit a atropos
Triste ie feuz et desole
Tant lait estoit et si hasle
200 Que fuz de grant crainte saisi
Et me sembla que dessaisy
Je serois tantost de ma vie
Par luy sans quia ne sans sy
Pour me faire dancer sans enuie

205     ¶ Mais apres que ma peur passee
Je euz tantost ouys la voix
Dung ancien qui commencee
Auoit ceste dance vne fois
Pourtant que du fruict daucun bois
210 Auoit menge oultre le gre
De dieu lequel lauoit cree
Et disoit ycelluy vieil homme
Ce qui sensuyt semblant estre oultre
De dueil dont il porta grant somme

Adam og Eva

    ¶ Adam.

215 JE suis adam qui iadis transgresse
Comme ingrat & non bien congnoissant
le commant qui mauoit expresse
Dit qua luy seul ie feusse obeissant
Mais ainsi comme se voulsisse abaissant
220 Aller du tout le sien haultain pouoir
Je ne fis pas son bon ne son vouloir
Mais fis du tout celluy de ma femme
Dont depuis ma maint iour falu douloir
En souffrant grant honte et diffame

225     ¶ Car puis que dieu meust deffendu
Et a elle pareillement
Que de la pomme qui de capendu
Nestoit ne feissons goustement
y eut vng dyable de serpent
230 Qui asprement lalla tempter
luy promettant que par le gouster
Dicelluy fruit nous deux serions
Ainsi que dieulx et pour en taster
Le mal et le bien congnoistrions

235 ¶ Auquel serpent ma femme eue
Respondit: dieu si nous a dit
Et deffendu sur peine grefue
Que ne mengions dicelluy fruit
Pource quil oste et destruit
240 La vie et que se en goustions
Incontinent tous deux mourrions
Pource nen veulx ie point manger
Que au lien de mort nentrions
Et le serpent dist sans targer

245     ¶ Eue cela pas vray si nest
Tu ne mourras mye pourtant
Mais scauras ce que ia te est
Dit par moy point nen va doubtant
lors ma femme en print par tant
250 Et en gousta/ puis vint a moy
Et me dist adam tien recoy
Ce fruit et en mengeuz beau sire
Ce que feiz dont puis grant ennoy
Receuz auec peine et martire

255     ¶ Incontinent que ieuz menge
Du fruit de vie fuz subgect
a la mort qui comme estrange
Ma feru dung dard par son gect
Et puis accident sans regect
260 Ma fait commencer ceste dance
Par la gourmandise ma pance
et par lorgueil qui fut en moy
Pource chascun de vous y pense
Et garde bien de dieu la loy

265     ¶ Vous scauez tous & congnoissez
Que pour le mors de ceste pomme
Que feiz nous estions tous dampnez
Se ihesus ne se feust fait homme
Lequel pour nous porta la somme
270 Et le dur fardeau de la croix
Ou il mourut croire le dois
pour nous tous racheter denfer
estre dont glouton tu ne dois
Que ne voyse auec lucifer

275     ¶ Pour ceste cause mes enfans
Je vous admonneste trestous
Que iamais ne soyez gourmans
Vng vice est qui desplaist sur tous
Aultres a dieu mais entre vous
280 Soyez humbles et abstinens
Sobres chastes et continens
Et creignez dieu sur toute chose
Affin qua voz deffinemens
Lentree des cieulx ne vous soit close

285     ¶ Ne cuydes pas que tousiours viues
Mais aussi bien que moy mourras
Fallaces fines ne subtiues
Riens ny vauldront bien le verras
Et si du monde nemporteras
290 Riens de ce que tu auras espargne
Le long de ta vie et gaigne
Fors qung drap le bien et le mal
Pour qui seras en enfer baigne
Ou mis au ciel imperial

295     ¶ les saintz & les sainctes sont mors
Les patriarches & les prophetes
Les puissans/ les nobles et les fors
Pource contre droit rien ne faictes
Et tandis que au monde estes
300 Vueillez tous faire penitence
De voz pechez/ et repentence
En aiez et contriction
Auant que venez a la dance
Daccident si aurez pardon

    ¶ Lacteur
305 INcontinent que ce bon pere
Si eut fine son parlement
ceste mort qui tant est amere
De rechief dist tout haultement
Voire moult effroyeement
310 A vng qui se nommoit abel
lequel auoit vestu la pel
Dune beste/ ce mestoit aduis
Ce qui me sembla assez bel
Ces parolles cy par deuis

Abel og Kain

    ¶ La mort.

315     ¶ Vous damp abel tout le premier
Jadis vous saisiz comme mien
Pour les dessertes premier
De vostre pere adam au lien
De la mort estes sans rien
320 Excepter. Reculler ny fault
Sil vous desplaist qung tel assault
Vous donnay. Ce est pour neant
Faire vous a fallu ce sault
Et estre reduit a neant

    ¶ Accident.

325     ¶ Et vous aussi maistre cayn
Traistre homicide et enuyeux
Prins vous ay non pas a vng hayn
Pour vous apprendre a dancer mieulx
Que ne scauez ouurez voz yeulx
330 Et voyez dancer vostre frere
Lequel oncques nul viture
Ne vous fist et lauez occis
Trop commistes grant impropere
Quant fustes sur luy mal pensis

    ¶ abel.

335     ¶ Haa accident de toy me plains
Quant si tost mas liure a mort
Et occire par les deux mains
De mon frere mas fait. as tort
par enuie ce peche tres ort
340 Qui est si peruers et inique
Tu ny pourroies donner replicque
Deuant dieu iappelle de toy
Car quant tu vis que prins ma plicque
a bien faire tu en euz ennoy

345     ¶ Aussy contre faulce enuye
Bien dois faire proclamacion
Car par toy tost perdis la vie
Tu en fus cause et mocion
point nen fault inquisicion
350 Faire. las plain de laschete
Fut bien cayn qui par trichete
Me dit: mon frere abel allons
La hors. Fais my societe
Car aussi y sont tes moutons

355     ¶ Je le creuz dont ie fis folie
Et depuis me apperceuz bien
Quil auoit grant melencolie
Et voulente non vallant rien
Car sans me dire gard toy ne tien
360 Print dung asne la machouoire
Et men ferit tant que memoire
Et la vie ensemble perdy
Et euz daccident tel douaire
Que mon ame au limbe rendy

365     ¶ Le premier du monde mouruz
La mort massaillit le premier
Le second ne du monde fuz
A qui la vie premier faillit
par accident qui sur moy saillit
370 En genese lire le peux
La maniere comment se veulx
Au quart chapitre sans mentir
Comment par cayn lenuieux
Le quart du monde fut martir

375     ¶ Occis si fut le quart du monde
par enuie ce peche mauldit
sur enuie nul ne se fonde
Quil ne soit de dieu interdit
Comme cayn a qui dieu dit
380 Maledictus super terram eris
Ne le tenez na ieu na ris
Miserables enuieux meschans
Car par ce souuent sont taris
De tous fruitz voz vignes & voz champs

385     ¶ Dictes moy quel prouffit vous vient
Destre ioyeulx du desplaisir
Qui a vostre prochain suruient
Et marris estes quant plaisir
Luy fait aulcun. Vostre desir
390 Vous fera damner somme toute
Car dieu les enuieux deboute
Cayn bien si le scait prouuer
pource chascun de vous lescoute
Dire comment la sceu trouuer

    ¶ Cayn.

395 ENuieux traistres desloyaulx
Ouurez voz yeulx voyez cayn
Homicides remplis de maulx
Et de couraige inhumain
Exemple auez de moy tout plain
400 Qui a bien faire esmouuoir
Vng chascun selon son pouoir
Vous doit tous/ mais rien nen feres
Parquoy enfer obscur et noir
En la fin vous possederes

405     ¶ Regardez quenuie ma valu
Qui ma fait occire abel
Vng tel guerdon si ma rendu
Accident le cruel et fel
Charge ma dung si dur fardel
410 Que ie ne lay peu soubstenir
Car a mort il ma fait venir
Me rendre comme son suppos
Autant vous en peult aduenir
Qua moy se ne changez propos

415     ¶ Quant mon frere et moy faisions
Sacrifice au createur
Et les dismes nous presentions
A luy qui est le formateur
De tout ie congneuz quen haulteur
420 Plus digne estoit abel que moy
Parquoy ien entray en esmoy
Et len hay mortellement
Tant que sans luy dire pour quoy
Le mis a mort soubdainement

425     Quant ieuz fait ce coup de ma main
Dieu me demanda erramment.
Ou est ton frere abel cayn
Et ie luy dis certainement
Je ne scay. pas le gardement
430 Ne suis de luy tu le scez bien
parquoy ne ten dois dire rien
Et dieu me respondit/ tu mens
Car tu las liure au lien
De la mort et a ses tourmens

435     ¶ La voix du sang ton frere crie
A moy de la terre haultement
Quait vengence de toy me prye
Parquoy mauldit seras vrayement
Sur la terre. Et pareillement
440 Aussi quant la laboureras
Point de fruictz nen receueras
plusieurs fois par cestuy peche
Et tousiours malheureux seras
puis que es de ce crime entache

445     ¶ Oncques puis las ie neuz que mal
Ce pendant que en terre fuz
Et puis pourtant propos final
Accident si me courut sus
Car par lameth occis ie fuz
450 Dune saiette quil me tyra
En vng buisson la ou il vira
Cuydant que vne beste feusse
par ainsi ma vie expira
Raison vouloit que cela ieusse.

455     ¶ Pource vous que peche encombre
Amendez vous se me croyez
Ceste vie mondaine nest quombre
Tous les iours bien vous le voyez
A bien faire vous auoyez
460 Sans point attendre a demain
Car tel si cuide estre bien sain
Et viure iusques a dix ans
Qui mourra lendemain matin
parquoy tel espoir est non sens

465     ¶ Et pource dire plus nen vueil
Faictes ainsi que lentenderes
Je scay bien comment ie men dueil
Car en fin vous en repentires
Et lheure et le iour mauldires
470 Quonques vous fustes enuieux
Et du bien daultruy ennuyeux
Sen ce peche perseuerez
Vous en gecterez cris merueilleux
Tout ce quay dit considerez

    ¶ Lacteur.

475 AInsi comme cestuy parloit
La dance alloit tousiours auant
Et loing de moy se reculoit
Parquoy ne peuz comme deuant
Tout ouyr ce qualloit disant
480 Celluy cayn: mais ce que peuz
Entendre lay icy infuz
sans en riens oster ne adioindre
Dont vng petit marry ie fuz
Que ie nouy tout son complaindre

485     ¶ Ce temps pendant que ientendoye
A lescouter comme vous dy
plusieurs passerent par la voye
Dont les parolles nentendy
parquoy ie les laissay et nen dy
490 sinon que par les accidens
Qui sur eulx estoient euidens
A la dance estoient menez
Les vngs debout les aultres adens
Et sans menestrelz pourmenez

495     ¶ Mais apres la mort tout a plain
Commenca ces choses a dire
Tant au noble que au villain
Qui ne sont pas pour causer rire
Et aux gens deglise puis dire
500 Quelle parloit pareillement
Ne le tenez a gabement
Car ilz sadressent aux trois estatz
soubz lesquelz tout certainement
Cont comprins les gens en vng tas

Kong Xerxes af Persien

    ¶ La mort

505 NObles de seigneuriale puissance
Gens esleuez en dignite
Pape/ cardinaulx grant regence
Ne vous vault ne auctorite
Laboureurs/ marchans la cheuance
510 Quauez dautruy par deceuance
Vous conuient au monde laisser
Car tant vous feray abaisser
Que les vostres prochains amys
Qui vous desirent embrasser
515 Tous vous fuyront comme ennemys

    ¶ Nobles qui si orgueilleux estes
Que nauez pitie de nully
et qui les maletotes faictes
Venir sur les poures au iourduy
520 De vous certes ny a celluy
Qui ne sen repente vne foys
Pourtant sestes empereu[r]s ou rois
Cuidez vous donc a moy resister
a esbat tenez telz desroys
525 Qui vous feront denfer les maulx taster

    ¶ Nobles ne vous abusez plus
pensez que tous vous fault mourir
Et que de vie seres forclus
par moy qui vous feray mourir
530 Fyens et terre deuenir
Comme iay fait le puissant alexandre
De luy pouez exemple a plain prendre
Car plus grant seigneur fut que nestes
Et nonobstant lay ie reduyt en cendre
535 Car homme estoit ainsi comme vous estes

    ¶ Au iourduy les menuz mangez
Par pilleries et subsides
El les taillez et les rongez
Par tromperies eslucides
540 Et par empruntz et par aides
Disant quen est necessite
pour le bien et vtillite
Deulx & de la chose publicque
Qui nest ne droit ne equite
545 Quant vous vsez de tel pratique

    ¶ Le noble sainct louys de france
Fut vng noble de bonne touche
Qui onc a nul ne fit greuance
Dont on luy peust faire reprouche
550 Parquoy renom a qui en couche
Si ne pourroit estre estaint
Par moy la mort et clame saint
Si est pour ses bonnes vertus
Et que son peuple si bien tint
555 Sans le destruire par tribus

    ¶ Et tout ce ie vous puis prouuer
Du bon sainct louys quant fut pris
Des sarrazins oultre la mer
Qui le mirent a rancon et pris
560 pour quoy son mareschal sans ris
Luy dist Il vous conuiendra sire
Tailler vostre peuple/ car suffire
Tout vostre tresor si ne pourroit
Pour payer vostre rancon: dire
565 Conseil meilleur on ne vous pourroit

    ¶ Auquel mareschal tost respondit
Le roy sainct louys promptement
que mourir mieulx vouldroit quau dit
De luy il fist aucunement
570 Car plus cher aymeroit torment
Souffrir que son peuple tailler
La mort ie suis qui sans railler
Vous alegue de luy la parolle
Et la response que bailler
575 Voulut a son mareschal non folle

    ¶ Noblesse affin que le saichez
Est a dire non blessant nul
Et le contraire faire taschez
Se semble/ parquoy dis que nul
580 De noblesse ne doit titul
Auoir qui aultruy va greuant
Quant il en est apparceuant
Mais celluy qui vertu possede
Et ne va aucun deceuant
585 Deuant tous ce tiltre succede

    ¶ Entre vous nobles somme toute
et gentilz hommes pareillement
Faictes des maulx si grans sans doubte
Que lair en put certainement
590 parquoy pungnis villainement
Souuent estes en ce monde icy
Par accident qui na de vous mercy
Ou de lune de mes trois chamberieres
Qui sont guerre famine Et aussi
595 Mortalite qui sont cruelles et fieres

    ¶ Maintenant les prelatz deglise
Se meslent des guerres siuiles
Et se gouuernent a la guise
De gens de court par toutes villes
600 Et despendent en choses viles
Les biens de leglise et rentes
Les faultes en eulx sont apparentes
Mieulx qui[l]z ne furent oncques mais
Reformacions bien decentes
605 Seroient en eulx mieulx que iamais

    ¶ A present on vent benefices
A purs deniers qui est contre droicture
a present sont asnes et nouices
Prelatz qui est grant forfaiture
610 Et clercs plains de litterature
Sont du tout regectez arriere
A present certes ne chault guere
aux prelatz que facent leurs subgetz
Mais quilz chassent en bois ou en riuiere
615 Ou soient auec dames aux bancquetz

    ¶ Maintenant entre les gens deglise
Et gens de secularite
Ne voy difference estre mise
Puis quil fault dire verite
620 Veoir on peult yuer et este
Cures prestres et aussi chanoynes
Auoir enfans de femmes concubines
Quilz tiennent a pain et a pot
Pareillement font plusieurs moynes
625 Et abbez dont ie ne dis mot

    ¶ Et aussi laboureurs & marchans
Gens de mestier/ procuruers aduocatz
Qui a present estes trestous tachans
A amasser escus/ nobles et ducatz
630 Par tricheries/ larrecins et cabacz
Que faictes auiourduy au monde
Dieu ie vous iure que ne despendrez pas
Tant de deniers ou vostre cueur se fonde

    ¶ Car moy la mort vous osteray la vie
635 Bien brefuement pour voz iniquitez
Et tant que lame vous soit du corps rauie
Par accident aurez auersitez
Puis guerres puis mortalitez
Puis famines & dissencions
640 Sans les autres persecutions
Que aurez en pertes de biens
Puis pour toutes resolutions
Apres serez terre et fiens

    ¶ Sur vous mortelz de tous ses trois estatz
645 Doresnauant ie feray dominer
Mes trois seruantes qui de vous leurs degastz
Feront de brief & voz vies finer
Lors ny vauldra prier ne encliner
Requerir dieu sa mere ne ses sains
650 Mourir vous fault ou malades ou sains
Eschapper nul de vous ne me pourroit
Tant soit il caulx malicieux et fins
Nul contre moy secours ne vous donroit

    ¶ A ceste dance pouez veoir de mes oeuures
655 Et comme assaulx les grans et les petis
Que pour tous metz de la terre ie coeuures
Assouuissant a tous leurs apetis
Tant soient fiers/ orgueilleux ou hastifz
Nesleuez hault bien leurs caquetz rabaisse
660 Pour leurs pouoirs a prendre ne les laisse
Voycy xerses a qui bien lay monstre
Que dancant meine sans licol & sans lesse
Et cy recorde comment ie lay oultre

    ¶ Xerses roy de perse

XErses ie suis iadis de perse roy
665 Qui par orgueil & grant presumption
Voulus tenir si tressuperbe arroy
Au temps passe que a destruction
Venu ien suis & a perdicion
Car comme seigneur de nature
670 Cuyday faire de roche dure
Et de haulx mons tout plain chemin
Et des valees contre droicture
Qui naffiert a pouoir humain

    ¶ Et qui plus est sur cours deaulx perilleux
675 Et sur abysmes non ayans fons ne riue
Et sur la mer en maintz pas dangereux
Je cuyday faire sans aulcune estriue
Seure nauigacion/ mais la hastiue
Fureur daccident sur moy vint
680 Si vous diray comment saduint
Affin quentre vous orgueilleux
Saichez que iamais nul ne tint
Orgueil sans peril merueilleux

    ¶ Verite est que moy estant sur terre
685 De gens darmes si grant amatz ie feiz
Pour aux gregois faire mortelle guerre
Et les destruire & rendre desconfiz
Que assembler de mon royaulme fiz
sept cens mille hommes pour grece inuader
690 Et trois cens mille estranges sans tarder
Que tous fis mettre en plus de mil nauires
Si quon neust sceu nul fleuue regarder
qui plain nen fust garnis de traitz & vires

    ¶ Et quant en la mer me fus mis
695 Acompaigne de tant de gens
Accident a mes ennemys
Fut fauorable/ car grans vens
Fist sur mer leuer & tormens
Fouldres orages & tempestes
700 Qui renuerserent tous les festes
De mes nauires en la mer
Fors que celle pour toutes restes
Ou iestoies dont ieuz deuil amer

    ¶ Et quant ie viz que tous noiez
705 Estoient mes gens en ceste guise
Quen ce lieu auois conuoiez
Ne sceuz adoncques quel deuise
Prendre/ mais pour estre en franchise
En mon royaulme men retournay
710 Ou accident de rechef trouuay
Lequel si me recourut sus
Et a tel heure y arriuay
Que de luy garder ne me sceuz

    ¶ Car par les miens propres gens darmes
715 Il me fit si fort mespriser
Que occis fuz par les guisarmes
Darthabanus que tant priser
Je faisoie sans nul despriser
Que le mien grant preuost fait lauoie
720 Pour la cause que tant laimoye
Mais comme traistre vilain & desloyal
Non congnoissant lhonneur que ie luy faisoye
Me occist cuydant vsurper nom royal

   ¶ Et par ainsi fut du tout abatu
725 Le grant orgueil de moy par accident
Toy orgueilleux qui point nen es batu
Humilie toy quil nait sur toy la dent
Car ton peche luy est trop euident
Lequel souuenteffois venir
730 Le fait sur toy & soubstenir
Ne le peulx mais bas il te rue
Tant que bien souuent abstenir
Te conuient daller en la rue

    ¶ Car maladie il tenuoie
735 Ou quelque aultre aduersite
Te faisant ton or & monnoye
Despendre tant quen mendicite
Viure te fault et necessite
souffrir. Ou aultrement te fait
740 Deuenir ladre et infait
Dont apres tu es hors du monde
Gecte qui est pour le forfait
De lorgueil qui en toy habonde

    ¶ Quiconques orgueilleux sera
745 Pugny en sera quoy quil tarde
Ou lescripture mentira
Pource chascun sen donne garde
Et a son cas si bien regarde
Que orgueil en luy ne soit trouue
750 Mais au contraire humble prouue
soit tousiours et il fera que saige
Car lorgueilleux sera reprouue
Pource le dy quen ay receu dommage.

    ¶ Lacteur.

TOutes ces choses dist la mort
755 Que ie vous ay cy recitees
Les trois estatz menassant fort
sans dautres que nay racomptees
Qui doiuent bien estre doubtees
De tous les orgueilleux mondains
760 Quel menassoit par cas soudains
Faire trebuscher en arriere
Et pourrir en champs & iardins
sans auoir autre cymetiere

    ¶ Ceste mort suyuoient gens deglise
765 Et gens de labour par grans bendes
ayans trestous la face bise
Et remplis damertumes grandes
plus ne pensoient aux offrandes
Quilz souloient de leglise auoir
770 Mais tous pensoient a eulx douloir
Et disoit chascun deulx comment
par leur orgueil & nonchaloir
Mors estoient inhumainement

    ¶ Mais trois personnages arriuerent
775 si treshaues et si treshideux
Qui mon entendement troublerent
Tant que nouys les dictons deulx
Mais de ces trois en auoit deux
qui estoient tant maigres & tant pasles
780 Quon ne decolla oncques es hasles
Hommes qui eussent tel couleur
Et tant vilz estoient et tant sales
Quilz rengregerent ma douleur

    ¶ Lung de ses trois estoit arme
785 Tenant vng dart a fer trenchant
Et estoit ce me semble nomme
Guerre qui maint a fait meschant
Et a destruict maint bon marchant
Et puis a lung des costez delle
790 Vng aultre estoit qui moult rebelle
Me sembla quon nommoit famine
Tenant des verges/ dont la cautelle
Estoit plus clere questamine.

¶ Et a lautre coste opposite
795 Delle auoit autre personnaige
Cestoit mortalite la despite
Qui fait souuent aux humains pressage
Leur tollant la vie auant aage
Ceste femme de mal affaire
800 Estoit vestue dung suaire
Tenant vng hoyau en sa main
Et accident au noir viaire
Si la tenoit par lautre main

    ¶ Et ces trois personnages cy
805 Par les bras si sentretenoient
Monstrant bien que gens sans mercy
Estoient veu ce quilz diseient
Car lung a lautre racomptoient
Les grans oultrages que iadis
810 auoient fait a grans et petis
par le moyen du cruel accident
Et disoit lung de ces mauldis
Personnages ces motz a dire ardent

De tre svøber

    ¶ Guerre.

Guerre ie suis premiere chamberiere
815 De la mort felle qui a pouoir sur tous
Qui fais tomber de coste et en arriere
Villes/ citez/ chasteaux donions & tours
Quant il me plaist iouer de mes fins tours
Dent iay ioue a plusieurs des humains
820 Nulluy ne tiens a parens na germains
Je tue tout cela est mon office
Guerre ie suis qui iadis aux rommains
Par hanibal gastay maint ediffice

    ¶ Guerre ie suis qui fais les gens tuer
825 Et mettre a mort femmes grosses et enfans
Guerre ie suis qui fais de peur suer
Gens en chasteaulx dressez sur elephans
Guerre ie suis qui bien souuent deffendz
Malles querelles et les fais estre bonnes
830 Guerre ie suis qui fais violer nonnes
Brusler esglises despuceller fillettes
Guerre ie suis qui oste les couronnes
a plusieurs roys que tue de mes saiettes.

    ¶ Ou par bombardes/ canons & serpentines
835 Que traire fais ie leur oste la vie
Ou par engins garnis de couleurines
souuenteffois que ilz ny pensent mye
Guerre ie suis de paix grant ennemye
Guerre ie suis qui traisons fais faire
840 Et qui iadis fis trahir le roy daire
Et occire en son char par ses hommes
Guerre ie suis tousiours prompte a mal faire
Qui destruitz biens/ brusle et consommes.

    ¶ Guerre ie suis qui pille/ prens et robe
845 Rauis et oste a autruy tout le sien
Ne luy laissant en son dos vne robe
De tout ce qua au monde vaillant de bien
Guerre ie suis qui discorde entretien
Guerre ie suis qui ay desherite
850 Le roy richart & de son regne oste
Qui dangleterre estoit seigneur et roy
Par trahison que fis et trichete
Et de lenclastre henry ie en fis roy

    ¶ Et qui plus est a cestuy richard mesme
855 Fis ie tollir la vie par guysarmes
En le rendant mort pasle et blesme
En la prison ou gecta maintes larmes
Nonobstant ce quil fust vaillant aux armes
et que vingtdeux ans sur anglois eut regne
860 Comme leur prince et leur roy couronne
Car par ses hommes tyranniques & peruers
A qui du tout lauois habandonne
Le fis occire & liurer mort aux vers

    ¶ Guerre ie suis plaine de trahyson
865 par qui ie fais plusieurs gens souuent pendre
Ardre/ noyer ou mourir par poison
Tant que dangoisse les fais croistre & estendre
Guerre ie suis qui fais rompre et fendre
Les forteresses par force de miner
870 Guerre ie suis qui meschans dominer
Fais tout soubdain et esleuer en court
Et puis apres piteusement finer
Leur fais la vie pour vng peu dhonneur court

¶ Que vous diray ie guerre suis qui iadis
875 Ay tant meffait au royaulme de france
Que quarante ans durant ie my daudis
En y faisant maintz maulx & violence
Par la malice et oultrecuydance
Des hommes/ mais cela a tant laisse
880 Car chascun scait que les plus grans rabaisse
Et que gouuernee ie suis par accident
Lequel ioue a chascun de finesse
Tant se saiche il aller de luy gardant.

    ¶ Famine.

    ¶ Famine suis compaigne de la guerre
885 Et seruante seconde de la mort
Qui des plus fors les conduitz tant resserre
Que accident les liure a la mort
Qui languissans par moy les poinct et mort
Et fait venir dancer a ceste dance
890 Famine suis en grant habondance
En suyuant de guerre la trace
Fais des humains nonobstant leur puissance
Mourir de fain les fois en toute place

    ¶ Famine suis qui en iherusalem
895 Ay iadis fait perir maintz & maintes
En leur faisant endurer tel haham
Et tel raige de fain que constrainctes
Par moy furent et tant fort astrainctes
Les meres que leurs propres enfans
900 Mangerent que nature deffend
Et leur or mesmes aussi leur fis manger
Pource est obstine qui dieu offend
Congnois que es comme iceulx en danger

    ¶ Famine suis qui fais manger du pain
905 Dherbes & pois a barons et a contes
Non en ayant a demy pour leur fain
Rassasier dont souuent a grant hontes
[Mourir les fais, et en ce point surmontes]
Les plus bruyans estans dedans forteresses
910 aux autres fais la chair dasnes et dasnesses
De chatz/ de chiens/ de ratz & de souris
Manger par grande et oultrageuses aspresses
Que ie leur fais dont meurent langouriz.

    ¶ Mortalite.

    ¶ Et moy mortalite ie suis
915 Appellee que chascun doubte
Qui bien chamberiere me puis
De la mort dire somme toute
Car ie occis turbe et route
Et moncel de gens quant licence
920 Mest donnee et aussi puissance
De celluy qui en a pouoir
Et oeuure de tel pestilence
Que tous les humains fais douloir

    ¶ Mortalite qui au temps
925 De saint gregoire a ma maistresse
La mort liuray en vng printemps
Peuple infiny quen grant destresse
Cheoir ay fait a la renuerse
En mourant tout soubdainement
930 Par la morsure et picquement
De mouches plaines de venin
Sans excepter aucunement
Riche poure/ fier ne begnin.

    ¶ Lacteur.

QUant ces trois personnaiges hideux
935 Eurent tout ce dit sans mentir
Guerre estant au millieu des deux
Ses compaignes qui aneantir
Ont fait la vie et sortir
A plusieurs du corps par cautelles
940 Se leua et partit dentre elles
Puis print vng prince par la main
Auquel el dit parolles telles
Quon doit noter et soir et main.

Krig

    ¶ Guerre.

O guerroyeur & tresinhumain homme
945 Qui tant de sang humain as fait respendre
Toy cyrus que roy de perse on nomme
Qui en ta vie soulois tousiours entendre
Par couuoitise et tes deduis prendre
A faire guerre et trescruellement
950 Occire hommes et femmes par torment
en dancant cy par maniere desbatre
Racompte tost deuant tous haultement
Qua ton prochain tant ta valu combatre

    ¶ Cyrus roy de perse et dasie

HAa guerre ne te suffist il pas
955 De ce que mort ma tost oste la vie
sans me contraindre & faire dire helas
Comment fine iay ma meschante vie
Qui ma este par accident rauie
Cruellement par la tienne poursuite
960 qui tant fut aspre que loisir de la fuite
prendre ie neuz mais contraint fuz dattendre
Tous coups horrible ausquelz la mort fait suyte
Tant que lame des ferus en fait rendre

    ¶ Mais puisquil fault que ie le die
965 Princes viuans escoutez mes parolles
Qui de guerre faire auez enuie
a voz voysins par oppinions folles
Et vous morrez sans fables ou friuolles
Dire comment pour a tort faire guerre
970 A plusieurs gens et pour conquerir terre
Mort en la fain ie suis villainement
Car nul nen peut autre salaire acquerre
Trop conuoiter fait des maulx largement

    ¶ Je suis cyrus qui par ma couuoitise
975 Voulant accroistre chascun iour mon empire
En mon viuant ay fait par mainte guise
Le sang humain respandre/ et par martire
Des hommes mourir tant que ne le puis dire
Sans en auoir pitie aucunement
980 Mestant aduis que aulcun nullement
Neust peu a moy vne heure contrester
en desprisant de dieu le iugement
Faisant tous ceulx que hayoie molester

parquoy ainsi comme iay dit deuant
985 En exersant tousiours ma cruaulte
pour ma gloire estre plus esleuant
Jassemblay des gens darmes a plante
Lesquelz comme homme mal talente
Menay pour guerre faire a vne femme
990 Oultre le fleuue arases ou diffame
Si grant iaquis qua iamais et tousiours
Bruit en sera ce me imperra la flamme
De couuoitise qui mabregea mes iours

    ¶ Ceste femme estoit de lichie royne
995 Et thamaris chascun si lappelloit
Qui puis quel sceut quentre en son demaine
Fuz. se pourueut sicomme il failloit
Faisant semblant quil ne luy en challoit
Se exilloie son pays et gastoys
1000 Mais quant el vit quentre fuz es destrois
Du sien pais vint sur moy main armee
Ou me tua et mes gens/ si que trois
nen eschapperent dont il soit renommee

    ¶ Et puis apres celle royne vaillante
1005 Bien congnoissant ma grant crudelite
Sepulcre me fist appartenante
Selon mon vice qui fut cupidite
Car de par elle ie fuz decapite
Et puis mon chief en vng vaisseau fut mis
1010 Qui plain estoit du sang de mes amys
Par elle mesme en me disant/ mauuais roy
Du sang humain ou tant grant peine mis
Pour le respandre maintenant ton saoul boy

    ¶ Et par ainsi moy qui estoye seigneur
1015 De la moytie du monde non pas content
Pour plus acquerre cuidant estre vainqueur
Vaincu ie fuz de femme en combatant
Qui moult mest grief quant ie vois relatant
Pensant a moy se ieusse eu souffisance
1020 Ja de accident neusse eu tel greuance
Mais longuement vescu ieusse et regne
Par auarice aduient mainte meschance
Delle ay este mallement guerdonne

    ¶ Et pource tous princes de noble sang
1025 Je vous exhorte que point ne menez guerre
Se droit nauez ne ne respandez sang
Humain qui crie vengeance de la terre
A dieu lequel vous a cree de terre
Comme il a fait les hommes mecanicques
1030 Car par accident qui les guerres punicques
Tousiours poursuit pugnir il vous pourroit
Comme a fait moy par dars lances et picques
Si que la vie du corps vous osteroit

    ¶ Lacteur

QUant celluy roy eut en ce point fine
1035 Sa complainte tantost me fut aduis
Et me sembla point ne lay deuine
Que deuant moy mortalite reuis
Hault esleuee qui dung hoyau gens vifz
Auoit occis par cruelle maniere
1040 En les frappant par deuant et deriere
A lestourdy comme femme desuee
Et a ceulx que mis auoit en charniere
Disoit telz motz dire toute enrouee

Dødelighed

    ¶ Mortalite

O Miserables obstinez meschans.
1045 Qui tant auez ayme vostre charongne
Quant sur terre pouyez aler marchans
Dictes moy cy comment vostre besongne
Si se porte/ nul de vous point ne grongne
Maintenant: bien vous ay contentez
1050 Car iay voz corps en mes charniers gectez
Qui sont les granges et garniers de la mort
Ou vous serez par les vers tormentez
Et redigez en fiens vile et ort

    ¶ O toy pecheur que te vault a ceste heure
1055 Le grant tresor que tu soulois auoir
Commande luy que a present te sequeure
Besoing en est sans te laisser douloir
Dieu pour celluy tu mys en nonchaloir
Et delaissas du tout entierement
1060 En desprisant le sien commandement
Mieulx te vaulsist en auoir reuestu
les indigens qui clefz de sauuement
Sont des gens riches ce bien congnoissois tu

    ¶ Et toy glouton/ yreux et orgueilleux
1065 luxurieux a dieu abhominable
Et toy aussi paresseux tant railleux
Qui as ayme estre au monde agrable
plus que a dieu que test cela valable
Ou est ton orgueil ou est ton arrogance
1070 Quest deuenu ton dieu qui est ta pance
Fors pourriture/ ou yra la tienne ame
Fors quen enfer/ se dieu par sa clemence
Nen a pitie ou elle ardra en flamme

    ¶ Le repentir maintenant ne vous vault
1075 Puis que lame vous est du corps partie
Et que de moy auez receu lassault
Que tous humains recoiuent a la sortie
De ce siecle iamais nulle sotie
Vous ne feres ne bien pareillement
1080 Qui vous puisse estre cause de sauuement
Mais du hault iuge serez remunerez
Quant se viendra au iour du iugement
Ou nulz aduocas pour vous ne trouuerez

    ¶ Et vous viuans qui tous les iours pechez
1085 Et qui tenez a mensonges et friuolles
les faitz des saintz quant ilz vous sont preschez
par les gens clercz qui vous en tiennent escole[s]
Selon leurs dis faictes et bonnes parolles
Et amendez voz vies tant meschantes
1090 En restraingnant voz langues medisantes
De voz prochains par vostre faulce enuie
Et recouurez vertus de vous absentes
Qui donne aux hommes la perdurable vie

    ¶ Scauez vous point que voz pechez tresors
1095 Si empoisonnent lair par telle mainiere
Que souuent fait par moy vous liurer mors
A ma maistresse par pestilence fiere
Et si cruelle que le filz point le pere
Nose aller veoir de peur que ne latrappe
1100 De mon hoyau dont a peine on eschape
Depuis quon est de luy a droit touche
Car dicelluy ie donne telle escharpe
Quon est a terre tantost mort tresbusche

    ¶ A quoy tient il quentre vous de paris
1105 Auez este par lespace de sept ans
De moy greuez qui souuent fort marris
Ay fait plusieurs de vous pour voz parens
Que iay fait estre dauec vous separens
Par la peste qui le cueur leur creuoit
1110 pour voz pechez ce mal vous aduenoit
point nen doubtez: mais de ce vous aduise
Dieu est au ciel qui tout voit et congnoit
De ce vous fera quant vouldra a sa guise

    ¶ Ne cuydez pas que quant seriez trois fois
1115 plus grans seigneurs que nul viuant sur terre
Que ie laissasses pour cela touteffois
A vous occire et faire forte guerre
Bien auez veu point ne sen fault enquerre
Vng passe quon dit cinq cens et trois
1120 Qua mort liuray deux papes en vng moys
Qui dentre vous les plus grans seigneurs sont
Leurs dignitez: puissances ou arroys
Ne me garda de les mettre ou ilz sont

    ¶ Pour quoy vous doncques qui estes deulx mineurs
1125 Deuez sans cesse craindre lheure soubdaine
En pardonnant a trestous voz hayneurs
Et a bien faire deuez tous mettre peine
Car veoir pouez quen ceste vie mondaine
Nul nest asseur encontre accident
1130 Qui a la mort va toutes gens rendant
Comme pouez veoir en ceste dance
Qui vous deuroit faire tous contendant
Quen vous vertus feissent leur residence

    ¶ Lacteur.

ALors cessa mortalite son plait
1135 Et ensuiuit ceulx qui menoient la dance
Acompaignee de ceulx sur qui explait
elle auoit fait ou aulcune greuance
Lesquelz ensemble par si grant doleance
Tous se plaignoient que ne peuz onc entendre
1140 De aulcun diceulx la complainte naprendre
Pour la grant noise qui la si se faisoit
Et pource aussi que famine qui rendre
Fait lame a maintz ces parolles disoit

Hungersnød

    ¶ Famine.

ICy pecheurs pouez veoir quez auurage
1145 pour les pechez de vous fais bien souuent
par le vouloir de dieu qui tel oraige,
Fait par le monde courir & mauuais vent
Quil va voz biens tellement aggrauant
Que vous nauez apres de quoy manger
1150 parquoy soubdain cheez en mon danger
Ou ie vous batz de mes verges a mon vueil
En tel sorte que de fain enrager
Je fais plusieurs et puis mourir a dueil

    ¶ Il nest royaulme empire ou prouince
1155 Que ne deserte quant en elle me lance
Pour le peche du peuple ou du prince
En tel maniere que toute contenance
Changer leur foys par disette et souffrance
Et aussi tout leur maniere de viure
1160 Car par langueur et fain a mort les liure
Vrlans crians comme gens hors du sens
Si quen brief temps le pais deux deliure
Non deux a deux: mais a milliers et cens

    ¶ Mais touteffois daccident conduicte
1165 Je suis tousiours quelque part que ie voise
Duquel nully absconser par fuyte
Ne se pourroit nen caue nen fournaise
Car tous fuyans il ratint a son aise
Quant il luy plaist dessus son beuf monter
1170 Qui de courir scet chascun surmonter
Ou aultrement les fait par maladie
Sa chamberiere tellement hebeter
Quil les rataint puis leur oste la vie

    ¶ Et mesmement par desespoir mourir
1175 Il fait aulcuns que ie voys assaillant
Par fain qui nont de quoy leurs corps nourrir
Sans espargner saige preux ne vaillant
Si quil les fait de leur bon sens saillant
Eulx mesmes de leurs mains propres occire
1180 Comme au roy achilaus ouyr dire
Le pouez se voulez en ce lieu
Qui pas ne dobit vous esmouuoir a rire
Mais a prier moult deuotement dieu

    ¶ Le roy archilaus filz du roy herodes qui fist
tuer les innocens.

O Hommes humains viuez selon raison
1185 Que ne soyez assailliz daccident
Comme ay este pour laquelle achoison
Je me tuay deuant le president
De lost rommain qui estoit resident
Dedans ses tentes autour de la cyte
1190 De iherusalem qui en perplexite
Telle estoit quon y mouroit de fain
A grant douleur parquoy fuz incite
De accident a ma vie mettre fin

    ¶ Car quant requis ieuz au prince de lost
1195 Qui assiegeoit la cite dessusdicte
Quil eust mercy de moy. Soubdain et tost
Me demanda par maniere despite
Qui iestois: & ie luy dist bien viste
sire: filz suis du noble roy herode
1200 A qui famine les voynes tant corrode
que tost mourray se ne me secourez
Oncquez mon pere ne moy ne feismes fraulde
A iesuchrist le dieu que honnorez

    ¶ A ces parolles le filz vaspasien
1205 Quon appelloit Titus me respondit
Que ia nauroit de moy pitie en rien
Et que menty auois dauoir ce dit
Et pour la cause mercy il mescondit
Que le mien pere auoit les innocens
1210 Fait mettre a mort a milliers et a cens
Cuydant a mort iesus le filz dieu mettre
Laquelle responce me troubla tant le sens
Quelle me fist de mes mains a mort mettre

    ¶ Cur tout soubdain pour la fin que iauoye
1215 Mon espee deuant tous ie tiray
Pource que plus desperance nauoye
Et men occis comme ie vous diray
Car la poincte dicelle attiray
Deuers mon cueur tout le plus droictement
1220 Comme ie peuz et puis tout erramment
Par tresgrant yre men trauersay le corps
Et la mouruz ainsi villainement
Par accident qui pugny foibles et fors

    ¶ Pour quoy entre vous qui vifz estes
1225 Gardez vous de dieu offenser
Et tous ses commandemens faictes
Sans les enfraindre ne trespasser
Affin que dentre vous dechasser
Il vueille laccident de famine
1230 Qui le pays destruict ou il domine
Sans laisser croistre fruictages ne naueaulx
Et tellement toutes herbes rumine
Que de fain gens fait mourir a monceaulx

    ¶ Lacteur.

    Apres que famine la laide
1235 Eut dit ce que vous ay compte
Et comment maint auoit fait roide
Mourir de grant necessite
Jauisay accident monte
Dessus vng beuf grant & terrible
1240 Qui de regard si treshorrible
Estoit quil me fist tout trembler
et me rendit non entendible
De louye tant me fist troubler

    ¶ Et ce pendant quainsi fuz
1245 Dancant alla famine et sa bende
Si treffort que plus ne lapperceuz
Nonobstant ce que elle fust moult grande
Mais accident dont dieu me deffende
Quant ieuz louyr recouuert vng petit
1250 Je ouy dire comment iadis mastit
plusieurs fuitifz qui cuidoient euader
Son dart/ lesquelz de vie il deuestit
Sans quilz se peussent de luy contregarder

Ganelon

    ¶ Accident

    OBstine pecheur regarde cy comment
1255 Dancer ie foys les traistres a ceste dance
Qui pour eulx fuyr cuident alongement
A leur vie mettre apres la griefue offence
Quont perpetree/ et cuident la vengence
De leur peche pour fouyr euiter
1260 Voicy comment sans nul en respiter
En fin les paie sans en auoir mercy
Et comment quant dessus mon beuf monter
Vueil les ratains sans grant peine ou soucy

    ¶ Car quant ie vueil ie suis tantost a romme
1265 Tantost en mer et puis tantost en terre
si queschapper ne me pourroit nul homme
pour loing courir quant luy vueil faire guerre
Car ienuironne et circuys la terre
De tous costez et mer pareillement
1270 Car le mien beuf qui tout soubdainement
Me va portant ou il me plaist tantost
Me fait rataindre a vng cil et moment
Doeil tous fuyans quant il veult courir tost.

    ¶ Fuyr ne peult humanite mon dart
1275 Bien apperceu la ganelon le traistre
Si ont plusieurs qui soubz mon estandart
Dancant auec moy en cest estre
Car ganelon qui cuidoit estre maistre
De courre a moy apres le sien forfait
1280 si fut par moy prins et arreste de fait
Et puis liure a la mort ma compaigne
Qui comme traistre quil estoit tresinfait
Mourir le fist a douleur sans espargne

    ¶ Lacteur

ADonc apres ce parlement
1285 parla ganelon en ce point
Qui dit la maniere comment
Il mourut sans en point mentir

    ¶ Gannes qui trahit les douze pers.

GEns en qui na foy ne fiance
Comme en moy neut point iadis
1290 Et qui ne faictes conscience
De trahir par fais & par dis
Voz prochains dont estes mauldis
De dieu/ escoutez ma complainte
Qui de nul ne doit estre plainte
1295 Et vous scaurez comment trahyson
Ma fait endurer paine mainte
A bon droit et non sans raison

    ¶ Bien est vray que durant ma vie
Jadis trahis les douze pers de france
1300 si quau plus deulx ie feis perdre la vie
par trahison nonobstant leur vaillance
Et a vingt mille hommes qui congnoissance
Nauoient que les auois trahis
Dont moult se trouuerent esbahys
1305 Quant leurs ennemis sur eulx virent
Desquelz ilz estoient tant hays
Que de leurs glaiues les occirent

    ¶ Car de vray leurs ennemys bien cent mille
Estoient a qui ie les auoye vendus
1310 Et ilz nestoient de francoys que vingt mille
Qui furent la tous occis perdus
Les vngs en eulx enfuyans esperdus
Et les autres au front de la bataille
Qui maintz fiers coups tant destoc que de taille
1315 Sur sarrazins donnerent en cestuy estour
Mais deffense ne leur valut pas maille
Car des vingt mille que vng nen fist retour

    ¶ Et mesmement a rolant le tres vaillant
Sur qui iauoye tousiours eu grant enuie
1320 Et pour luy nuyre tant este trauaillant
En ce lieu la luy fis perdre la vie
Et au bon conte plain de cheualerie
Quon appelloit olliuier dont dommage
Brassay tresgrant & aussy grant oultrage
1325 Pour le royaulme de france a celle foys
Mais apres ce ne leuz pas dauantage
Espargner traistre on ne doit nulle foys

    ¶ Car quant fuz vers charlemaigne accuse
Il ordonna que ie men combatroye
1330 En champ mortel sans point estre excuse
Ou que mourrois lequel que mieulx vouldroie
pour quoy saichant quau dessus ne viendroye
De la bataille tantost me mys en fuyte
Mais accident fit apres moy telle suyte
1335 Quil me liura es mains de mes ennemys
Qui cruellement par sa aspre poursuyte
Me mirent a mort deuant tous mes amys.

    ¶ Quant ie vy que accident tant contraire
Me fut alors ie confessay le cas
1340 Pour quoy de moy on ordonna de faire
Ainsi comme apartenoit au cas
La ne trouuay pour moy nulz aduocas
Qui excusassent mon tort aucunement
Pour quoy tantost lye fuz estroictement
1345 A la queue de qu[a]tre grans cheuaulx
Qui en quartiers me mirent erramment
Par accident receuz ie tous ces maulx

    ¶ Pour quoy pecheurs tous remplis dauarice
Qui fut la cause pour quoy trahyson fis
1350 Ne cuydez point que se tel malefice
Vous perpetrez comme iadis ie fis
Aux pers de france vers qui tant ie meffis
Que vous puissez pour fouyr eschapper
De accident se il vous veult happer
1355 Se le cuydez/ cest tresgrande follie
Car il scait mieulx que nul trompeur tromper
Ne trompez nul quen ses las ne vous lye

    ¶ Lacteur

SOubdain apres la complainte finee
De celluy traistre ganelon reprochable
1360 Dont ie vous ay compte la destinee
De rechief vy vision miserable
Non gueres moins que lautre espouentable
Cestoit de maladie la pasle qui menoit
a ceste dance et malement demenoit
1365 Une grant route de ceulx quau temps passe
En grant langueur fait mourir elle auoit
Et qui auoient entre ses mains passe

    ¶ Et a ceste maladie que dy
Bailloit des gens sans nombre accident
1370 De toutes aages ainsi comme ie vy
Que en ces lictz elle faisoit adent
Gerir tout platz comme il est euident
En vng histoire que cy apres verres,
Ou maintz grans maulx comme dire lorres
1375 Elle faisoit a plusieurs endurer
Et par ses ditz bien entendre pourres
Que lhomme humain tousiours ne peut durer

Sygdom

    ¶ Maladie.

    MAladie suis qui accident
tous humains liure quasi auant qua mort
1380 Desquelz ie fais quant me va commandant
Sa voulente soit de boyteux ou tort
Et ne me chault qui ait ou droit ou tort
Car de dieu ie suis a ce permise
Pour flageller les bons a sa deuise
1385 Aucuneffois en ceste vie mortelle
Et pour pugnir mauluais qui a sa guise
Ne se gouuernent dinfirmite cruelle

    ¶ Car dieu aux bons aucuneffois menuoye
Pour les pugnir de leurs petis pechez
1390 Lesquelz souuent plus asprement guerroye
Que grans pecheurs denormes entachez
Car tant les ayme quil les veult non tachez
A soy tirer de ce val miserable
Pour leur donner la gloire pardurable
1395 Exemple auez de ce dedans la vie
Sainct gregoire cela est veritable
Lequel saint viuant ie nespargnay mie

    ¶ Mais touteffois soient bons ou mauuais
Tous ceulx tourmente que accident me baille
1400 Soient de paris ou de beauuais
Il ne me chault de ce pas dune maille
Car maladie ie suis qui a tous taille
a lung du froit & a laultre du chault
Par forte fieure: ou par raige de hault
1405 Mal que sentir fais a lung plus qua lautre
Maladie suis qui a tous liure assault
Nespargnant nul soit femme/ homme ou aultre

    Maladie suis qui dedans corps humains
Pour les exces quilz font souuent me boute
1410 Tant en leurs piedz comme dedans leurs mains
En guise de mal & aspre gouste
Maladie suis qui estains la veue toute
par grande raige dune douleur de teste
Maladie suis qui toutes gens tempeste
1415 Lung dune hanche et laultre dung coste
Lung dung talon qui est loing de la teste
Et lautre des rains par moy est tormente

    ¶ Maladie suis qui par peur entre es gens
Tant es grans personnes que es petites
1420 Maladie suis qui mains hommes indigens
Ay fait par mes oultraigeuses poursuites
Maladie suis qui ay maintz iambes cuytes
Par feu quon dit estre de sainct anthoyne
Maladie suis qui foys par medecine
1425 Aucuneffois mettre les gens si bas
Ou les faisant seigner de quelque vaine
Que daccident passent le mortel pas

    ¶ Maladie suis nommee par noms diuers
Car lung mappelle fieure et lautre poison
1430 Lautre chault mal: furieux et diuers
Lung me dit grauelle et lautre trembloison
Lung estre quaterre & laultre trenchoison
Lung pleurerie et lautre rompure
lung feu sacre et lautre enfleure
1435 lung goute et lautre passion colique
lung ladrerie et lautre greueure
Lautre mappelle maladie lunatique

    ¶ Lautre me nomme charbon ou malle bosse
Lung rougeole et lautre iaunisse
1440 Lung apostume ou cloud qui grande fosse
Font en la chair quant par la superfice
Des humeurs del il fault quaucun deux ysse
Et en ce point plusieurs me nomment
Et pour les miens fais me surnomment
1445 Mais touteffois maladie ie suis dicte
Deulx tousiours quelque non quilz me donnent
Raison si veult que ainsi soy dicte

    ¶ Aultres mappellent de naples rongne
Ou galle qui est vng mal diuers
1450 Par lequel ie grief et fais hongne
A maintes gens tant sont peruers
Et les fais dedans mes lictz enuers
Gesir rongneux et tout plain de gratelle
Ou ilz seuffrent vne peine mortelle
1455 Selon ce que accident me les liure
Qui peu de temps apres de ma tutelle
les oste et a la mort les liure

    ¶ Et par ces maulx que iay si nommez
souuenteffois le plus des viuans ie tormente
1460 Tant soyent bruians ou bien renommez
Plus lung que lautre de matiere excellante
Point ie ne tiens: mais quen mortelle sente
Fault quilz cheminent tant poure que le riche
soit vertueux ou auaricieux chiche
1465 Tout mest vng: car point ie ne menquiers
Qui est celluy ou accident me fiche
Mais ses desirs iacomplis voulentiers

    ¶ Accident aussi dedans mes lictz de telz
En met que guerroye vng petit
1470 Pour acongnoistre leur donner que mortelz
Ilz sont/ puis leur donne vng respit
Aucuneffois dont il a despit
Quant il voit que pis font que deuant
parquoy de rechief tant greuant
1475 les va qui les baille a la mort
Et ainsi de plusieurs souuent
Fait qui meurent soubdain sans confort

    ¶ Et quant il veult ie les tiens en langueur
Plus les vngs que les aultres et regente
1480 par mal cruel qui leur fait tel rigueur
Que mors estre vouldroient ie men vante
Car leur douleur de iour en iour iaugmente
et fais croistre sans querbe ne racine
Leur puisse ayder naucune medecine
1485 et en ce point les gouuerne & tiens
Jusques a ce que mort se determine
De leur finer la douleur ou les tiens

    ¶ Et mesmement ceulx qui cuident fuyr
les accidens de mort pour changer lieu
1490 Souuenteffois affin que reconsuyr
soient daccident les arreste au meillieu
De leur chemin en quelque hostel dieu
Gesir les fais iusques a tant quil viengne
Lequel les prent ou il veult et empoigne
1495 Et les baille a la mort belle ou laide
Pource a chascun de vous viuans souuiengne
Que pour loing fuyr contre mort naures ayde

    ¶ Mais des bourgoys et cytoiens de ville
Telz arrestz fais le plus communement
1500 Qui pour vng peu de peste dont leur ville
Et assaillie cuident aucunement
Pour la laisser faire resistement
Encontre moy et contre accident
pour par les champs fuyr vers occident
1505 Ou orient la ou ie les assaulx
A telle heure quilz ne sen vont gardant
Puis mort les prent come les siens vassaulx

    ¶ Pour quoy vous donc a qui accident maine
Guerre en ce monde qui est plain de misere
1510 Ne soyez plus serfz a peche qui maine
Voz corps et ames en enfer ont lumiere
Deffault du tout: et ou angoisse austere
Sans fin on a/ mais sa dieu aggreable
Vous voulez estre et la vie pardurable
1515 Auoir apres le deces de voz iours
Misericors soyez et pytoyable
Car aux piteux dieu pardonne tousiours

    ¶ Et si celluy qui est misericors
Jamais tant comme au monde il sera
1520 Sil de son pain pour substanter les corps
Des poures donne point disette naura
Et au contraire celluy qui mussera
son forment durant le temps de famine
Comme les prouerbes le determine
1525 Mauldit sera entre les populaires
si que ses biens en viendront en ruine
Dons fais pour dieu sont tousiours salutaires

    Et notes bien que cest aux gens debilles
Et aux indigens a qui tu dois donner
1530 et non aux riches comme es euangilles
De sainct luc lire le peux se adonner
Ty veulx qui dit. que quant vouldras ardonner
Aulcun conui que les poures tu appelle
Et non les riches/ mais que tu les repelle
1535 Car pour aux poures donner et secourir
Souuenteffois dieu les pecheurs rappelle
Et deternelle mort les garde de mourir

    ¶ Et si vous dy quau iour du iugement
Sur les mesericors leurs dons apparoistront
1540 Lesquelz pour dieu trescharitablement
Durant leurs vie donnez aux poures auront
Et toutes choses manifestes leur seront
Comme parolles en vng liure escript
Et si seront par le tresbon iesuchrist
1545 Logez es cieulx dedans son paradis
Auaricieulx retenez cest escript
Rien nemporterez Et a tant plus nen dis

    ¶ Lacteur.

Quant maladie eut acheue
Ces parolles dessus escriptes
1550 lesquelles point nay controuue
Aulcuns estans soubz ses conduites
Qui par infirmitez mauldictes
Fait mourir el auoit languissans
Si commencerent en fremissans
1555 A eulx complaindre/ mais ie ne peuz
Estre yceulx en riens congnoissans
Pour accident que ie rapperceuz

    ¶ Non tant seulement ne peuz ie pas entendre
leurs complaintes/ car celluy accident
1560 Incontinent la parolle alla prendre
Ou ientendis pourtant que resident
Plus pres de moy estoit et euident
Que les aultres dont vous fais mencion
lequel disoit ce dont rescription
1565 Faicte ie ay apres ceste hystoire
Ou on peult lire la malediction
Quil dit quaux riches fait de sa chassoire

Zimri

     ¶ Accident

AUx possesseurs de mondaines richesses
Ne souuient point de moy que a la foys
1570 Et point ne pensent comment ie ioue finesses
a toutes gens soient princes ou roys
Tout vng leur est sen vont chasser au boys
Autres samusent a compter leurs ducatz
Et ne leur chault: mais quilz facent leur cas
1575 Puis sur iceulx sendorment en tel maniere
Que ie les assaulx quant ilz ny pensent pas
En leur ostant leurs biens de ma chassouere

    ¶ Pour la perte desquelz biens ie les liure
Par le courroux quilz en prennent a la mort
1580 Et la memoire sicomme homme yure
Aucuns en perdent si que par desconfort
Eulx mesmes pource quilz ayment trop fort
Iceulx biens se pendent ou se noyent
Quant en ce point desnuez ilz sen voyent
1585 Cest le guerdon quilz ont de tant aymer
Biens mondains qui tout droit les conuient
Au feu denfer ou est torment amer

    ¶ Par tel moyen foys a plusieurs assault
Souuenteffois quilz ne sen doubtent point
1590 En les fouetant ainsi comme en sursault
Ne me chault se ilz sont laitz ou coint
Puis apres quant se treuuent en tel point
Fors qua leur mal ilz ne peuent penser
Et oultre plus ne scauent eulx confesser
1595 Ne de leurs faultes crier a dieu mercy
Mais regret ont a leurs biens que laisser
Il leur conuient en ce monde icy.

    ¶ A zambrias que meine a ceste dance
Qui roy des iuifz fut durant son viuant
1600 Pouez ouyr dire comme par desesperance
Pour ses richesses sala occiant
Et se brusla tout a son essient
Pourtant que vng coup de mon fouet
Je luy donnay non mye souef
1605 Quant estre il cuyda plus asseur
Et si luy brassay vng tel brouet
Que de riens ne ne fut possesseur.

    ¶ zambrias roy des iuifz

¶ zambrias suis qui des israelites
Sur dix lignes ie fuz roy en mon temps
1610 Et qui iadis posseday des mauldictes
Richesses tant que riens nallay doubtans
En esperance que par elles long temps
Viu[e]rois sans nulle aduersite
Mais accident par controuersite
1615 Si me les osta dont ie perdis le sens
Quant dessaisy me viz dauctorite
Pour riche estre on fait des maulx cinq cens

    ¶ Car apres que occis et tue ieuz
Le roy helon et vaincu sa bataille
1620 Tout le plus tost que faire ie le peus
Son royaulme et palais prins sans faille
sans plus doubter nulluy pas dune maille
Mais en ce palais si me vint assier
Vng iuif nomme amarin pour venger
1625 La mort du roy helon que auoie occis
Ou tous mes gens pour le compte abreger
Mabandonnerent dont fuz tristes & pensifz

¶ Et par ainsi tous les biens terriens
Que possedois ie perdis a celle heure
1630 Et au deuant aduis mestoit que riens
Ne meust peu faire aucune greueure
Lors quant ie vis que accident courir seure
Me vint ainsi questoie habandonne
Sans que de aucun me feust secours donne
1635 Et que perdois mon royaulme & cheuance
A desesperance fuz tellement adonne
Que pource mourir me feiz a doleance

    ¶ Car au millieu de mon palais royal
Je assemblay vng grant monceau de bois
1640 Et par despoir pource que nul loyal
De tous mes hommes vng tout seul ne trouuois
Le feu tantost ie mis dedans celluy boys
Auquel apres ce quil fust enflambe
Je me iectay dedans si perturbe
1645 Que nauois sens ne raison nulle en moy
Et par ainsi fus ars & sucumbe
Temporelz biens me mirent en tel esmoy

    ¶ Pour quoy riches qui tellement aymez
Vaines richesses que dieu en oubliance
1650 Vous en mettez et quant le reclamez
Pour ceste cause ne vous fait nulle aidance
Que vng iour viendrez dancer a ceste dance
Et si des biens temporelz que auez
Compte en rendrez tout ce scauoir deuez
1655 Comment acquis les auez loyaulment
Mauuais rentiers qui de rentes viuez
Compte en rendrez au iour du iugement

    ¶ Point nenquerez dont procedent ces rentes
Tout vng vous est voz peres si lont acquis
1660 par tricheries ou voyes fraudulentes
Riches en estes vestus comme marquis
pensez comment quant dieu de vous requis
Est que il pense/ et comment il escoute
Vostre requeste responce somme toute
1665 Le filz aura ainsi comme le pere
sera enfer/ dieu le riche deboute
sil ne sequeurt a lindigent son frere

    ¶ Toy riche homs qui de lautruy as tant
Rendz le tandis que tu es en sante
1670 Ce temps pendant que te vas esbatant
perdant ton temps en toute oysiuete
Accident vient qui par subtillite
Tempoigne et prent dont en tel effroy entre
Que souuenance tu nayes de lautruy rendre
1675 Et meurs ainsi sans faire satiffacion
Car tu ny peux pour le mal que as entendre
Telz biens si sont cause de ta damnacion

    ¶ Chose commune si est que bien scauez
Rendre ou pendre ou en enfer descendre
1680 parquoy entre vous qui de lautruy auez
se me croyez deuant quil vous faille rendre
Compte au iuge ou ny a que reprendre
Vous le rendrez. Et vous qui cabassez
Executeurs les biens des trespassez
1685 Tuteurs denfans aussi tout pareillement
Auisez bien se vous acomplissez
A heure deue diceulx le testament

    ¶ Riches vous estes/ mais sans scauoir a dire
Dont la richesse vous vient ne de quel acquest
1690 sinon que cest par marchandise conduyre
Ou que de loffice quauez cest le conquest
point ne pensez se par fraulde ou dol ce est
plus en auez moins de restitucion
Taschez a faire tel vsurpacion
1695 Des biens daultruy vous paissant de telz mes
Quilz vous procurent vostre damnacion
Rendre laultruy mieulx vault tard que iamais

    ¶ Et pource donc en vous admonnestant
La mort de moy vous ay voulu compter
1700 Affin que point ne vous abusez tant
Des biens mondains qui font lhomme assoter
que ne puissez en pacience porter
La perte diceulx saccident vous les oste
pensant quant vinstes au monde nulle cotte
1705 Tant seulement pour vestir vostre corps
Vous naportates/ chascun bien cela note
Riens emporte nont ceulx la qui sont mors

    ¶ Lacteur.

QUant celluy eut a son propos mys fin
Deuant moy remist accidant autre bende
1710 Lesquelz par luy auoient tous prins fin
quelque honneur quilz eussent eu ou prebende
sestoient courcez nul ne le me demande
Car ie vous dy que si grans plains faisoient
que les murs tous si en retentissoient
1715 Ce me sembloit point il ny a dabus
Deux y congneu qui moult se desoloient
Dont le premier estoit neptanebus

    ¶ Lequel neptanebus auoit par alexandre
Este gecte du hault dune grant tour
1720 Lautre estoit de ce bien me remembre
Marcus maulius qui deffendit la tour
Du cappitolle quant francoys leur atour
Auoient fait cuydant prendre icelle
Mais accident seigneur de la sequelle
1725 Telz parolles disoit comme sensuyt
Parlant contre la fiance rebelle
Des orguuilleux que moult souuent il suyt.

Marcus Manlius

    ¶ accident.

    ¶ Aucuns qui par folle arrogance
Exaltez estre veulent de iour en iour
1730 Laisse vng petit faire a leur plaisance
Mais quant mauise quilz ont trop long seiour
Fait possedant grans honneurs/ pour mau iour
Leur donner fais que point ilz ne sen contentent
Et que iceulx de vsurper se dementent
1735 A eulx tous seulz de la chose publicque
Le gouuernement dont souuent se repentent
Quant trebuscher les fois & que les picque

    ¶ Point ie ne cesse des vngs hault esleuer
Et des autres en bas faire descendre
1740 point ne ay darrest/ car tousiours a greuer
aucun ientens ou soit ou grant ou mendre
lorgueil quilz ont souuent me les fait prendre
Et les liurer par diuerse maniere
a mort honteuse cruelle et austere
1745 selon le temps et lieux ou ie les treuue
soit pres de feu/ destangt ou de riuiere
De ma puissance a la leur fais espreuue

    ¶ Maintz en y a icy en ceste dance
Qui par desir dauoir gouuernement
1750 ayant en eulx telle folle fiance
Que par ce viuroient heureusement
Fait noyer iay pour tout leur payement
autres ay fait du hault dune montaigne
Gecter en bas a tous vous en souuiengne
1755 par trop vouloir sur les autres estre maistre
Marcus maulius cy apres le tesmoigne
Mieulx vault souuent estre varlet que maistre

    ¶ Marcus maulius capitolanus.

    ¶ Grans mareschaulx conducteurs de gensdarmes
Vous escheuins & gouuerneurs de villes
1760 Gens orgueilleux qui tenez si grans termes
Diniquite remplis et de meurs villes
Et vous aussi qui desirez des villes
a auoir charge & le gouuernement
prenez exemple a moy qui grandement
1765 Euz des honneurs quant au monde viuoye
Mescoutant dire comment le finement
De ma vie fut pour lorgueil que iauoye

    ¶ Marcus maulius suis qui en mon ieune aage
Par accident qui mestoit fauorable
1770 Je fuz tenu de tous a si vaillant
Que par trois fois loffice honnorable
De consule euz qui fut moult prouffitable
Durant lequel telle prerogatiue
Euz que vsay sans nulle negatiue
1775 De telz enseignes et honneurs que les roys
De romme auoient fait parquoy craintiue
Rendois prouince qui voyoit mes arrois

    ¶ Point nul besoing nest que ie vous racompte
Tous les honneurs que ie euz en ma vye
1780 Car tant en euz que nen puis faire compte
Qui furent cause dont ie perdis la vie
Moyennant lorgueil et faulse enuie
Que euz doccuper pour moy le gouuernement
De la chose publicque qui au detriment
1785 Estoit du senat et dictateurs de romme
Et pource faire dissentions grandement
Fis en la ville et murmurer maint homme

    ¶ Pour laquelle chose ie fuz mis en prison
par le dictateur cornelius cossus
1790 Et en fers enchayne pour ceste desraison
Dont de long temps eschapper ie ne sceuz
Mais accident pour plus me courir sus
par la faueur du peuple et sa requeste
Men fist hors mettre/ puis faisant a ma teste
1795 Et obeyssant a mon cueur orgueilleux
plus que par deuant rumeur et grant tempeste
Brassay en romme qui moult fut perilleux

    ¶ Car incontinent que dehors ie fuz
plus que deuant commencay a poursuyre
1800 Ce qui en fin me rendit tout confus
Ce fut le gouuernement de lempire
Et royaulme de romme/ dont martire
Receuz/ car comme taschois a lusurper
Le senat de tout ce aduerty happer
1805 Me fist tantost/ puis pour le mien peche
Condamne fuz que pour mon corps dissiper
Du roch tropeya ie serois tresbuche

    ¶ Ainsi fut fait: car dicelle grant roche
Tantost apres rudement fuz gecte
1810 En leau du tibre/ orgueil tel reproche
Me donna & yre dautre coste
Car quant ie fuz de la prison oste
Par la grant yre qui mon cueur estraingnit
Pis que deuant faire el me contraignit
1815 En esperance du senat me venger
Et pource nulluy ma mort point ne plaignit
Ire a plusieurs fait la vie abreger

    ¶ Pour quoy vous tous qui des biens & honneurs
Auez assez ayez en suffisance
1820 Sans vouloir estre ne maistre de seigneurs
Sur chascun par vostre oultrecuydance
Nentreprenez pas plus que la puissance
Qui donnee vous est daccord commun
Car encourir par ce pourriez en vng
1825 Accident tel que mourries a douleur
Retenez bien ce prouerbe commun
Qui plus hault monte quil ne doit cest folleur

    ¶ Et pour la cause sil vous vient en couraige
De faire chose qui soit contre droicture
1830 Prenez bien garde au cruel vasselaige
Que auenir peut par telle forfaicture
Orgueil emprendre fait a la creature
Chose souuent dont apres se repent
Deux fois regarde ce ou ta vie pent
1835 Auant quil sorte a bon ou a mal effait
Rien na affaire en ce qui est bien fait.

    ¶ Lacteur.

QUant marcus maulius eut fine
ses parolles il sen alla
Mais accident dont estonne
1840 Fuz/ point auecques luy nalla
Car la se tint & puis parla
Disant comment par meurtriers & larrons
Il fait occire bourgeois & grans barons
Et puis apres les larrons mesmement
1845 pour leurs oultrages & grandes desraisons
Prendre il fait & mourir a tourment

    ¶ Mais ainsi que accident parloit
Vne grande route passa
De danceurs qui bellement alloit
1850 Qui mors estoient des pieca
Par meurtriers dela & deca
Qui leur auoient couppe les gorges
Les vngs en boys les autres en forges
Ainsi comme aduiennent itelz cas
1855 Et iceulx larrons et couppe gorges
Suyuoient par grans monceaulx et tas

Cacus

    ¶ Accident.

DAutres si sont a qui pour leurs richesses
En trauersant quelque forest ou boys
Fais par brigans faire grandes opresses
1860 Qui tout leur ostent voire & mainteffois
La vie mesme par leurs cruelz explois
Leur couppant la gorge/ et mesmement
Font ces larrons et tout pareillement
A poures hommes cuydant que argent ayent
1865 Plusieurs mourir en font a grant tourment
Mais en fin dieu et iustice les payent

    ¶ Car bien souuent apres quilz ont occis
aucun bourgois/ poure homme ou marchans
Le cas reuelle et de grant peur farcis
1870 Les arreste dedans villes ou en champs
Puis comme on doit telz meurtriers & meschans
De par iustice les fais au gibet pendre
Cest le guerdon que ie a tous leur fais rendre
Ou dautre mort mourir/ dire lorrez
1875 au larron cacus se le voulez entendre
Se bien vous faictes bien vous en trouuerez

    ¶ Cacus meurtrier et larron

¶ Cacus ie suis qui au mont aduentin
Dedans vng boys estant moult pres de romme
si ay iadis tant au soir quau matin
1880 Pille robe & occis maint fort homme
si que par la nosoit nulluy en somme
Passer de peur que a mort ne fust mys
Car de chascun ie estois ennemys
Et quant aucun si cheoit en mes mains
1885 Ou en celles de mes gens et commis
Robe estoit/ mais ce estoit du mains

    ¶ Mais vne fois oultre les autres aduint
Que hercules ce cheualier vaillant
Par la montaigne de auentin sen vint
1890 Ou me logois quant iour estoit faillant
Luy la venu sa gent qui trauaillant
Auoit este par moult longue espace
Il ordonna pour tant quil estoit lasse
Soy refreschir et prendre vng peu repos
1895 Pres ce mont la en la forest plus basse
Ce qui pour moy vint bien mal a propos

    ¶ Car com il eust vaincu le roy despaigne
Nomme giron et amenoit grant proye
De beufz lesquelz il fist en la montaigne
1900 Pasturer pres le lieu ou iestoye
Moy qui tousiours delecte si mestoye
A desrober tant le vaillant que nice
Quant loysir euz et aussi temps propice
Je saillis dehors et diceulx beufz rauis
1905 Trois des plus beaulx au mien grant preiudice
Meurtre et larcin se celle moult enuis

    ¶ Mais iceulx beufz a recullont le pas
Je menay iusques dedans la terraine
Ou me tenois affin que point aux pas
1910 On ne congneust ma cautelle peu fine
Mais accident qui les viuans domine
Lendemain fist que hercules sapperceut
Que desrobe on lauoit et si congneut
Que de ces beufz les plus beaulx deffailloient
1915 Lors comme saige quil estoit me deceut
Par le hault cry de ces beufz qui vrloient

    ¶ Car apres ce que deulx le mugissement
Il eut ouy il monta la montaigne
Et s[a]pperceut le lieu soubdainement
1920 Ou me tenois & toute ma compaignie
Lors luy qui pieca mauoit fait hargne
Fist assembler du boys sur le pertuys
Par ou voyons la clarte et a lhuys
Vng grant monceau puis mist le feu dedans
1925 Et la fusmes estouffez et brouys
Larrecin me fut ce beau guerdon rendans

    ¶ Vela comment accident me pugnit
Et aussi tous ceulx la de ma bende
Sans que en riens il nous espargnit
1930 Nous faisant souffrir douleur tresgrande
Vous larrons estes en sa commande
Comme estions moy et les miens
Aussi vous nen rabaterez riens
Que noyer ne vous face ou pendre
1935 Se ne vous abstenez des biens
Dautruy desrober: rauir et prendre

    ¶ Et toy meurtrier/ brigant de bois
Cuyde tu sa main euader
Certes point doubter tu ne dois
1940 Que te puisse de luy garder
Vueilles vng petit regarder
Les parolles que iesuchrist
Luy propre a saint pierre dist
Cest qui de glaiue feriroit
1945 Puny seroit sans contredit
Et par glaiue en fin periroit

    ¶ Par telz parolles peuz veoir euidamment
Toy homme yreux/ brigant et homicide
Que se namende ta vie meschamment
1950 Mourras en fin. car accident qui preside
Sur tous les viuans en les tenant soubz bride
Fera de toy comme appartient de faire
Et pource donc auant que vng tel douaire
Te soit donne de luy aucunement
1955 Ton peche laisse et penitence faire
Vueilles affin dacquerir sauuement

    ¶ Lacteur

APres iceulx meurtriers si marchoient
Maintes autres grans compaignees de gens
Lesquelz ainsi que les autres dancoient
1960 Vestuz comme les nobles et gentilz gens
Les vngs diceulx auoient este regens
Et gouuerneurs de puissans rois & princes
Mais accident les auoit fais bien minces
En leur ostant tous honneurs & puissances
1965 Quauoir souloient sur villes et prouinces
Pource quau peuple faisoient greuances

    ¶ Car de iceulx les vngs auoit fait pendre
Les autres bannir et autres decoller
Deux personnes la congneu que descendre
1970 Il auoit fait et bien bas deualler
Par sa cautelle et si fort raualler
Que ilz auoient tous deux este pendus
Et tous leurs biens confisquez et perdus
Lung si estoit aman qui gouuerneur
1975 auoit este du puissant roy assuerus
Qui fait faire luy auoit trop dhonneur

    ¶ Lautre estoit maistre oliuier le dain
Qui fut barbier du noble roy de france
Nomme louys vnziesme qui tout soubdain
1980 apres la mort de son maistre ou fiance
Folle il auoit pendu fut pour loffense
Et oultrages que il auoit commis
Mais accident qui ceulx auoit demis
De leurs offices disoit a haulte voix
1985 Ce que iay cy apres en escript mis
Dessoubz lhistoire ainsi comme deuois

Haman

    ¶ accident

Maistres dostelz & gouuerneurs de roys
qui faictes plus que lon ne vous commande
Vous qui tenez pareilz et telz arroys
1990 quont fait ceulx qui cy sont en ceste bende
par la fiance que vous auez trop grande
au roy ou prince lequel vous gouuernez
Qui tout acorde ce que vous ordonnez
Et pource faictes mainte grefue laidure
1995 au poure peuple sur qui vous dominez
Ne cuydez point que tousiours ce iendure

    ¶ Car ie feray de vous comme iadis
Jay fait daman gouuerneur dassuere
Et de maintz aultres dont rien ne dis
2000 Que prendre ay fait pour la misere
Quendurer ilz ont fait tresaustere
au peuple au desceu de leur maistre
Veoir les pouez icy en cest estre
Ou ilz dancent tous rechignez
2005 Ce dis pour vous faire acongnoistre
Quel salaire vous y gaignez

    ¶ Il vous souuiengne comme maistre oliuier
Le dain ie fis estrangler dung fort cheuestre
Qui du roy louys vnziesme fut ba[r]bier
2010 Et mont faulcon fis son cymetiere estre
Du connestable aussi qui fut grant maistre
Vous souuiengne lequel fis decoller
Dedans paris en greue/ plus parler
De ce ne vueil mais ie vous admonneste
2015 que se faictes le peuple ainsi fouller
La main mettray sur vostre col ou teste

    ¶ Nul prince nest qui sceust aulcun garder
Encontre moy se ie le ay en hayne
Ne qui peust faire seulement retarder
2020 que a malle mort tout soubdain ne le maine
Le prince mesme aucuneffois amaine
Jusques a ce que pour ladueu quil donne
a son sergent a peril sabandonne
Et a maintz roys par telz cas ay fait perdre
2025 Leur seigneurie: royaulme et couronne
Faulte dauis fait souuent maintz gens perdre

    ¶ aman

JE suis aman le maleureux meschant
a qui iadis le grant roy assuere
Dauctorite donna tant quempeschant
2030 Me fut et cause de mort amere
Et pource ne fault que me ingere
De racompter trestous les grans honneurs
Quil me faisois deuant aultres seigneurs
Car il commanda que tout chascun ployast
2035 Par deuant moy le genouil/ tant teneurs
Doffices quautres & que on madorast

    ¶ Pour lequel commandement chascun menclinoit
Fors que vng iuif mardocheus nomme
Dont si tresgrant desdain au cueur me suruenoit
2040 Quil me sembloit quen estoie diffame
Et pource la au roy dessus nomme
Je men allay et fis tant que vne lettre
Par trahison faulce obtins que transmettre
Et porter fis a tous iuges et baillifz
2045 Leur commandant que vng iour dit mettre
Ilz fissent a mort toutes iuifues et iufz.

    ¶ Et en esperance de me venger
Dudit mardochee vng gibet ie fis faire
En la cite de suses sans targer
2050 Pour ycelluy iuste mardochee y faire
Mourir et pendre/ mais aultrement laffaire
Alla/ car ie y fus moy mesmes mis
Auec plusieurs de mes plus grans amys
Par ac[c]ident qui souuent excecute
2055 Et fait la vengeance des ennemys
Des hommes qui dieu aiment et sont iuste

    ¶ Car mardochee fut tant exalte
Pour vng plaisir quil auoit au roy fait
Cest assauoir quil lauoit respite
2060 Destre occis que il voulut de fait
Que plus dhonneur a luy qua moy fust fait
Et que vestu il fust dhabis royaulx
Et moy estant traistre et desloyaulx
Fusse pendu au gibet que fait faire
2065 Auoir pour luy/ pour les griefz et trauaulx
Quauoies aux iuifz & iuifues cuyde faire

    ¶ Et en ce point moy qui cuydoie estre
Tant que viuroie en tel honneur tenu
Dessus chascun le souuerain et maistre
2070 pourtant questois du roy le tresbien venu
Fus comme ou liure dester est contenu
pendu et mors tous ceulx de mon lignaige
pour quoy ie dis que point seur heritaige
Nest de auoir la grace de vng prince
2075 Car souuent fault a petit dauantaige
par accident qui vngs et aultres pince

    ¶ Et pource dis encores apres le saige
Que honneurs mondains sont souuent chier tenuz
Et tant quilz font de raison perdre lusaige
2080 Mais a la fin on nen emporte nulz
pource vous qui estes si chier tenuz
Et fort aymes des princes et seigneurs
Ne greuez point aultres de vous mineurs
Mais a chascun faictes comme voulez
2085 Quon vous face & par ainsi honneurs
Vous acquerrez/ mais que nulz ne foulez

    ¶ Faictes iustice de vous mesmes a chascun
Sans vous fier en prince ne filz dhomme
Car accident si nespargne homme aulcun
2090 Et eust il autant dor et dargent comme
Eust onc mydas ou daire qui grant somme
En eurent/ et se ainsi vous le faictes
Viue qui pourra/ car amy a tous estes
Se vng prince meurt vng aultre si viendra
2095 Qui de raison transcedera les mettes
Au iour du iugement compte il en rendra

Aleksander den Store

    ¶ Lacteur.

CEulx passez dautres vindrent en place
Qui estoient richement parez
Mais moult faisoient laide grimace
2100 Car tous estoient deffigurez
De grant auctorite decorez
Auoient ceulx este en leur viuant
Mais accident qui sen vint au deuant
Deulx commenca a dire a hault cry
2105 Les parolles cy apres ensuyuant
Que iay au long comme disoit escript

    ¶ Accident

NUl viuant nest au monde tant puissant
Qui peust a moy ne a la mort resister
Car aucuns fais a douleur languissant
2110 Mourir & aultres soubdain sans respiter
Et sans me chaloir qui face despiter
Aussi tost grefue vng roy ou empereur
Qung poure homme marchant ou laboureur
Point nay regart a lhonneur et richesse
2115 Na la vaillance noblesse ne haulteur
Que a celluy vers lequel ie madresse

    ¶ Par poison maintz ie foys a la mort rendre
Et dempereurs et roys principalement
Tellement quilz ne sen peuent deffendre
2120 Et les conuient mourir subitement
Tresgros et enfles par lempoisonnement
Que ie fais mettre en leur vin ou viande
Ou en espices dragees et coriande
Et par aultres moyens que ie ne vueil pas dire
2125 Sans les espargner pour leur maieste grande
alexandre le grant pour tesmoing doit suffire

    ¶ Alexandre grant.

ALexandre le grant de macedoine
Je suis qui iadis par ardeur de conquerre
Dont en fin me vint mauluaise essoine
2130 Laissay en garde a vng homme ma terre
Et royaulme de macedoine/ puis guerre
Men allay faire a toutes nacions
Lesquelles ie mis en mes subiections
Et tant fis que roy ie fus de tout le monde
2135 Non longuement/ car sans perturbations
Ne peult nul viure en hault estat au monde

    ¶ Mais quant celluy a qui le gouuernement
Laisse auoies de ma terre et pays
Congneut et sceut que sans nul empeschement
2140 Je retournoie vainqueur de tout pays
Comme faulx traistre quil estoit esbahys
Et trop paureux que ie ne luy ostasse
Mondit royaulme et que le deposasse
Du gouuernement pensa trahison telle
2145 affin quen macedoine ne retournasse
Ce fut a mort me mettre par eaue mortelle

Car au pais de macedoine auoit
Vne fontaine moult belle et moult clere
Mais qui de leaue dicelle si buuoit
2150 Tantost il mouroit tant estoit pestifere
Celluy traistre si emplit vne esguyere
Dicelle eaue ou vng flacon dargent
Que il enuoya a aulcun de ma gent
Qui son filz fut en luy mandant par lettre
2155 Que dic[e]lle eaue sans estre negligent
Dedans mon vin voulsist a foison mettre

    ¶ Celluy son filz estoit mon eschancon
Qui fist ainsi que son pere luy manda
Car quant il vit que il en fut saison
2160 En vne esguyere de voirre vuyda
Icelle eaue que bonne on cuyda
Car en lesguyere elle sembloit si belle
Que homme nul ne leust point creue mortelle
Si en bouta ycelluy en mon vin
2165 Dont tant ie beuz que par le venin dicelle
Deux heures apres ma vie print fin

    ¶ Ainsi par ceulx en qui plus me/ fioie
empoisonne deaue fuz traisteusement
Lesquelz moult bien recompenser cuidoye
2170 De leur seruice/ mais cautelleusement
Prindrent eulx mesmes a leur gre paiement
Vil et cruel/ car pour royaulme auoir
Furent contens de mort gisant me veoir
et de moccire qui estoie leur maistre
2175 Parquoy ie fais a tous princes assauoir
Quen dieu seulement leur fiance doit estre

    ¶ Car accident aussi tost prent vng roy
Qung aultre homme cela est apparant
par moy qui fus de tout le monde roy
2180 et contre luy ie ne peuz trouuer garant
Qui me croira ne se voise esgarant
Cest a entendre que chascun cong[n]oisse
Que mortel est et que souffrir langoisse
Luy fault de mort aussy bien qung poure homme
2185 Qui tous corps rompt adnichille et froisse
Non tous dune sorte/ mais par maulx tresdifforme

    ¶ Selon les maulx quon fait et cruaultez
Nostre seigneur dieu accident enuoye
par qui moult dhumains sont tormentez
2190 plus lung que laultre et par diuerse voye
Comme le larron au gibet il enuoye
et lhereticque il fault ardre et brusler
et vers le prince tyrant le peuple rebeller
Lequel loccist ou en fin lempoisonne
2195 et en ce point toutes gens a brief parler
Selon leurs vices accident guerdonne

    ¶ Et pour la cause chascun doit mettre peine
Ce temps pendant que il vit de bien faire
Considerant que lheure est incertaine
2200 A tous quant mort si les viendra deffaire
Et que chascun si aura tel salaire
Comme il aura par ses faitz merite
Cest que le bon sera bien herite
Et le mauluais en vng feu sera mis
2205 Ainsi qung arbre plain de sterilite
Qui riens ne vault qua estre au feu mis.

    ¶ Lacteur

APres que alexandre eut ainsi
Parle il ensuyuit les autres
Qui le precedoient/ et aussy
2210 Firent ses compaignons/ puis dautres
Vindrent qui pas des patenostres
Nauoient tousiours en leurs mains tenuz
Mais au contraire sachees descus
De nobles/ de rides et ducas
2215 Dont comptes auoient rendus si nuz
Que mors ilz estoient pour telz cas

    ¶ Ces accidentez dont ie parle
Auoient este tresoriers
Mais rendicion si tresmalle
2220 Auoient faicte des deniers
De leurs maistres que cheuz es dangiers
Ilz estoient daccident qui happe
Cardinaulx roys empereurs et pape
Lequel accident si commenca a dire
2225 Comment officiers il attrappe
Quant par larrecin font chose a redire.

Bétisac

    ¶ Accident.

DE ces receueurs et grans tresoriers
qui de largent des princes ont maniment
a la mort maine par mains diuers sentiers
2230 Pour les larcins quilz font publicquement
Dudit argent quilz despendent follement
Si que quant il leur fault rendre compte
De quatre ou cinq ans leur larrecin monte
a bien trois cens mille aucuneffois
2235 Quilz ne peuent rendre dont a honte
Trencher le chief leur fais mainteffois

    ¶ Ou tout du moins bannir les fais & perdre
Les biens quilz ont en leur viuant acquis
Quant il me plaist a yceulx me aherde
2240 Sans que ayder leur puist amy acquis
Naulcun aultre estant diceulx requis
Et tout ainsi vsuriers mesme abas
Ausquelz/ guerroyer prens plaisir et esbas
Pourtant quilz laissent leurs deniers trop enuis
2245 Que amasse ont par rapines et cabas
A betisac faire en orrez deuis.

    ¶ Betisac tresorier du duc de berry

BEtisac suis qui du duc de berry
Fuz tresorier durant quau monde fuz
Dont en la fin me trouuay fort marry
2250 quant accident soubdain me rendit confus
Car par son vueil du peuple assailly fus
Lequel voulut que compte ie rendisse
Depuis le temps quauoie eu loffice
De tresorier et ou mis les deniers
2255 Auois/ pour quoy entre mains de iustice
Fus mis ou ie demouray prisonniers

    ¶ Et apres que selon mes rooles compte
Jeuz rendu de plus de deux cens mille
a retour fuz dont on me dit grant honte
2260 Minterroguant ou iauois tant de mille
Mys et boutez qui moult fort difficille
Meust este a dire/ & pour tel somme
Que ie disoie auoir baillee comme
Les aultres deniers pour monseigneur le duc
2265 Fus en prison sans compaignie dhomme
De rechif mis oultre le gre dudit duc

    ¶ En la prison estroicte ou ie fuz mys
Tous les iours dire me venoient que mourrois
Aucuns faulx traistres que cuydois mes amys
2270 Et que eschaper nullement ie ne pourroys
sans mort dont la dedens a tout par moy plourois
Et vne foys pour vray acertener
Me vindrent que on malloit condamner
Dont ilz mentoient. et pource leur requis
2275 Quil leur pleust sur ce conseil me donner
Ce quilz firent/ par qui la mort acquis

    ¶ Car iceulx traistres de grant paour quilz auoient
Que ie neschappasse mallerent conseiller
Que deisses a ceulx qui querir me viendroient
2280 Que heriticque estois affin que aller
Ma grace querre on peust tandis que bailler
A leuesque me feroit la iustice
Lequel conseil cuydant quil fust propice
Pour moy/ ie dis qhereticque estoye
2285 Et mencoulpe de pire mallefice
Que celluy dont accuse ie estoye.

    ¶ La iustice manda ce a leuesque
Qui linquisiteur enuoya es prisons
Ou ie estoye qui me trouua tel que
2290 Dit est hereticque en plusieurs raisons
pourquoy leuesque ouys tous mes blasons
A la iustice des lheure si me liura
Qui par sentence pour ardre me deliura
au bourreau dont monseigneur de berry
2295 qui tresgrandement pour me deffendre ouura
En fut dolent moult triste et moult marry

    ¶ Et quant ie vy que la besongne alla
En tel sorte ie dis que hereticque
pas ie nestoie et que dire cela
2300 On mauoit fait/ mais icelle replicque
Si ne me valut pas vne nicque
Car brusle fus et tout reduyt en cendre
et en ce point me voult accident rendre
Le mal que fait auois au populaire
2305 sur lequel plus grant tribut faisois prendre
que encharge il ne mestoit de faire

    ¶ Pourquoy vous tous qui telle office auez
Comme ie euz prenez doncques a moy exemple
Car se autre chose faictes que ne deuez
2310 estre a autruy vous la pourrez tresample
et chascun de vous a part soy si contemple
Comment lan mil cinq cens et cinq a paris
Maintz tresoriers par accident marris
si furent fais pour leurs faultes trop grandes
2315 et desnuez de tous biens et taris
par leurs larcins/ garde quainsi noffendes.

    ¶ Et vous aussi vsuriers rapineurs
Qui nuyt et iour estes en si grant paines
pour voz deniers dont tant estes amateurs
2320 Que ne scauriez seulement de matines
Dire deux vers que voz pensees villaines
Ne soient tousiours a voz deniers fichees
Se tant ne faictes quilz en soient deffrichees
Mal vous viendra ie le dis sans tencer
2325 Comme a maintz autres dont les ames trebuschees
Sont en enfer ou ardent sans cesser.

    ¶ Iceulx deniers ydolatres vous rendent
Et plus en eulx fiance auez quen dieu
Cuydant que iceulx au besoing vous deffendent
2330 De tous perilz mieulx que ne feroit dieu
Dont deceuz estes/ car accident du ieu
Que il scayt iouer vous ioue tellement
Quil vous enuoye quelque perte dont torment
Auez si tresgrant que en mourez de dueil
2335 De mort treslaide resuant horriblement
Huchant les dyables qui de vous font recueil

Gawain

    ¶ Lacteur.

APres que le tresorier betisac
Eust sa raison comme dit est fine
accident qui mains a mis a basac
2340 si amena autre grant compaignee
Daccidentez qui trop habandonnee
auoient leur vie eulx fiant en leur force
pourquoy de luy auoient eu telle estorce
que a sa dance les auoit admenez
2345 Et en blasmant ceulx qui ainsi en leur force
se fient disoit quilz sont gens forcenez.

    ¶ accident

PLusieurs forcenez par leur oultrecuidance
Liure a mort pource que trop se fient
En leur force par si vaine arrogance
2350 que tout chascun et mesme moy deffient
Ne nul peril quilz voient point ne fuient
Mais suyuent noises/ tensons et tous debas
Ou mainteffois par durs coups les rue bas
Dont assener ie les fais dauanture
2355 En quelque endroit vers hault ou bas
Que mort les prent et tourne en pourriture

    ¶ A tous humains la force ne vault maille
Quant il me plaist les viuement assaillir
Depuis quemprens contre aulcuns bataille
2360 Soubdainement ie leur foys les cueurs faillir
Si que debout ilz ne peuent ressaillir
Pour eulx deffendre quant aucun coup leur donne
Ne armeure nest qui contre moy soit bonne
Pour guarentir cheualier ne homme fort
2365 Messire gauuain en exemple vous donne
Qui par se fier en sa force rendis mort

    ¶ Messire gauuain cheualier de la table ronde

GAuuain ie suis nepueu du roy artus
Qui par accident du monde fuz oste
Lequel sur moy esprouua ses vertus
2370 par ma follie et oppiniastrete
Car apres ce que mon frere eust este
Par lancelot du lac occis hastiuement
De sa mort auoir ie vouluz vengement
Dessus lencelot et a luy me combatre
2375 En champ mortel qui fut premier commencement
Dabolir la table ronde et abatre

    ¶ Car me fiant en ma force et puissance
par grant orgueil ledit lancelot appellay
Traistre en disant que par son arrogance
2380 Occis il auoit mon frere et sans delay
Gectay mon gaige puis de rechief lappellay
Traistre encores: a quoy il me respondit
Que ie mentoye: et que a moy bien dit
pas ce nestoit/ car mon frere point congneu
2385 Nauoit alors que la teste luy fendit
En la bataille tant fort estoit esmeu

    ¶ Que vous diroys ie ensemble nous bataillasmes
Mais en la fin vaincu certes ie fus
Et en plusieurs lieux lung lautre nous naurasmes
2390 Mais plus que luy de beaucoup ie le fuz
Si que au champ comme demy mort cheuz
Dont lancelot eut grant dueil en son cueur
Car combatu mauoit a contrecueur
Et oncques puis ne me voult coup donner
2395 Que fuz cheu mais comme piteux vaincqueur
a mon oncle malla rendre et donner

    ¶ Par la fiance quen ma force auoye
Ceste foys la cuyday perdre la vie
Ce que par droit darmes perdre deuoye
2400 Mais accident si ne le voulut mye
Car il pensoit a plus grant villenye
Me faire comme depuis il apparut
pour ce que plus que deuant sus me courut
Et me liura a la mort sa compaigne
2405 Sans que amy nul queusse me secourut
pource que point ny eusse eu de gaigne

    ¶ Car il aduint que mon oncle arthus eut guerre
Contre aulcuns luy estant ennemys
Qui luy vouloient a force oster sa terre
2410 pourquoy vng iour sans mot dire marmys
Comme les autres auec qui ie me mys
Mestant aduis que vaincquerois la bataille
Plus moy tout seul que toute la pietaille
De lost qui la faisoit grant bruyt et hus
2415 Mais accident tant destoc que de taille
Sur moy ferir y fist tant que ien mourus

    ¶ Car les playes que lancelat mauoit faictes
En bataillant me furent renouuellees
Et de beaucoup plus que par deuant ouuertes
2420 Par les les griefz coups que receuz et collees
Dont elles furent si trefforment foullees
Que la douleur quel me firent endurer
Ne peuz sans mourir/ pourquoy trop esperer
Vous qui viuez en force corporelle
2425 Ne vous vueillez mais tousiours considerer
Quaccident point ne dort ne ne sommeille

    ¶ Bien veoir pouez que vostre force ne vault
Pour resister a accident na mort
Vne seule heure silz vous liurent assault
2430 Car nul de vous nest de sanson plus fort
Et nonobstant accident et la mort
Si ont sanson en cendre redige
De tous viuans molester ont conge
De dieu et pource nul ne si glorifie
2435 En sa force quil nen soit laidenge
Daccident qui toutes forces mortiffie

    ¶ Nul ne ait en autre force fiance
Fors en celle qui fait lhomme aller
En paradis cest dame pacience
2440 Qui souffrir fait tous maulx sans grumeler
Par tel vertu de force reculer
On fait les dyables de soy et resiste on
a ses cautelles et par elle sabstient on
De mal faire telle force est saluable
2445 et qui dicelle vse pour son guerdon
En fin il aura la gloire pardurable

    ¶ Lacteur

INcontinent que gauuain fut passe
Oultre en dancant luy & sa compaignee
Par deuant moy qui moult estois lasse
2450 Des visions quauois veu la iourne
si amena vne grande traynee
accident de femmes qui fort plouroient
Lesquelles plus de bruyt deux fois faisoient
Que tous les hommes dont les cas iay comptez
2455 Car icelles tout dune voix disoient
Leurs accidens et grandes aduersitez

    ¶ Et pour la cause du bruyt et noise
Quel faisoient a peine peuz entendre
Daucune la plainte a mon aise
2460 Jusques a tant quaccident qui rendre
Les auoit a la mort fait et prendre
si eut parle & dit tout haultement
Comme la mort & luy hideusement
Font enlaidir toute beaute plaisante
2465 en la faisant flestrir horriblement
La redigant en matiere puante

Dalila & Myrrha

    ¶ Accident

A Ces mignotes femmes tant presieuses
Qui toutes sont fardees comme poupees
et de dol plaines/ deceuant frauduleuses
2470 Je fais flaistrir leur beaulte quant frappees.
Ilz sont de moy qui les rendz tant ridees
Hideuses et pasles & pleines de pueur
Qua tous et toutes qui les voient font fraieur
Et nest si belle que a la mort ne liure
2475 Qui leur fait rendre dangoisse froide sueur
Auant que delles le monde il deliure

    ¶ Et sans auoir regard qui elles sont
Souuenteffois a ma dance les amaine
Les vnes par traisons quelles font
2480 Les autres par ardeur damour villaine
Comme myrra ou la belle helaine
Ou dalida qui le fort sanson dompta
Par ses falaces et les crains luy osta
Dont il perdit sa force totallement
2485 Parquoy depuis la vie luy cousta
A elle mesmes par mon pourchassement

    ¶ Dalida

CE est verite de cela que tu dis
Accident/ car apres que a sanson
Le fort duquel les cheueulx ie tondis
2490 ont eut creue les yeulx en ma maison
Vne iournee quau temple de dagon
Estois auec plus de trois mille hommes
Sans les princes desquelz les noms ne nommes
Tu fis dessus nous cheoir et trebuscher
2495 par sanson le plus puissant de tous hommes
Ledit temple et la nous despescher

    ¶ Lacteur.

SI grant bruyt demenoient ces femmes
Que de dalida autre chose ne peuz
Entendre et de si grandes dames
2500 La y auoit que oncques ie nen vy plus
Dont trestous les corps par accident forclus
Auoient este de vie par insidences
Diuerses en ayant folles confidences
Mais dune autre qui se nommoit mirra
2505 Ouy la plainte quel faisoit des meschances
Que accident en fin luy procura

     ¶ Mirra fille du roy de chippre

MIrra ie suis fille du roy de chippre
Nomme cinara qui par ma grant luxure
iadis fis tant quauec mon pere estant yure
2510 Couchay & euz contre la loy de nature
sa compaignie charnelle dont iniure
Apres receuz par accident a bon droit
Car cil ou celle qui fait ce quil ne doibt
Comme on dit en vng prouerbe commun
2515 Il luy aduient ce que pas ne vouldroit
par moy congnoistre si le doit vng chascun

¶ Car apres que mon pere sceut laffaire
De mon peche tresgrant et enorme vice
Et que a moy il auoit eu affaire
2520 Comme a ma mere/ par ce que ma nourrice
Que par grans dons faicte auoie ma complice
lauoit enyure/ tantost me dechassa
De sa terre/ et tant fort me pourchassa
Quil mattaingnit/ puis dune sienne espee
2525 Doultre en oultre le corps me trespersa
Et en ce point fuz daccident happee

    ¶ Et par la plaie quil me fist qui fut grande
Saillit lenfant que de luy conceu auoye
pour mon peche tresvillain telle amende
2530 Me fist paier accident que fuyoie
Car rencontrer me fist emmy la voye
De mon pere. Et pource vous qui viuez
Femmes et filles comme toutes deuez
Soyez chastes et aux desirs charnelz
2535 ainsi que ie fis point ne vous esmouuez
Que ne perdez les haulz biens eternelz

    ¶ La delectacion du peche de la chair
Si est brefue et de courte duree
Mais la pugnition en couste si treschier
2540 Que point ne fault: mais a tousiours duree
Cest feu eternel ou la poure esgaree
Ame sen va quant elle sort hors du corps
Ne querez tant les plaisances a voz corps
Se auoir voulez puissance de resister
2545 aux pensees charnelles et grans effors
Que vous feront les dyab[l]es pour vous tempter.

    ¶ Laissez estatz dont tant curieuses estes
Et voz baratz tout principalement
Par lesquelz tant de choses malles faictes
2550 Que homme nest qui sceust suffisamment
Les racompter. il nest nul parement
Bien le scauez qui vous peust secourir
Contre la mort selle vous vient querir
Pourquoy vous dis que voz ames parer
2555 Vuieillez de vertus et voz corps que pourrir
Conuient a bien mourir les preparer

    ¶ Trauaillez tant voz corps que damour folle
Surprinses ne soyez comme ie ay este
Ne du iangleur nescoutez la parolle
2560 Qui le couraige remplit de laschete
Et se vous voulez viure en chastete
Gardez vous bien que ne soyez oyseuses
Sa voz maris estes vng peu rioteuses
Point ie nen parle cest coustume de femme
2565 Mais accident dicelles ainsi noiseuses
Aucuneffois batre en fait fort et ferme

    ¶ Lacteur

APres ces motz mirra se departit
Et sen alla suiuant les autres femmes
Qui ia oultre cependant quel parlit
2570 Estoient allees en comptant leurs diffames
Que accident leur auoit fait a blasmes
Aux vnes a droit et aux aultres a tort
Mais accident dautres hommes qua la mort
Auoit rendus fit apres elles aller
2575 Dont les aulcuns comptoient par desconfort
Leur fin meschante deuant tous sans railler

    ¶ Mais tous ces hommes dont mencion vous fais
En leur viuant auoient eu grandes offices
Et de iustice la charge et le faix
2580 Mais pour le dol frauldes et mallefices
Quen excersant leurs dessusdictes offices
Il auoient fait tant procureurs comme iuges
Accident sans quilz peussent auoir refuges
en nulle court les auoit de villaine
2585 Mort fait mourir feussent de romme ou bruges
Et telz motz dist diceulx a voix haultaine

Cicero

    ¶ Accident

CEs officiers qui sont si preudes gens
Lesquelz on dit aduocatz procureurs
Associant auecques eulx les sergens
2590 que bien souuent fais de coups receueurs
Nonobstant ce quilz soient grans tricheurs
Et inuenters de nouuelles cautelles
Dancer en fais en mes dances mortelles
Venir plusieurs pour les larrecins quilz font
2595 Et sans quilz puissent resister es tutelles
De mort les metz qui voines et nerfz leur rompt

    ¶ Car bien souuent par leurs vertueuses oeuures
Quon dit larrecin dont tous scauent vser
Je saulte sur eulx et leurs faultes decoeuures
2600 En leur monstrant que mieulx scay queulx ruser
Il nest besoing dire comme abuser
Scauent les gens Les iuges pareillement
en font de bonnes par fauorisement
De la croix quilz prennent voulentiers
2605 Prenez exemple a tulles qui faulsement
Aduocassa dont eut piteux loyers

    ¶ Tulles prince de eloquence latine

Gens de iustice qui viuez a present
Plains de barat larcin et tricherie
Comme tout chascun communement disant
2610 Le va/ oyez comme par plaidoirie
Faulse que fis vne fois en ma vie
en soubstenant le tort dune personne
Duquel la cause malle fis estre bonne
accident fait mourir de mort honteuse
2615 Si ma pource trescruelle et felonne
et amene a sa dance hargneuse

    ¶ Tulles ie suis qui par mon beau langaige
De mort garday pompillius rommain
Qui encoulpe de cryme par son oultraige
2620 estoit a droit tant estoit inhumain
Car a sa cause telement mis la main
en la plaidant par voye si subtille
Deuant le senat en eloquant stille
Que ie le fis de tous crimes clamer
2625 Franc et absoulz/ mais retribucion vile
Il men rendit dont bien le puis blasmer

    ¶ Car apres que la vie ie euz sauuee
audit pompille sans luy auoir meffait
aucunement en dit ou en pensee
2630 Mais luy auois du mieulx quauois peu fait
Il comme ingrat quil estoit tresinfait
Sen alla deuers anthoine successeur
Second de cesar auquel intercesseur
Il fut quil peust de moy qui banny estoye
2635 son plaisir faire et estre occiseur
De laquelle chose point ie ne me doubtoye

    ¶ Celluy anthoine qui mauoit fait bannir
Luy ottroya. Car forment me hayoit
Pourquoy pompille sans plus long plait tenir
2640 partit de romme ou il luy ennuyoit
Quentre ses mains desia ne me tenoit
Et a gayette ou iestoye arriua
Puis sans me dire pourquoy quant me trouua
De son espee il me trencha la teste
2645 Et la main destre aussi quil emporta
Auecques luy a romme en faisant feste

¶ Tel salaire euz de pompille que iauoye
Par mon langaige subtil de mort garde
Qui mourir deuoit par droit que bien scauoye
2650 Mais contre raison sa cause ie plaide
Dont accident qui tout le fait regarde
Auoit et veu par celluy mesme pompille
De mort meschante deshonneste et ville
Mourir ma fait comme ie vous ay compte
2655 pource nul iuge nofficier ne vacille
Mais son office excerce en loyaulte

¶ Car bien congnoistre entre vous officiers
Pouez par ce que se selon droit ieusse
Fait a pompille iamais aux fiers dangiers
2660 Daccident point ainsi encheu ne feusse
Et que la vie point par pompille neusse
perdue/ et pource de rechief vous enhorte
Que ne faciez a nul en quelque sorte
Comme iay fait chose contre iustice
2665 Et que vng chascun de vous si se deporte
Duser dabus/ car cest vng villain vice

    ¶ Aux sergens point ne parle/ car ma peine
Je perdrois nonobstant que ilz sont
Moult en dangier chascun iour la sepmaine
2670 De accident pour les frauldes quilz font
Mais touteffois pour tant ce support ont
Des iuges garder se doibuent de mesprendre
Car accident maintz diceulx a fait pendre
Et estrangler ainsi que chascun scait
2675 Ceulx de parlement point ie ne vueil reprendre
Cest a celluy qui bien tout leur cas scet

    ¶ Et pource que mal daultruy fraulder mest prins
Vous gens doffice tous ensemble admonneste
Que chose nulle ne faciez dont reprins
2680 Vous puissez estre/ car de mort deshonneste
Pourriez faire comme ie fis conqueste
Et estre icy par accident admenez
En ceste dance pleine de mal fortunez
Plus ie nen dis/ sinon que celluy saige
2685 Sera de qui les faitz si seront demenez
Par raison qui iamais nuse doultraige

    ¶ Lacteur.

    ¶ Apres que tules le prince deloquence
Eut son son cas compte comme dit est dessus
Ses compaignons et luy suyuirent la dance
2690 Pour ce que dautres vindrent qui tous deceuz
par femme ainsi comme depuis le sceuz
Auoient este par trop les tenir cheres
Dont pource mors estoient en grans miseres
Par accident qui happez aux coletz
2695 Trestous les auoit par diuerses manieres
En leur donnant a chascun maintz coups laitz

    ¶ Ces danceurs la de quoy vous fais memoire
Accident prins auoit par la luxure
Quilz auoient eu en eulx toute notoire
2700 Dont mains encor en seuffrent peine dure
La vy sichen qui pour dina laidure
Auoit receu moult ville et infame
Et hercules mesmes qui par sa femme
La mort receut pareillement y estoit
2705 Mais diceulx que luxure tant enflamme
Sans y resister accident ce di[s]oit.

Sikem

    ¶ accident.

AUssi ces gentz frisques & gays amoureux
par diuers moyens amaine a ma dance
Tant soient pompeux riches et vigoureux
2710 Contre moy faire ne peuent resistence
Tant gracieux ilz sont que cest plaisance
Bien chantent & iouent de tous instrumens
Et de iour en iour changent dhabillemens
En amenant diceulx facon nouuelle
2715 Dont souuent ont mauuais guerdonnemens
De belle vie la fin est tousiours belle

    ¶ Par leur luxure mainteffois les vngs fais
Entretuer aux huys/ de leurs amyes
Ou lendemain gisant pasles et deffais
2720 On les treuue tenant leurs chalemyes
De quoy cuydoient reueilz a leurs amyes
Faire la nuytee/ ou par autre facon
Les prens. Car femmes qui scauent la lecon
De tromperie les seruent de telz mes
2725 Comme la faulce dalida fist sanson
Plusieurs par femmes au danger de mort metz

¶ Tous amoureux en conclusion suys
Plus quautres gens de quelque estat quilz soient
Car sans cesser tousiours aupres deulx suis
2730 Ne nul nen laisse que essoynez ne soient
Par le barat des femmes quilz sadoient
Ou par la rongne quon dit grosse verolle
A tous leurs rendz selon ce leur amour folle
Loyers et maulx comme dieu le ordonne
2735 Et ce prouue sichen par sa parolle
Voulant retraire celluy qui si adonne.

    ¶ Sichen filz du roy emor

IE suis sichen qui prins et viole
Dina la fille iacob le patriarche
Et a force si la depucelle
2740 Puis demander ie la fis en mariage
A ses freres qui remplis dire et rage
Furent alors quant sceurent le vitupere
Quauoye fait au lignage de leur pere
Et pour eulx venger de telle iniure
2745 Sur moy & dessus le roy emor mon pere
De trahison nous iouerent moult dure.

    ¶ Car ilz dirent que bien contens estoient
Quen mariage leurs fille prenissons
Et que les nostres pour leurs filz ilz prendroient
2750 Mais que comme eulx circoncis nous fussions
Et pour la cause nous qui nul mal ny pensions
Tous les masles de noz gens circoncire
Feismes ainsi quilz nous voulurent dire
Et mesmement mon pere et moy le feusmes
2755 Paciemment portant celluy martire
Affin dauoir dina que point nous neusmes.

    ¶ Apres que ainsi eusmes este circoncis
En endurant de la douleur beaucop
Si que durer ne pouyons debout ne assis
2760 Trois iours apres deux enfans de iacob
Nommez symon et leui tout acop
Prindrent leurs glaiues et aussy autres armes
puis sus coururent a nous estans enfermes
Quant entrez furent dedans nostre cite
2765 Et sans auoir pitie nulle de noz larmes
A mort nous mirent tous par leur trichete

    ¶ Car a ce iour que ilz nous assaillirent
point de puissance neusmes de nous deffendre
pour la douleur que les playes nous firent
2770 Quauions receues pour leur amytie prendre
Et pour ce lors sans plus long terme attendre
Vengeance ilz prindrent de loffence villaine
Quauoye commise en forcant leur seur dine
Car ilz moccirent et tous les sichennites
2775 Et puis la ville qui estoit de biens plaine
pillerent pour mes ribauldies mauldictes

    ¶ Et en ce point par ma coulpe et peche
Me fist mourir accident meschamment
sans questre peusse par aucun reuenche
2780 Contre leui et symon nullement
Car tout a mort le peuple mesmement
Comme moy mirent et mon pere aussi
Que oncques vng seul nen prindrent a mercy
Et pource vous qui encores en uie estes
2785 Fuyez luxure que accident ainsy
Ne vous pugnisse/ car en son danger estes

¶ Souuiengne vous que tarquin dechasse
Fust de romme pource quil forca lucresse
souuiengne vous aussi quau temps passe
2790 A la lignee beniamain grant rudesse
Fut faicte & guerre par si cruelle aspresse
Que deulx occis furent vingt & quatre mille
Pource quaucuns auoient dedans leur ville
Prins et force la femme dung leuite
2795 Et vous souuiengne aussi comment la ville
De troye en fut pour helene destruicte

    ¶ Et pource doncques folz amoureux regardez
Combien de choses desloyalles mussees sont
Dessoubz la tendre pel des visaiges fardez
2800 De femmes par qui maintz nobles hommes mors sont
aux belles cheres et beaulx semblans quelles font
Jeunes enfans point ne vous y amusez
Pensez comment fors et saiges abusez
En ont este/ et mesmement salomon
2805 Virgille aussi qui moult furent rusez
Et plusieurs aultres qui ont eu grant renom

    ¶ Ceste luxure ennemye de sante
Qui affoiblist toutes forces corporelles
Gectez hors de vous et prenez chastete
2810 Qui vous gardera de toutes leurs cautelles
Fuyez ribauldes sur tout & maquerelles
Car sattraper ilz vous peuent en leurs las
Ilz vous ioueront de tel ieu que helas
En fin crierez deuant que mort vous preigne
2815 Mauuaises femmes font souuent grans debas
Fuyez les toutes que mal ne vous en viengne

Paver

    ¶ Lacteur.

    ¶ Alors sans plus parler vng mot tout seul
sichen sen alla & tous les folz amoureux
Puis accident qui nud et sans linceul
2820 Estoit de rechief vng tas de religieux
Qui auoient este apostatz et vicieux
Il amena auecques maintz ypocrites
Qua mort villaine auoit par ses conduytes
Liurez. et si entre eux vy deux pape
2825 Mais par accident telles parolles dictes
Furent diceulx tanant vng par sa chappe

    ¶ Accident

Maintz faulx moynes ypocrites apostatz
a la mort liure par leurs iniquitez
Souuenteffois a grans monceaulx & tas
2830 Dont ilz se treuuent forment espouentez
Quant ilz se sentent au vif de moy hurtez
Et bien souuent cheent en desesperance
Quant de leur vie meschante ont souuenance
Si que eulx mesmes se iugent estre damnez
2835 Et en dieu point nont aucune fiance
Pourquoy laissez de luy sont & habondonnez

    ¶ Et mesment de tous autres gens deglise
Comme sont prestres euesques et cardinaulx
Papes et aultres/ deulx souuent a ma guise
2840 Je fais en leur enuoyant plusieurs grans maulx
Quant plains de scandale ilz sont et par trop baulx
Et que ilz viuent autrement quilz ne doiuent
Car tant les chasse que de la mort recoiuent
Le coup mortel a leur grant preiudice
2845 Comme apres bien ilz sen apparcoiuent
En mourant auant que leur ame ysse

    ¶ Le pape iehan .xii.

Le pape iehan douziesme de ce nom
Suis qui fus plain de tous vices & luxure
En mon viuant & qui dedans ma maison
2850 Autour de moy tant que euz tel prelature
tins des paillardes pour acomplir larsure
De mon peche plus souuent auec elles
et mainteffois a la requeste delles
A hommes vilz deshonneste et meschans
2855 eueschez et aultres dignitez belles
Donnoie fussent ou clercz ou nonsaichans

    ¶ Auquel peche perseuerant tousiours
De plus en plus daccident aigrement
Fuz assailly tellement que mes iours
2860 Il abregea et fuz villainement
Par sa poursuite demys totallement
De la haultesse et dignite papalle
Pour la vie imbecille et brutalle
Quauois menee et en mon lieu fut mys
2865 Pape leon neufiesme par la egalle
Opinion de ceulx a ce commis

Mais accident non point encores assouuy
De me mal faire vne nuyt que iestoye
Couche auec vne femme et endormy
2870 En ce point comme acoustume auoye
Vng dyable et luy deuers moy prindrent voye
Et massaillirent et firent tel greuance
Que subitement sans faire penitence
Mouruz Et pource entre vous gens deglise
2875 Mieulx que nay eu chastete & continence
ayez en vous et seruez dieu sans faintise

¶ Car se telle vie menez comme iay fayt.
pensez que gueres naurez meilleur salaire.
Que en ay eu/ et pource a vostre fait
2880 aduisez tous que riens ny ait a reffaire
Faictes tousiours quelque oeuure salutaire
affin que point ne cheez en pechez.
Et se daucuns vous estes entaichez
Confessez vous et en faictes penitence
2885 et par ainsi daccident tresbuchez.
Vous ne pourrez estre en desesperance

    ¶ Boniface pape huitiesme de ce nom

ET moy ie suis le pape boniface
huitiesme de ce nom qui aussi assailly
ay este par accident en la place
2890 Que on appelle le chastel sainct angeli
car moy estant dedans si treffort affoibly
ie fuz par luy par force de maladie
Que honteusement ie deffinay ma vie
2895 Et mouruz de mort trop plus horrible
Que racompter a nul ne pourrois mye
Mort tousiours semble a tous terrible

¶ Cest accident de maladie que ieuz
Fut que iencheuz en tel forsenerie
Et rage dont engarder ne me peuz
2900 Que ie mengay comme plain de furye
Mes mains hurlant et menant grant huyrie
Sans de viandes auoir necessite
Et puis apres ycelle aduersite
Comme vne beste villainement mouruz
2905 Et se ieusse eu en moy humilite
Telz accidens sur moy ne feussent acouruz

    ¶ Car tant dorgueil fuz remply quant viuoye
Que la fin de moy ne pouoit estre bonne
Ne ne sera de cil quorgueil maistroye
2910 Car dieu le laisse du tout et habandonne
Jusquez a ce que deuers luy se retourne
Mais bien souuent quant dieu lhomme delaisse
Accident vient qui lassault et oppresse
Que loysir na de a dieu crier mercy
2915 Donc pour fuyr accident preigne humblesse
Celluy qui sent son cueur dorgueil farcy

    ¶ Lacteur

Quant en ce point comme ie vous descriptz
Ces papes eurent leur complainte finee
autres y eut qui gecterent maintz crys
2920 En racomptant leur male destinee
Que pour la vie meschante que menee
Ilz auoient leur estoit aduenue
Mais de leurs plaintes nulle entendue
Ne fut par moy dont riens saiche compter
2925 Car dautres gens reuy sur qui ma veue
Gectay et mis peine a les escouter

¶ De toutes gens en ceste route auoit
Tout pesle mesle homs et femmes ensemble
Ne si grande bende point passee nestoit
2930 Au par auant ainsi comme il me semble
Oncques ny eut tant de fueilles en vng tremble
Comme estoient de gens la en vng tas
Mais accydent qui abat tous estatz
Ne qui ne prise plus seruans que seigneurs
2935 Car aussi bien vngs que aultres rue bas
Dist telles choses des grans e[t] des mineurs

Opfordring fra de døde til de levende

    ¶ Accident.

DE tous estas gens a ma dance amaine
Par le pouoir qui mest de dieu donne
Et tous et toutes tormente & attraine
2940 Comme de mort procureur ordonne
Tousiours par moy le premier coup donner
Et aux viuans deuant que mort les fiere
Mais les vngs frappe par plus rude maniere
Que les aultres pour la meschante vie
2945 Que ilz demenent et pour le vitupere
Qua leur prochain ilz font par leur enuie

    ¶ Brief tous humains ont par moy a souffrir
Diuersement soit en corps ou en biens
Car aux vngs tolz pour aux autres offrir
2950 Aux vngs donne aux autres ne laisse riens
Vngs eslieue autres en seruaige tiens
Selon les heurtz dont par moy sont hurtes
Dont les aucuns qui perdent tormentez
Et sont si treffort quilz meurent de courroux
2955 De biens quilz sont malement acquestez
En fin nen vient que tristesse et courroux

    ¶ Vous qui auez tant de biens mal acquis
A quelle fin cuydez vous quilz vous liurent
Et ne voulez les rendre quant requis
2960 En estes tant iceulx fort vous enyurent
Ne doubtez point qune foys ne deliurent
Au feu denfer voz ames et voz corps
Voz heritiers apres que seres mors
Les rendront ilz: dictes esse vostre aduis
2965 Ja nen feront memoire ne recors
Mieulx vous vauldroit nauoir oncques este vifz

    ¶ Voyez vous point tous les iours la maniere
Des heritiers comme apres le deces
De leurs parens gisans en cymetiere
2970 En debat entrent tantost et en proces
Pourquoy doncques par oultrageux exces
Retenez vous les biens qui ne sont vostres
Quant seres mort ainsi feront les vostres
Qui ne vouldront pas vng de profundis
2975 Non seulement deux motz de paster nostres
Faire pour vous dire trois samedis

    ¶ Pourquoy auant que les mains sur vous ie mettes
Rendez lautruy sans a nul vous attendre
Na filz na filles/ et des biens pour vous faictes
2980 Tandis quauez le pouoir dy entendre
Car vous nauez cousin germain ne gendre
Qui ne vous ait tantost en oubly mys
Quant mors seres et que a voz amys
Et a tous autres ne vous faille cryer
2985 Comme ceulx cy qui en torment sont mys
Vous vifz requierent que pour eulx vueillez prier

    ¶ Requeste des mors aux viuans.

O Vous viuans a qui noz biens laissons
quant departons/ du siecle ou vous estes
vueillez pour nous faire a dieu oraisons
2990 que des prisons/ ou sommes hors nous getes
se ne le faictes pas quictes nestes
Mais vous forfaictes: ayez en souuenance
Quel doleance/ faisant leur penitence
Sentent noz ames au feu de purgatoire
2995 Il est notoire/ que par vous deliurance
Auront se faictes pour eulx bien meritoire

¶ Donnez pour dieu affin que alegement
Du grief to[r]ment/ que sentons nous puissons auoir
Sans que douloir nous laissez ainsi longuement
3000 Et vrayement/ se bien faictes vostre deuoir
Que a nonchaloir: apres saichez pour tout voir
Matin ne soir/ iamais ne vous mettrons
Mais dieu prirons pour vous et requerrons
Quil vous preserue de au feu denfer aller
3005 Et deualler/ quant deliurez serons
Amy pour autre doit au besoing veiller

    ¶ Pour nous prier vueillez grans et petis
Et ententis/ soiez de noz plaintes dolentes
Considerez comme sommes rotis
3010 Gectans plaintiz/ priez pour nous femmes vaillantes
Et vous gentes: religieuses a dieu plaisantes
Affin quexemptes: soient noz ames de paines
A dieu himpnes: chantez pour nous a voix hautaines
En le priant quil ait de nous mercy
3015 Et que dicy/ par ses bontez souueraines
Nous oste/ et puis pour vous prirons aussi

    ¶ Lacteur

AInsi que ces derreniers accidentez
Ceste requeste faisoient a tous viuans
En eulx plaignant comme ilz sont tormentez
3020 En purgatoire ie apperceuz que suiuans
si les alloit la mort dont leurs ditz ensuiuans
Ce quay escript ne acheue dentendre
Pour la peur queuz quelle me voulsist prendre
Mais ceste mort se print a raisonner
3025 Du iugement de dieu ou compte rendre
Fauldra chascun et a fort blasonner

    ¶ Tant en parla que aduis il mestoit
Que deuant moy le iuge la veoye
Qui en vng siege en lair hault assistoit
3030 Et que le son des tremppettes oyoie
Dont en mon cueur grande frayeur auoye
Et ay encores bien souuent quant gy pense
Car en celluy iour aurons la recompense
De tous les biens & maulx que nous aurons fais
3035 Duquel iour la mort comme femme qui tence
Parla ainsi comme me memoire en fais

Dommedag

    ¶ La mort

Tous filz dadam fault par mes mains passer
sans quaucun puisse aller a lencontre
Si fier il nest que ne face abaisser
3040 tous les iours veoir on peut comment le monstre
Car la mort suis qui tous ceulx que iencontre
Tue et occis puis leurs corps liure aux vers
Tant ceulx des bons comme ceulx des peruers
Mourir conuient tout homme et toute femme
3045 Nulz nen lairray que ne tombe a reuers
En leur faisant souffrir douleur extreme

    ¶ Mais plusieurs sont tant fort obstinez
Que point ny pensent et si ne tiennent compte
De bien faire dont en la fin dampnez
3050 Seront pource quilz ne scauront bon compte
Rendre a celluy qui tout pouoir surmonte
Le iour quil vouldra son iugement tenir
Ou tous et toutes comparoir et venir
Fauldra ne nul ne se pourra musser
3055 A vous pecheurs bien en deust souuenir
Car grant prouffit vient dy souuent penser

    ¶ Chetifz pecheurs pensez que vous feres
Quant les busines haultement corneront
Au son desquelles tous ressusciteres
3060 Et les anges et archanges trembleront
Quant le filz de dieu si terrible verront
Et quau mauluais il sera si crueulx
Que feu denfer et fouldre parmy eulx
Fera courir qui les confondera
3065 Ne autrement deulx ne sera piteux
Mais les bons de ce feu preseruera

    ¶ Quant le filz dieu son iugement tiendra
Ainsi comme leuangile recorde
Vous tous pecheurs fierement reprendra
3070 De ce que fait naurez misericorde
Nul ne sera qui son dit desaccorde
Car iustement chascun il iugera
Et par faueur point il ne fleschira
Aux bons donra la gloire pardurable
3075 Ou chascun deulx sept fois plus cler luyra
Que le soleil tant est dieu charitable

    ¶ Premierement aux bons dira. Venez
Tous bieneureux au royaulme mon pere
Qui prepare vous est ou guerdonnez
3080 Moult bien seres/ pource quen ma misere
Secouru mauez en mainte maniere
Car quant ie euz fain vous me saoulastes
et quant ieuz soif voulentiers mabreuuastes
Desloge fuz et vous me recueillistes
3085 et quant fuz nud a vestir me donnastes
Or maintenant cueillez ce que semeistes

    ¶ Et aux mauuais il dira par contraire
Allez mauldis dedans le feu eternel
Oncques donner pour moy ne vous peut plaire
3090 Auec les dyables au feu trescriminel
allez/ auecques torment sempiternel
Car en ma fin point ne mauez repeu
Et si des biens vous auez par trop eu
Mais de vostre huys chasse tresrudement
3095 Mauez/ ne point de vostre vin nay beu
En ma soif: pource trebuschez en torment

    ¶ Lors chault et froit/ pueurs intolerables
Vent et fouldre qui tout perse et enteste
Et visions des dyables tant greuables
3100 Feu/ gresle/ neige/ oraige et tempeste
Tormentera des piedz iusques a la teste
Tous les dampnez par torment singuliers
Torment y a pour roys et cheualiers
Pour faulx moynes/ pour faulx religieux
3105 Pour faulx prestres et pour faulx seculiers
Pour tous pecheurs/ pour fiers et orgueilleux

    ¶ Comment pourres au feu qui art et fume
Gesir vous qui estes tant paresseux
Qui ne pouez fors que sur lict de plume
3110 Dormir/ tant estes lasches et oyseux
Et de voz corps vilz et ors curieux
Car la serez rompuz et eschignez
Bastuz/ froissez/ tempestez/ mutinez
Et hutinez par dyables plains de raige
3115 Dont mauldirez lheure que fustes nez
En enfer gist tout mal & tout oultrage

    ¶ Le commun chant des damnez est sans cesse
Braire & vrler/ forcener et complaindre
Mauldire dieu de la rage et destresse
3120 Quen ce feu sentent qui ne se peut estaindre
Cil qui de toutes les paines a la moindre
Cuyde auoir la plus grande et terrible
Tant est de ce lieu le torment fort horrible
Vous orgueilleux pensez comment durer
3125 Pourrez en ce feu tant cruel et penible
Qui ne pouez rien souffrir nendurer

    ¶ Plus ie nen parle faictes bien se voulez
Et pensez tous que vne fois mourres
Et quen ce iour que les mors resueillez
3130 Seront des trompes tous ressusciteres
Et la deuant ce iuge vous trouueres
Qui vous donnera se bien vescu auez
La gloire qui promise est aux sauuez
Mais se auez mal vescu en ce monde
3135 Mys en enfer comme mauldis reprouuez
Serez ou dueil et tout torment habonde

    ¶ Lacteur.

APres que la mort eut en ce point parle
Du iugement comme dessus est dit
Dont esbahy fuz et esmerueille
3140 Nulluy apres elle vng mot ne dit
Mais me sembla que la terre fendit
Ou elle entra auec tous les corps
De ceulx dont iay les ditz et les recors
Escriptz comme ilz comptoient leurs accidens
3145 Ie ne scay pas se de la terre hors
Estoient saillis/ mais se mirent dedens.

    ¶ Quant en ce point les accidentez et elle
En terre entrez furent ie mesueillay
Et la parolle quauoye de paour delle
3150 Perdue apres tantost ie recouuray
Et aux visions quauois veu tant pensay
Quil men souuient de la plus grant partie
Parquoy apres pour fuyr fetardie
Jay daccident & des loups fait ce liure
3155 En escripuant du loup que dieu mauldie
La doctrine que nul ne doit ensuyure.

¶ Lexcusacion de lacteur et son nom et surnom
par les premieres lettres des lignes.

Regardes bien mondains mon doctrinal
Ouurez voz yeulx entendez ie vous prie
Bien vous deuez garder de malfaire
3160 Et vous ares de dieu la compaignie
Rendez a dieu louenge en vostre vye
Tous vous pourres lassus venir en gloire
Viuez en paix sans auoir quelque enuie
Saichez lassus de vous sera memoire

3165     ¶ Gaudissez fort tant comme vous vouldres
Ou que ce soit prendre fin vous fauldra
Buuez iouez vous en repentires
Je scay de vray que mort vous surprendra
Nulle excuse pour certain ny vauldra
3170 Mort frappe tous sans nulluy excepter
A lheure fort elle vous assauldra
Force sera a vostre dieu compter

    ¶ Auisez vous du temps assez auez
Jeunesse est forte ce croy bien a passer
3175 Tant de richesses et tresors amassez
et si scauez que il fault trespasser
Helas mondains vous y deussiez penser
Amendez vous dieu si vous ladmonneste
Mauluais brouet ne vueillyez point brasser
3180 pensez dauoir la grant gloire celeste

¶ Que vault orgueil au monde ne bobance
Que vault luxure enuie ne paresse
ayez en dieu mise vostre esperance
et en la gloire laquelle point ne cesse
3185 et pensez bien la treshorrible angoisse
Que les dampnez a tousiours sentiront
a tousiours mais auront dueil et tristresse
De la figure de dieu priuez seront.

    ¶ Mauldiront lheure que furent oncques nez
3190 En ce monde pour auoir tel martire
Blasphemeront dieu comme forcenez
Leur peine plume si ne scauroit escripre
Perdre vng tel maistre/ vng si souuerain sire
Quelle douleur par peche tout ce vient
3195 Bons crestiens a tous ie vous vueil dire
Faictes du bien le iour de la mort vient

¶ Les bons auront lassus gloire infinie
Paix & honneur & repos pardurable
Ilz pourront veoir dieu la vierge marie
3200 Tous les sauuez en compaignie notable
Retourne toy pecheur tresdetestable
Change ta vie selle a este mauuaise
Se ma doctrine na este bien notable
Aux auditeurs ie prie ne leur desplaise

3205     ¶ Se iay cy mis aucuns motz vicieux
Tout ay reduit par la saincte escripture
Prenez en gre lisans ieunes et vieulx
A bien faire mettez tous vostre cure
Fuyez larrecin homicide & vsure
3210 Et le vray dieu soiez recongnoissans
Mon liure icy fine et plus ne dure
Lequel sappelle par nom loups rauissans

    ¶ Le nom voir pourrez de lacteur
En ceste rime aux premiers vers
3215 Par lettres/ le compositeur
A fait icy des piedz diuers
Ayez entendement ouuers
En la rime faicte derniere
Ne soyez pas pecheurs peruers
3220 Mais acquerez gloire planiere

   ¶ Cy fine ce present liure des loups rauissans
fait & compose par maistre Robert Gobin/ prestre
maistre es ars/ licencie en decret/ doyen de crestiente
de lagny sur marne a dyocese de paris/ aduocat
en court deglise. Imprime par michel le noir
libraire iure en luniuersite de paris/ demourant a la
rue sainct Jacques. Lan mil cinq cens et .vi. le.xv
iour de mars

Eksternt link

Teksten er taget herfra: Les loups rauissans (Library of Congress).

Denne udgave er udgivet i 1506 af Michel le Noir. Dansen starter side 427, men desværre har denne udgave ikke illustrationer til den del af bogen, der handler om Accident.